Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Obtention de Fonds de développement - Équateur

Par   •  11 Novembre 2018  •  2 579 Mots (11 Pages)  •  129 Vues

Page 1 sur 11

...

Cependant, l’Équateur montre, malgré sa relative pauvreté, une espérance de vie à la naissance comparable à celle d’un pays relativement riche (voir carte page suivante). En effet, de 1980 à 1990, l’espérance de vie des femmes est passé de 65.3 ans à 71.53 ans (augmentation de 6.23 années), et celle des hommes, de 61.4 ans à 66.65 années (augmentation de 5.25 années). L’écart de 4.9 années entre l’espérance de vie des femmes et celle des hommes signifie qu’en moyenne, les Équatoriennes pouvaient espérer vivre 4.9 ans de plus que les Équatoriens. En 2000, l’espérance de vie à la naissance des femmes atteint 76.4 ans et celle des hommes, 70.6 années, après des augmentations respectives de 4.87 ans et de 3.95 ans, mais l’écart de 5.8 ans entre l’espérance de vie des femmes et celle des hommes signifie qu’en moyenne, les Équatoriennes pouvaient espérer vivre 5.8 ans de plus que les Équatoriens. En 20 ans, l’écart entre les espérances de vie des deux sexes a augmenté de 0.9 années.

➔ Carte indiquant l’espérance de vie à la naissance de tous les pays. 8[pic 8]

Quant au taux de scolarisation, il est relativement élevé, comparativement à la relative pauvreté de l’Équateur, en 1990, étant de 87.637%. Il n’en demeure pas moins que plus de 12.36% de la population équatorienne est analphabète. Le manque de données sur cet indicateur, ainsi que celui des dépenses du pays en éducation, empêche une analyse plus poussée de leur évolution dans le temps.

Finalement, pour ce qui est du chômage, de 1990 à 2000 (données non disponibles pour 1980), il subit une hausse de 2.9% et passe de 6.1% à 9%. L’Équateur étant un pays relativement pauvre et peu développé, le marché du travail demeure un [pic 9]

ÉVOLUTION D’INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES

Tableau 2 Évolution de quelques indicateurs démographiques, de 1980 à 2000 6 **

[pic 10]

* Les soldes ont été calculés à partir des données sur les naissances et les décès trouvés à la source « 8 ».

* * Seules les données proviennent de cette source. Le tableau a été fait par moi, « représentante, à l’ONU, de l’Équateur ».

La situation démographique du pays est généralement faible, malgré que la population totale de l'Équateur soit toujours croissante, dans le temps. En effet, de 1980 à 2000, la population croît de 2 310 600 personnes et passe, donc, de 7 961 400 habitants à 10 272 000 habitants. Puis, de 1990 à 2000, la population augmente de 2 034 000 personnes pour passer de 12 306 000 d'habitants.

Cependant, le pourcentage de jeunes de 15 ans et moins diminue, alors que celui des gens de 65 et plus augmente. Cela signifie qu’en Équateur, la population est vieilissante. En 1980, le pourcentage de jeunes de 15 ans et moins était de 42.8% et celui des gens de 65 ans et plus, 4.106 %. Hors, de 1980 à 1990, le pourcentage des jeunes de moins de 15 ans diminue à 38.96%, alors que le pourcentage des gens de plus de 65 ans augmente à 4.153%. Puis, entre 1990 et 2000, lepourcentage de jeunes de moins de 15 ans diminue de 4.52% pour passer à 34.44% de la population de l'Équateur, alors que le pourcentage de personnes de plus de 65 ans augmente de 0.962% pour passer à 5.115%.

Cela dit, le solde naturel de la République de l'Équateur est en constante augmentation. De 1980 à 1990, il augmente de 6.63% pour passer de 217 704 à 233 162 habitants de plus. De 1990 à 2000, il passe de 233 162 à 236 105 habitants de plus et subit, donc, une augmentation de 1.25%.

Malgré cela, le solde migratoire de l'Équateur diminue gravement et, en 1980, le solde migratoire était de 4396 immigrants, ce qui était déjà faible. Puis, de 1980 à 1990, le solde migratoire a diminué de 3558 immigrants et passe sous la barre des milliers, atteignant 838 immigrants. De 1990 à 2000, le solde migratoire devient négatif : il est de- 56 105 immigrants. Cela signifie qu’il y a plus d’émigrants que d’immigrants, au pays.

Finalement, l’équation démographique, soit la croissance totale, semble instable dans le temps. D’abord, de 1980 à 1990, la croissance naturelle augmente de 5.36%, soit 11 900 personnes de plus présentes dans le pays. Toutefois, de 1990 à 2000, la croissance naturelle chute fortement : migration négative. La croissance naturelle baisse de 23.08% et atteint 180 000 individus de plus. Donc, l’équation démographique demeure positive.

QUELQUES DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES

Tableau 3 Évolution d’indicateurs démographiques généraux, de 1980 à 2000 6 **

[pic 11]

* * Seules les données proviennent de cette source. Le tableau a été fait par moi, « représentante, à l’ONU, de l’Équateur ».

Selon les données démographiques ci-dessus, l’Équateur semble se trouver entre les étapes deux et trois du modèle de transition démographique, car l'accroissement naturel de l'Équateur est élevé, comparativement au taux de mortalité générale du pays. Certes, il y a une baisse constante du taux de natalité qui diminue de 11.91 points de pour mille entre 1980 et 1990, pour passer de 36.14 à 24.23 pour mille. Quoi que diminuant, le taux de natalité demeure beaucoup plus élevé que le taux de mortalité générale qui augmente de 20.11 pour mille de 1980 à 1990, égalisant le taux de natalité, pour, ensuite, diminuer de 23.86 points de pour mille entre 1990 et 2000. Ainsi, l’écart entre les deux taux semble en voie de diminution dans le temps. (voir « Tableau 2, page 6).

Le taux de fécondité de l'Équateur est en constante diminution dans le temps, mais en 1980, il était de 4.98 enfants par femmes. Généralement, pour assurer le simple remplacement des générations, le taux de fécondité doit être de l'ordre de 2,1 enfants par femmes: l'Équateur surpasse de plus du double cette norme. De 1980 à 1990, le taux de fécondité diminue et passe de 4.98 enfants par femmes à 3.64, c'est-à-dire qu'en moyenne, le nombre moyen d'enfants par femmes était de 3.64. Finalement, de 1990 à 2000, bien que le taux de fécondité diminue encore pour atteindre 2.93 enfants par femmes, ce chiffre ne se situe toujours pas sous le seuil de remplacement des générations, mais en vingt ans, toutefois, il s'en est dangereusement rapproché.

...

Télécharger :   txt (17.9 Kb)   pdf (143.7 Kb)   docx (20.3 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club