Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Suite du commentaire sur les caves de Lille de Victor Hugo.

Par   •  4 Juin 2018  •  788 Mots (4 Pages)  •  1 395 Vues

Page 1 sur 4

...

L’auteur utilise une antithèse à la ligne 9 en opposant le « passé » pour décrire le point de vue des précédents discours présentés sur le sujet, à « l’avenir » représentant son nouveau point de vue afin d’inciter l’assemblée à ne pas rester fixée sur un avis ressentit lors des discours déjà entendus. Il se sert de métaphores pour illustrée la misère de « mal croissant » et de « flot » qui « montait » et termine sont énumérations d’aggravement de circonstances par « le danger social grandissait » l.22. Grâce à ça il transmet le message que la situation à empiré depuis ce que renvoie à l’utilisation du mot « passé » juste avant l.21. Plus loin, l’auteur introduit des anaphores en répétant « je vous dénonce la misère » l.24-26 et « la misère » l.24-26-27, il insiste sur ces mots car ce sont les mots clefs du texte, ils le résument.

Pour conclure le discours, Hugo ne commence plus ses phrases en les nommant plus « messieurs » comme plus haut dans le texte l.1-20-24, mais « législateurs », un terme qui leur donne plus de puissance, il leur rappelle qu’ils sont rassemblés ici pour améliorer la vie du peuple grâce aux lois qu’ils votent. Ensuite, une métaphore qualifie la misère d’ « ennemie des lois », il relève le fait que ce sont les personnes en manques de moyens qui violent les lois pour s’en sortir. Il conclu par une gradation ordonnant d’agir pour éliminer la misère : « poursuivez la, frapper-la, détruisez là ! »

...

Télécharger :   txt (4.7 Kb)   pdf (42.2 Kb)   docx (11.9 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club