Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Michel de Montaigne, Les essais

Par   •  15 Mars 2018  •  2 318 Mots (10 Pages)  •  238 Vues

Page 1 sur 10

...

Beaumarchais est un grand dramaturge du XVIIIe siècle. Sa célèbre œuvre qu’est le Mariage de Figaro est le centre d’une trilogie.

Chacune des trois scènes à un moment clef de l’action, la scène 13, le compte est sur le point de découvrir Chérubin, la scène 14, Chérubin s’échappe en sautant du balcon dans la melonnière, et enfin la scène 15, Suzanne est soulagée car le plan d’évasion de Chérubin est réussi.

La scène 13 est une scène avec beaucoup de mouvements, les didascalies sont encore une fois présentent. Nous observons que le comte appelle Suzanne sous un surnom « Suzon ». Le comte étant jaloux de Suzanne est énervé et a donc besoin d’affirmer son autorité et emploie donc le terme « je vous l’ordonne ! » et perd même ses manières et la politesse en disant qu’il la verrait qu’elle soit nue ou pas « vêtue ou non, je la verrai. »

Dans la scène 14, Suzanne aide Chérubin à s’échapper et fait tout pour sauver son mariage. « Et mon mariage ? Ô ciel ! ».

La scène 15 est une scène très courte avec un monologue de Suzanne

Nous avons ici une scène de jalousie de la part du comte qui souhaite savoir quelle étourderie prépares Suzanne « Et moi j’espère savoir dans un moment quelle est cette Suzanne mystérieuse »

C’est une scène qui a aussi un aspect comique étant donné qu’il y a dans un même espace, le mari (le compte), la femme (la comtesse) et la servante (Suzanne que le compte veut pour maîtresse).

Au final nous remarquons que ce passage de 3 scènes consécutives est très rapide et rythmé, l’action continue sur une longue période. Dans ce passage on remarque bien que Beaumarchais continue à dénoncer la noblesse tout en restant comique d’un côté.

La peste TEXTE 6

La peste d’Albert Camus a été écrit en 1947 après la Seconde Guerre mondiale. Albert Camus a une certaine implication de la guerre dans ses œuvres.

La peste est composé d’un incipit, l’auteur présente le cadre ou se passera l’action principale mais pas seulement.

Dans ce roman, Albert Camus fait preuve de réalisme, une date et une ville réelle sont données « Oran » en « 194 ». On remarque que la mort est déjà présente dans le titre « La Peste », grave maladie épidémique et mortelle à grande échelle. Oran est décrite comme une ville ordinaire, laide et d’aspect tranquille, il l’a décrit comme étant un lieu neutre.

Dès le troisième paragraphe, le narrateur insiste sur l’ennui présent dans cette ville d’Oran « tout cela se fait ensemble, du même air frénétique et absent. » C’est-à-dire qu’on s’y ennuie et qu’on s’y applique à prendre des habitudes »

Les activités dans cette ville sont banales et répétitives précise le narrateur. Dans cet extrait, au moment du départ le narrateur cite « à peine distraits par ce départ de leurs préoccupations habituelles.

L’intrigue de ce livre est basée sur quand et comment éclatera l’épidémie, ainsi que comment les Oranais qui sont les principaux concernés vont-ils s’en sortir ?

Les gens contaminés par la peste était en fait emmenés à l’extérieur du monde, on voit un isolement des personnes touchées par la maladie, il s’agit en fait de montrer la différence créer par les dirigeants d’une personne malade et non malade, pour garder un minimum de contact, les malades utilisaient des télégrammes « Les télégrammes restèrent alors notre seule ressource. » ou bien écrivait mais sans avoir de preuve de réception et ne recevait pas la moindre réponse non plus, et parfois même pouvait avoir des appels téléphoniques lors de cas urgent comme le dit le narrateur « limitées à ce qu’on appelait les cas urgents, comme la mort, la naissance et le mariage. »

La peste TEXTE 7

La peste d’Albert Camus a été écrit en 1947 après la Seconde Guerre mondiale. Albert Camus a une certaine implication de la guerre dans ses œuvres.

La peste est composé d’un incipit, l’auteur présente le cadre ou se passera l’action principale mais pas seulement.

Dans ce roman, Albert Camus fait preuve de réalisme, une date et une ville réelle sont données « Oran » en « 194 ». On remarque que la mort est déjà présente dans le titre « La Peste », grave maladie épidémique et mortelle à grande échelle. Oran est décrite comme une ville ordinaire, laide et d’aspect tranquille, il l’a décrit comme étant un lieu neutre.

Dès le troisième paragraphe, le narrateur insiste sur l’ennui présent dans cette ville d’Oran « tout cela se fait ensemble, du même air frénétique et absent. » C’est-à-dire qu’on s’y ennuie et qu’on s’y applique à prendre des habitudes »

Michel de Montaigne est né le 28 février 1533 et mort le 13 septembre 1592. Michel de Montaigne était un philosophe et moraliste de la renaissance, il a eu un certain impact dans la vie politique de l’époque, il était aussi très attaché à l’humanisme dans sa vie, sa principale œuvre qui est les essais le prouve bien. Michel de Montaigne a inspiré de grands auteurs, de grandes personnes comme Shakespeare, Descartes, Pascal, Voltaire et bien d’autres.

Dans le chapitre 24 sous-entendu « Du pédantisme », Montaigne fait comprendre qu’il pense que l’éducation correspondrait à l’acquisition de connaissance. Dans ce chapitre, Montaigne se demande si avoir trop de connaissances ne pourrait pas avoir des effets négatifs.

Pour lui dans ce passage, il explique que les scientifiques n’apprennent pas de la bonne façon la science et la représente avec une comparaison entre les oiseaux et les scientifiques « tout ainsi que les oiseaux vont quelquefois à la quête du grain, et le portent au bec sans le tâter, pour en faire becquée à leurs petits : ainsi nos pédants vont pillotant la science dans les livres et ne la logent qu’au bout de leurs lèvres, pour la dégorger seulement et mettre au vent. » Il nous fait remarquer que pour lui la science se découvre au fur et à mesure, la science du passé n’est pas une valeur sure et la science du futur est trop développée pour pouvoir la pratiquer en disant « Nous ne sommes, ce que crois-je, savants, que de la science présente : non de la passée, aussi peu que de la future.

Deux phrases en latin qui est la langue maternelle de Montaigne

...

Télécharger :   txt (14.2 Kb)   pdf (58.2 Kb)   docx (17.1 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club