Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le rouge et le noir, analyse de passage

Par   •  21 Janvier 2018  •  1 133 Mots (5 Pages)  •  986 Vues

Page 1 sur 5

...

De plus, Julien compare Mlle de la Mole à Mme de Rênal lignes 13 à 14 : « Mme de Rênal avait cependant de bien beaux yeux, se disait-il. Le monde lui en faisait compliment ; mais ils n’avaient rien de commun avec ceux-ci. » Lignes 14,15,16 : « Julien n’avait pas assez d’usage pour distinguer que c’était du feu de la saillie que brillaient de temps en temps dans les yeux de Mlle Mathilde. » Ligne 18 : « Quand les yeux de Mme de Rênal s’animaient, c’était du feu des passions. » Cette comparaison met en avant deux conceptions de l’amour chez Stendhal : d’un côté l’amour-passion, ce qu’il a ressentit pour Mme de Rênal et d’un autre côté l’amour-physique ce que Julien semble éprouver pour Mlle de la Mole. Cette attirance exclusivement physique met en avant l’ambigüité du ressentit de Julien vis à vis de Mlle de la Mole. Il semble éprouver aucun sentiment pour elle. De plus, vu le vocabulaire employé pour la décrire qui est généralement réserver aux animaux, il semble avoir peu d’estime pour elle. Ceci est renforcé aux lignes 44 et 45 : « Mlle de la Mole ne serait jamais une femme à ses yeux ».

Dans la deuxième partie du passage, Julien passe une sorte d’examen afin de se faire accepter par la bonne société parisienne. Cet examen est constitué de différentes étapes : 1 ère étape l.35 : « Tout le monde regarda Julien, qui fit une inclination de tête un peu trop marquée à Norbert : mais en général on fut content de son regard. » première étape mitigée, mais globalement réussie. 2 ème étape l. 38-41 : « Il fallait que le marquis eût parlé du genre d’éducation que Julien avait reçue, car un des convives l’attaqua sur Horace : c’est précisément en parlant d’Horace que j’ai réussi au près de l’évêque de Besançon. » il fait bonne impression, ce qu’il le rassure l.43 : « A partir de cet instant il fut maître de lui. » il se sent de plus en plus à l’aise. Cela se fait également ressentir dans les lignes suivantes où il explique que seul le décor pourrait l’impressionner. 3 ème étape l.51 à 53 : « Ses phrases n’étaient pas trop longue pour un provincial.» sa confiance se fait ressentir et il fait preuve de bonne manière, de plus son physique ne fait que l’avantagé. Cette sorte d’examen est réussi comme dit aux lignes 55 à 56. Cette acceptation par la bonne société parisienne sera un avantage pour son ascension sociale.

- Conclusion

En conclusion, la confusion qu’éprouve Julien vis à vis de Mlle de la Mole est réelle car malgré la seule attirance physique et le désintérêt pour sa personnalité ceux-ci vivrons tout de même une histoire ensemble. Ce qui est annoncé indirectement dans le passage par Stendhal lorsque les deux personnages sont assis l’un en face de l’autre comme le font habituellement les couples. Mais cet amour ne semble pas être comparable à celui qu’entretiennent Julien et Mme de Rênal car lorsque Julien devra prendre la grande « décision », il choisira Mme de Rênal avec qui il a vécu le véritable amour-passion. Ce passage est donc une sorte de prédiction de la fin du roman. De plus, Julien semble être accepté par la bonne société parisienne ce qui sera un tremplin pour son ascension sociale.

...

Télécharger :   txt (6.6 Kb)   pdf (45.2 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club