Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Types de communication

Par   •  3 Juillet 2018  •  1 951 Mots (8 Pages)  •  464 Vues

Page 1 sur 8

...

que si on comprend la langue (qui est un code). Pour qu’il soit compréhensible, il faut ainsi en traduire la substance (le sens qu’il véhicule). Dans une situation de communication idéale, émetteur et récepteur doivent disposer du même code.

II/ Les fonctions de la communication

La principale originalité du modèle de Jakobson et l’un de ses intérêts essentiels est qu’à ses six facteurs, il a fait correspondre six fonctions. Son modèle n’est pas seulement un modèle descriptif et statique mais aussi un modèle fonctionnel (c’est-à-dire analysant les fonctions spécifiques associées à chaque élément).Il a tenté de montrer que tout message remplit plusieurs fonctions qui peuvent se hiérarchiser autour d’une fonction fondamentale.

fonction métalinguistique

1- La fonction émotive (ou expressive) concerne l’émetteur. Elle est présente lorsqu’on peut repérer des marques de sa subjectivité (en particulier lorsqu’il s’exprime à la 1ère personne, lorsqu’il exprime un jugement, des sentiments, des sensations, veut convaincre… En d’autres termes, elle vise à une expression directe de l’attitude du sujet à l’égard de ce dont il parle. C’est la fonction de la subjectivité.

Elle domine dans les textes où la subjectivité joue un rôle essentiel et lorsque l’émetteur tient à s’engager fortement. (Certains textes littéraires, lettres, documents promotionnels)

Indices de reconnaissance : 1ère personne, contenu personnel, subjectivité du texte ou discours.

2- La fonction conative ou impérative est orientée vers le destinataire chez lequel le destinateur veut provoquer des effets (l’émouvoir, l’inciter à agir…). Elle traduit la volonté d’influencer ou même simplement impliquer le récepteur Elle domine lorsque l’objectif principal est de produire un effet sur le lecteur, l’auditeur, de le séduire, de le faire réagir, d’influencer ses choix. Elle vise à déterminer chez le récepteur un comportement actif : la publicité électorale ou commerciale (Un message publicitaire, une propagande relèvent de la fonction conative, le message étant surtout centré sur les caractéristiques et les réactions du récepteur que ce message cherche à influencer.), les signes de l’index voulant dire « Sortez ! », lettres, rapports, les signaux d’interdiction du code de la route, une leçon de géographie, un film documentaire ou une liste des résultats des matchs de football ont également une fonction conative puisque ces messages ont pour effet de modifier le stock de connaissances ou des croyances du récepteur.

Indices de reconnaissance : 2ère personne tu / vous, impératif, question.

3 - La fonction référentielle est orientée vers le contexte ou référent dans la mesure où c’est de lui que va dépendre la signification du message. Elle est essentielle dans toute communication informative. Elle rattache le langage au contexte (personne / sujet dont on parle / de qui – de quoi parle t- on.

Elle est dominante lorsque le message est conditionné par la situation. Elle correspond donc aux informations transmises (notes, communiqués, comptes rendus, Le discours scientifique, l’information objective relatant des faits concrets sont aussi des messages à fonction référentielle.

« J’aimerais que cette affaire soit réglée aujourd’hui » suppose que les interlocuteurs sachent sans ambiguïté de quelle affaire il s’agit.

Indices de reconnaissance : 3ère personne mais aussi la 1ère si le message est objectif, le pronom neutre : ça, cela.

4- La fonction phatique ou de contact : elle est présente lorsque le message sert à assurer le bon fonctionnement du canal, le bon état de celui-ci et donc à établir ou conserver les conditions de la communication. Par elle, le destinateur établit et maintient une liaison avec le destinataire (Allô, tu m’entends ?…) Dans la communication directe, les interlocuteurs se regardent, hochent la tête. A l’écrit, tout ce qui concoure à la lisibilité du message (marges, titres, introduction, sommaire, pages de présentation, ponctuation, mise en pages, etc.

On cherche à attirer l’attention de l’autre par des mots ou des phrases vides de sens réel : les conversations sans importance aucune, à propos du temps, de tout, de rien…« il fait beau» « comment allez-vous? ».

La fonction phatique joue un rôle important dans tous les modes de communion (rites, cérémonies, discours, conversations quotidiennes).

Dans cette situation, le contenu de la communication a moins d’importance que le fait d’être là et d’affirmer la relation. Ces échanges peuvent d’ailleurs paraître absurdes à celui qui ne participe pas à cette communication, car l’information est ici très secondaire.

Indices de reconnaissance : tous les éléments cités ci-contre.

5- La fonction poétique : elle se rapporte à la forme même du message dans la mesure où elle a une valeur expressive propre. Elle attire l’attention sur la façon dont le message lui-même est transmis. Elle est présente lorsque des effets de sens sont obtenus par un jeu sur le code ou lorsque le message se caractérise par des effets de rythme, assonance, images, répétitions, etc. Dans un message en poésie, on ne se préoccupe pas de choisir les mots en fonction de leur sens mais de leur valeur expressive (la poésie, la rime). Cette fonction est destinée à surprendre, à amuser et à motiver le récepteur. Elle met en évidence « le côté palpable des signes ». Tout ce qui, dans un message, apporte un supplément de sens par le jeu de la structure des signes relève de la fonction poétique.

Dans l’art, la littérature, le message cesse d’être seulement l’instrument d’une communication à un moment donné pour en devenir l’objet.

6- La fonction métalinguistique : elle est présente lorsque le message sert à s’assurer d’une bonne compréhension du code commun au récepteur et à l’émetteur. Elle s’exerce donc lorsque l’échange porte sur le code lui-même : « qu’est ce que tu veux dire par… ? », lorsque le langage sert à parler du langage.

Elle se traduit à l’écrit par des définitions du dictionnaire, des notes explicatives, l’introduction d’un lexique, la traduction de termes appartenant à une langue étrangère, les expressions du genre : comment dire ? les citations, les manuels pour le touriste, les légendes de carte…. Il s’agit

...

Télécharger :   txt (12.7 Kb)   pdf (52.2 Kb)   docx (16.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club