Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Dissertation le rouge et le noir

Par   •  21 Janvier 2018  •  1 031 Mots (5 Pages)  •  616 Vues

Page 1 sur 5

...

-Ça va Julie ? Ça va ?

Pas de réponse. Ça m’inquiète pas tant que ça, elle est encore un peu dans les vapes. Après plusieurs questions, et claques, pour essayer de la résonner, elle répond enfin plus qu’on grognement. On s’échange quelques mots. A priori elle est claustrophobique et ne supporte pas d’être enfermé dans cette banque.

-Auriez-vous quelque chose à boire ? me demande-t-elle.

Je n’avais pas du tout pensé à ça avant qu’elle me le demande, mais nous n’avions ni à boire, ni à manger. Il ne faut pas qu’elle l’apprenne, elle va se sentir encore moins bien. Déjà que j’ai eu bien de la peine à gérer un petit malaise…

-Oui j’ai à boire. Mais ce n’est pas bien de boire juste après un malaise. Essayez de vous reposer un peu, de dormir, sinon la nuit risque d’être longue. Je la laisse allongée près de sa valise et retourne à ma position précédant la situation. C’est le lieu idéal pour essayer de dormir.

Je suis entrain de tenter de m’endormir depuis une bonne quinzaine de minutes quand tout à coup le ronronnement s’arrête. Nettement. J’ouvre les yeux et je constate aussi qu’il n’y a plus de lumière. Je pense instinctivement à une panne de courant, ou peut-être est-ce des nouvelles mesures de la FBF pour économiser quelque sous ? Je décide de ne pas m’attarder sur la question et profite de la situation pour tenter d’entrer dans un bon sommeil pour le reste de la nuit. Julie elle n’a pas réagi, elle doit déjà dormir.

Mais le répit est de courte durée. Une trentaine de secondes plus tard. Un affreux bruit perturbe le silence qui s’était enfin installé. Un bruit effroyable, une sorte de froissement de métal combiné à un grincement. Mon regard se tourne instinctivement vers ma nouvelle acolyte, et je la vois se réveiller en sursaut. Elle hurle tout de suite, avant même de s’être rendu compte que les bancomats ne ronronnent plus et que nous sommes dans le noir :

-Qu’est ce qu’y se passe ?! Qu’est ce qu’y se passe ? Quel est cet horrible bruit ?!

C’est la que je me rappelle du dernier paragraphe de mon dernier relevé de compte bancaire, avant que la banque me licencie et que je clôture mon compte chez eux : « veuillez noter que les retraits dans les offices ne seront plus possibles à partir d’une heure du matin dans les petites villes. En effet, nous ne pouvons assurer la sécurité à partir d’une certaine heure et ne préférons pas prendre de risque ». Ce que l’on peut traduire en : « nous ne voulons plus payer un agent de sécurité à faire des rondes autour de nos offices pour arrondir les fins de mois de nos cadres, nous allons installer des rideaux métalliques ».

-Je me souviens maintenant. La banque a mis en place des rideaux métalliques devant les banques dans les petits bleds afin d’économiser de l’argent sur les rondes des agents de sécurité.

-Au diable les petites villes, r

...

Télécharger :   txt (6.1 Kb)   pdf (44.7 Kb)   docx (13.2 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club