Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

La réfection d’un pansement complexe chez une personne Schizophrène qui refuse le soin

Par   •  26 Novembre 2017  •  1 557 Mots (7 Pages)  •  84 Vues

Page 1 sur 7

...

- Gants

- Sur-blouse

- Masque

- Compresses stériles

- Sets à pansement

- Scalpels

- Curettes

- Sérum physiologique

- Sacs DASRI

- Sacs poubelle

- Allevyn 12.5 X 12.5

- Aquacel foam 17.5 X 17.5

- Mèches : Urgosorb

- Ciseaux

- Duoderm (gel)

- Solution hydro-alcoolique

- Tegaderm film

Désormais prêt, je vais voir ma patiente et lui demande d’aller dans sa chambre et de s’installer sur son lit à plat ventre qui est la meilleure position possible pour réaliser le soin. C’est une position confortable pour ma patiente qui restera presque 45 min allongée mais aussi pour moi pour me permettre d’avoir la meilleure dextérité possible. Elle négocie de fumer une cigarette avant, j’accepte pour faire en sorte qu’une nouvelle fois le soin se passe bien.

Mme H étant prête, elle s’installe sur son lit, enlève son pantalon et se met en position. Je suis accompagné d’une infirmière. Elle est présente pour m’aider dans la réalisation du soin mais aussi pour réaliser le soin le plus rapidement possible, elle s’occupe également de la réfection des escarres. Nous sommes chacun de chaque côté du lit.

Actions de soins :

- Nettoyage au serum phy de toutes les escarres

- Plaie hanche gauche : retrait de fibrine au scalpel + mèches urgosorb X2 + allevyn

- Plaie fesse gauche : mèches urgosorb X4 + allevyn

- Plaie sacrum (en voie de cicatrisation) : allevyn

- Plaie hanche droite : application de duoderm + allevyn

- Plaie fesse droite : mèches urgosorb X3 + allevyn

Pendant le soin la patiente a été plutôt coopérante et a supporté le soin. J’aide ma patiente à s’habiller et l’aide à s’installer dans son fauteuil pour qu’elle puisse se diriger dans la salle de restaurant pour le repas du midi. Je range tout le matériel, nettoie mon chariot à pansement, élimine les déchets et je retourne dans la chambre de Mme H pour faire la réfection de son lit.

Remarques

Lorsque j’ai vu les escarres de ma patiente pour la 1ère fois, j'ai réalisé une première analyse personnelle du constat en me demandant comment on pouvait arriver à une telle situation et quelles en étaient les raisons initiales. Prenant ensuite en compte sa maladie et les raisons qui l’ont conduite à arriver dans le service d’admission, j’ai compris.

Bien entendue, il est important de communiquer avec la patiente pendant toute la durée du soin et répondre parfois à ses questions sur l’évolution de ses plaies. Il faut également rassurer Mme H lorsque celle-ci comment à fatiguer de la durée du soin.

Questionnements

La formation nous apprend me semble-t-il, qu'un soin sans rencontre avec le patient peut, peut-être, avoir des bénéfices thérapeutiques sur le plan physique mais que sur le plan relationnel, le lien crée à l'occasion de ce soin est essentiel quant à son acceptation, sa réalisation et ses effets. Il s'agit de s'interroger sur le problème suivant : comment l'infirmier peut-il gérer un refus de soin.

Comment un soignant doit-il réagir quand un patient refuse un soin qui a été médicalement prescrit à celui-ci. Ce problème auquel j'ai été confronté au cours du stage m'a montré que la dimension de la communication était indispensable dans la réalisation d'un soin. Cette communication suppose une écoute bienveillante, capacité difficile à codifier puisque chaque patient est différent et que l’on doit s’adapter à chaque situation.

Difficultés et points à approfondir

La principale difficulté a été pour moi de faire accepter le soin par la patiente. Le plus compliqué est de lui faire prendre sa douche avant la réfection des pansements. La plupart du temps c’est quelque chose qu’elle refuse. Il faut parfois négocier faire faire du chantage pour qu’elle accepte. Pour moi, ce n’est pas une méthode que j’apprécie mais pour le bien de la patiente et du fait de sa pathologie, il arrive de ne pas avoir le choix. Les pansements sont à faire tous les jours et la réussite du soin ou non dépend beaucoup de l’état psychologique du jour de Mme H. La 2ème difficulté est de réaliser le soin assez rapidement pour ne pas « agacer » la patiente qui parfois reste agité pendant le soin, triste et consciente de la gravité de ses plaies. La dernière difficulté est de faire comprendre à la patiente la nécessité de prendre soin de ses pansements jusqu’à la réfection de ceux-ci. En effet, Mme H garde ses pansements en général environ 2 heures et le reste du temps ils sont à l’aire libre.

Vous sentez-vous suffisamment autonome sur l’ensemble de cette activité pour l’assurer seul ? Pourquoi ?

Pour avoir fait ce soin durant toute la durée de mon stage, je me sens capable de réaliser le soin seul. Cela prendrait plus de temps que lorsque nous sommes 2 et ça pourrait être plus compliqué pour la patiente mais si la situation l’oblige je pense que j’en serais capable.

...

Télécharger :   txt (10 Kb)   pdf (86 Kb)   docx (14.4 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club