Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Ces objets qui nous envahissent: objets cultes et culte des objets.

Par   •  13 Avril 2018  •  6 755 Mots (28 Pages)  •  792 Vues

Page 1 sur 28

...

-Les objets sont-ils vraiment voués à la dématérialisation ?

-Dans quelles mesure l’obsolescence programmée (mort programmé) modifie t’elle notre rapport aux objets ?

-Dans quelles mesures les objets participent t’ils de la construction du genre (f/m)?

-L’objet est il un moyen ou une fin ?

-L’usage des objets relèvent t’il d’une éthique ?

-Qu’est ce qu’un objet culte et en quoi se différencie t’il d’un objet culte cultuel ?

-Pourquoi même devenu inutiles, les objets comptent ils autant à notre vie ?

3. Vocabulaire

Établir la liste la plus exhaustive possible de tout les compléments du nom pouvant être associés à l’objet (ex : objet d’art, objet connecté)

-objet d’étude

-objet de collection

-objet

Rechercher le sens des mots : bibelot, bric à brac, cabinet de curiosités, ready made, nature morte, fétiche, gadgets, marchandise, produit, outils, instrument et chose.

Bibelot : Petit objet décoratif rare ou curieux.

Bric à brac :

Cabinet de curiosités :

Ready made :

Nature morte :

Fétiche :

Gadgets :

Marchandise :

Produit :

Outils :

Instrument :

Chose :

Définition d’objet :

Vient du latin « objectum » qui a pour étymologie ce qui est placé devant. Un objet est ce qui est placé devant le sujet. Il n’y a pas d’objet sans sujet.

Chose solide, maniable, généralement fabriquée, une et indépendante, ayant une identité propre, qui relève de la perception extérieure, appartient à l’expérience courante et répond à une certaine destination.

Solide : physique. Maniable : manipulable. Qui relève de la perception extérieure : il peut être vu, touché, entendu, etc. Appartient à l’expérience courante et répond à une destination: l’objet a un usage.

Il est difficile de fixer des limites sur la définition, il est souvent lié a sa fonction et son mode de production.

→ L’ère du vide de Gilles Lipovetsky.

- De l’objet de culte au culte des objets

L’objet est plus qu’une chose, il est autre chose. Ex : pierre qui est une chose et devient autre chose (presse papier). L’objet au delà de sa fonction et sa valeur nous renseigne sur l’homme qui l’a imaginé, conçu, fabriqué, produit. L’objet permet de comprendre comment s’élabore la pensée humaine « à travers la matière ». Il nous informe sur la culture et la civilisation qui la vue naitre et qui en a usage.

- La naissances de l’objet : les objets qu’on invente.

La naissance d’un objet témoigne toujours du désir de l’homme a créer des objets. L’objet est le digne de notre intelligence, de notre perfectibilité (objets de plus en plus performants, efficaces), et il serait également le signe de notre soif de progrès. Plus un objet est intelligent et plus il témoigne d’une culture, d’une civilisation, d’une société développée. Il y a une remise en question de l’idée de progrès par le développement de l’objet car des objets intelligents pourraient pousser l’homme à moins réfléchir et à laisser les objets le faire pour lui. Mais à force, est ce qu’on ne va pas oublier de faire quelque chose ?

Texte de Bruno Jacomy

L’objet est une invention de l’homme qui lui permet par son intermédiaire de ne plus avoir un rapport immédiat à la nature et de se soustraire aux contingences de cette dernière. L’objet apparaît comme la réalisation concrète d’une volonté d’émancipation et de domination. Il s’émancipe de sa part animale et il essaye de dominer la nature avec les objets. L’homme veut se déplacer : il peut utiliser son corps mais il ne pourra jamais se déplacer aussi vite qu’un objet inventé comme l’avion. Sans objets l’homme devient presque un animal.

L’objet est un prolongement de l’homme, dans le cas de la télécommande il n’y a rien de révolutionnaire mais il y a l’idée de perfectibilité. Pour comprendre un objet il faut réfléchir à son invention. L’homme veut augmenter son rayon d’action, il invente donc la télécommande.

Texte de Gilbert Simondon

L’objet ne se définit pas uniquement par sa fonction utilitaire. D’après l’auteur c’est son mode opératoire, ses origines, son invention. Un objet est toujours détachable de son créateur, il peut être utilisé par tout le monde mais porte les traces de celui qui l’a crée.

S’intéresser aux objets que du point de vue de sa fonction c’est ne pas faire de distinction entre une baguette et une fourchette= ces deux objets ont la même fonction=préhension des aliments mais ils relèvent de deux opérations mentales différentes, deux conceptions culturelles différentes dans la mesure ou les hommes communiquent à travers ce qu’ils inventent. On retiendra que l’objet est toujours révélateur d’un fonctionnement opératoire qui suppose un acte d’invention donc une opération mentale présente en lui.

Texte de François Bon

Autobiographie du microscope. D’abord il l’observe, il lit la notice. Il est fasciné par l’objet. Au bout d’un an il détourne l’objet de sa fonction primaire, il s’approprie de l’objet : le prend à l’envers. L’intérêt d’un objet ne réside pas seulement dans sa fonction utilitaire mais aussi dans la médiation avec la nature qu’il permet.

- L’objet, bien de consommation : les objets qu’on fabrique

L’objet est d’abord conçu par

...

Télécharger :   txt (44 Kb)   pdf (99.1 Kb)   docx (596.9 Kb)  
Voir 27 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club