Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

INtroduction à la psychologie sociale cas

Par   •  27 Février 2018  •  1 311 Mots (6 Pages)  •  64 Vues

Page 1 sur 6

...

ainsi toujours de relations de pouvoir. Ces relations tendent également très souvent à être conflictuelles : nous sommes souvent amenés à entrer en relation avec des individus totalement différents de nous et avec qui nous n’avons à priori aucun point commun.

Il existe donc deux grands types de relation comme nous l’avons vu : les relations interpersonnelles qui sont voulues et choisies et les relations institutionnelles qui obéissent à des règles sociales et hiérarchiques. Elles sont souvent conflictuelles et non choisies. En cela il est important de comprendre que l’interaction entre deux ou plusieurs personnes dépend fondamentalement du type de relation dans lequel nous nous inscrivons. Le message, l’information ou encore le contenu est donc intimement lié à la relation que nous avons développé avec notre ou nos interlocuteur(s).

Une relation est toujours inscrite psychiquement et socialement dans un milieu donné. C’est ce qu’on appelle le contexte de la relation. Nous aurons tendance à nous comporter différemment selon le milieu ou le cadre dans lequel on se trouve. Par exemple notre comportement ne sera pas le même sur notre lieu de travail ou sur un lieu de loisir. Le contexte est donc inscrit socialement et va déterminer la manière dont la relation va s’établir entre les différents protagonistes.

Du contexte, découlent également la naissance des rôles. Par exemple sur notre lieu de travail nous aurons souvent affaire à un patron. Son rôle étant socialement plus élevé, nous développerons une relation asymétrique. En revanche, avec nos collègues occupant le même poste, nous développerons une relation symétrique et aurons le même rôle. Notre propre rôle est ainsi définit par la situation dans laquelle nous nous trouvons. Nous jouons un rôle social à chaque fois que nous entrons en relation avec quelqu’un, que nous nous trouvons en situation d’interaction. Goffman voit les situations d’interaction comme un théâtre où chaque interlocuteur se met en scène. Chaque participant connaît les règles du jeu et adapte alors son comportement.

Il est également intéressant de constater que lorsque nous nous trouvons en situation d’interaction, nous essayons toujours de manière consciente ou inconsciente de nous valoriser, de nous présenter sous notre meilleur jour. Nous développons ainsi des stratégies qui nous permettent d’interagir avec nos interlocuteurs. Selon la personne que nous aurons en face de nous, selon son rôle et le nôtre, selon le contexte dans lequel nous nous trouverons nous adapterons automatiquement, sans même y réfléchir, notre comportement. Nos échanges dépendront ainsi fortement de la stratégie que nous aurons adaptée.

Il est donc nécessaire de toujours se référer au contexte dans lequel une relation s’inscrit. Nous développons des stratégies de communication en tenant compte du contexte dans lequel nous nous trouvons et en fonction des rôles qui sont joués par nous-même et nos interlocuteurs. Le contenu, l’information qui sera transmise va donc dépendre de ces critères. Elles sera différentes selon un cas où l’autre. Nous pourrons nous montrer plus franc ou à l’inverse peu honnête en fonction de tout cela.

Lorsque nous nous trouvons en situation d’interaction il est évident qu’un mécanisme complexe se cache derrière cet échange apparemment anodin. Le type de relation est la première caractéristique à prendre en compte : les relations interpersonnelles sont libres et les messages se transmettent facilement. Une relation institutionnelle est ancrée socialement et hiérarchiquement, le contenu passera donc avec moins de facilité. La deuxième caractéristique à prendre en compte est le contexte dans lequel s’inscrivent ces relations. En fonction du contexte nous élaborons des stratégies et la passation du contenu diffère en fonction de celles-ci. Une situation d’interaction mobilise donc des affects. C’est le ressenti que nous avons d’une personne qui va qualifier le type de relation dans lequel nous entrons. Les modalités de déroulement, le contexte donc, vont entrainer l’élaboration d’une stratégie de communication entre deux ou plusieurs personnes. Tout cela influe donc sur le contenu qui sera transmis d’une façon ou d’une autre selon ces caractéristiques.

...

Télécharger :   txt (8.7 Kb)   pdf (42.4 Kb)   docx (13 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club