Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Philosophie 103 (Notes de cours)

Par   •  26 Septembre 2017  •  3 524 Mots (15 Pages)  •  718 Vues

Page 1 sur 15

...

- Propose l’image d’un thermomètre moral qui nous permettrait d’établir dans quelle mesure une action contribue au bien-être collectif. Ce dernier implique l’impartialité (prendre une distance par rapport à nos intérêts)

- « L’action qui favorise le bien de tous est juste, quelle que soit l’intention de celui qui l’a faite »

- 2 possibilités :

- Bentham : L’utilitarisme de l’acte (évaluer les conséquences de nos actes sur le bien commun)

- Mill : L’utilitariste de la règle (faire appel à des règles morales reconnues [patrimoine moral de l’humanité])

L’évaluation de la valeur morale d’un acte

- Il existe des avantages à faire appel aux règles plutôt qu’à l’évaluation des conséquences pour estimer si une action est moralement bonne

- Tache parfois complexe de peser l’ensemble des répercussions

- Appel aux règles nous aide a porter un jugement d’ensemble et à éviter le cas par cas

- Appel aux règles permet de tenir compte davantage des effets à long terme d’une action

Des sanctions pour assurer le bien-être collectif

- Bentham ne mise pas seulement sur la conscience morale pour assurer le bien de la société

- Différentes formes de sanctions :

- Sanction naturelle

- La réprobation des autres

- La loi

Kedler

LIBERALISME

- Comme l’anarchisme, le libéralisme prône la liberté individuelle

- Mais il est un individualisme, la personne constitue la seule réalité et l’état ne devrait exister que pour défendre les droits de l’individu

- Le libéralisme favorise la restriction de l’intervention étatique au domaine des lois visant la paix entre les individus, la liberté et la justice

- Le libéralisme, se méfiant du pouvoir de l’État au nom de la liberté individuelle, opte de préférence pour le régime de gouvernement parlementaire

- Par ce dernier, on entend un gouvernement qui doit faire accepter ses législations par la majorité d’une assemblée de gens élus

- Le libéralisme prône l’égalité, mais l’égalité des chances plutôt que l’égalité des conditions

- L’égalité des chances peut donc se traduire par une très grande inégalité des conditions si les capacités des êtres humains ne sont pas les mêmes

- C’est pourquoi, la doctrine libérale acceptera volontiers la création d’un « plancher » ou d’un « filet de sécurité » en-dessous duquel personne ne devrait descendre

- Au plan économique, le libéralisme promeut une économie de marché fonctionnant selon le mécanisme de l’offre et de la demande

- Il s’ensuit une certaine inégalité dans la répartition des richesses et des revenus

SOCIAL-DÉMOCRATIE OU SOCIALISME

- Socialisme, social-démocratie et communisme=termes piégés

- Historiquement : socialisme apparut au XIXe siècle

- S.= Refus des conditions inhumaines infligées aux travailleurs lors de l’industrialisation rapide

- Socialisme (ou social-démocratie) = liberté et partage + égalitaire des ressources et du produit du travail

- Vise à amoindrir l’écart entre riches et pauvres

- Redistribution des richesses

- État fait figure d’arbitre

- Refus du « laissez-faire, laissez-aller »

- État se transforme en état-providence

- Social-démocratie prône la nationalisation de certaines entreprises

- Santé, éducation fournies par l’État

- D’autres secteurs peuvent être nationalisés

- Société idéale

- 3 corps contribuant à faire un ordre juste et solidaire :

- Patronat

- Syndicats

- État

COMMUNISME

- Conception générale de l’histoire

- Le matérialisme historique

- Marx = l’Histoire, c’est l’histoire de la lutte des classes

- Clé de l’Histoire = compréhension des conditions matérielles produisant un type de société

- Les hommes pensent et créent les conditions de leur existence par le travail

- Travail humain caractérisé par :

- Utilisation des ressources naturelles;

- Création de techniques de production (i.e. façons de transformer les ressources naturelles)

- Les 2 caractéristiques :

- Les forces productives

- Rapports de production = organisation sociale du travail (dans la production de biens, on doit décider qui possédera les moyens de production)

- Forces productives + rapports de production = infrastructure

- État, lois religion, morale = préserver et justifier les rapports de production = Suprastructure

- Une révolution éclate lorsque la classe dominante devient incapable d’empêcher le développement d’un nouveau mode de production, d’un nouveau type d’organisation sociale du travail ou l’accession d’une classe au statut de classe dominante

- Histoire :

- Communisme primitif (possession commune des moyens de production)

...

Télécharger :   txt (24.1 Kb)   pdf (140.4 Kb)   docx (26.2 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club