Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Communication Module 5 Formation AS

Par   •  28 Août 2017  •  2 554 Mots (11 Pages)  •  131 Vues

Page 1 sur 11

...

« je vais sortir un instant et je reviens. Prenez votre temps pour vous rendre dans la salle de bain et commencer à vous déshabiller »

Lorsqu’il adhère au soin, j’essaie de prendre une attitude de soutien, en reprenant nos échanges habituels, dans le but de rassurer, de favoriser une reprise de confiance en soi.

« en discutant avec lui, comme chaque matin, de choses ordinaires »

De son côté, l’absence de réponse, dans un premier temps, ainsi que le ton employé, soulignent l’opposition, le refus.

« Il ne répond pas à mon bonjour », « d’une voix très faible, dire, non », « dit d’un ton sec »

« je ne me lève pas, foutez-moi la paix! » .

Le recours au vouvoiement (alors qu’il me tutoyait), montre également son souhait de mettre une distance entre nous.

Face à cette « agressivité verbale », je m’emploie à conserver une élocution douce et discrète, afin de lui prouver mon état d’écoute compréhensive.

« et lui dis doucement », « Je lui demande, toujours calmement ».

* se référer à la page 8 « Définitions »

Communication non verbale * :

Ici, l’expression du visage de Monsieur C, sa posture dans le lit, révèlent une opposition à la communication, à un échange.

« replié sur lui-même, sa casquette sur la tête », « son regard sévère », «Il est installé dans la même position où je l’ai trouvé en entrant », « Il relève un peu sa casquette ».

Face à cette attitude, j’adopte des gestes et postures incitant à rompre cet état.

« me mettant à son niveau », « J’ai décidé alors, de faire abstraction du lit souillé, de ne pas lui en parler », « Je sors », « mettant une main sur le côté du lit ».

Les attitudes * adoptées :

Nous venons de voir , déjà, dans quel contexte les attitudes d’évaluation, de soutien et de décision ont été adoptées. Nous pouvons rajouter deux autres attitudes, qui ont joué un rôle tout aussi important que les autres, à travers cet épisode vécu. Il s’agit de :

L’attitude d’écoute compréhensive, où, j’entends et ne juge pas le rejet , le refus de coopération de Monsieur C. J’essaie de l’inciter, sans l’obliger, à livrer les raisons de son mal-être de ce matin.

L’attitude d’interprétation, où, lors de mon questionnement sur le pourquoi de cette situation, je mets celle-ci, sur le compte du lit souillé, alors que, se pourrait être, plutôt, une fatigue du matin, ou une quelconque déprime. Ou encore, lorsque l’épreuve est passée, je le pense soulagé ; est-ce vraiment le cas ? .

Le type de relation * dans lequel la situation a évolué :

Monsieur C est incontinent fécal et urinaire, d’où une relation de dépendance (besoin d’être propre et protéger ses téguments) ;

il a des difficultés à se mobiliser, d’où une relation d’aide ;

« Après quelques jours de prise en charge, nous avons réussi à établir une relation cordiale », d’où une relation de confiance.

Les causes ayant eu une incidence :

La connaissance des causes, qui ont favorisé le déroulement des faits, est utile à la compréhension du contexte général dans lequel les faits relatés se sont produits.

Elle permettra également, avec l’aide des autres éléments, de répondre à notre problématique et d’évaluer l’efficacité des actions que j’ai mises en place.

Ces causes peuvent être réelles ou éventuelles. Ce sont donc :

- mon manque d’expérience (les faits se sont déroulé lors de mon troisième stage)

« comment devrais-je gérer sans l’importuner »

- la contrainte du temps (rendez-vous chez le kinésithérapeute )

- le fait que le lit soit souillé (situation qui peut être embarrassante, qui porte atteinte à la pudeur, d’où, une situation délicate à gérer)

- une déprime (Monsieur C aurait pu avoir mal à accepter sa dépendance)

- une fatigue du matin (due à un mauvais sommeil ?)

Les actions mises en place :

Les actions mises en place durant cet épisode sont, en fait, évoquées à travers les points décrits au dessus. Je les ai synthétisées comme suit :

- Analyse, écoute, recherche de compréhension

- Changement de registre de communication selon le besoin

- Utilisation de plusieures techniques de communication

- Importance accordée à tous les éléments : attitudes, lieux, intonation, posture ….

- Tentative de ne pas juger, brusquer

- Respect de la dignité

Les actions qui auraient dû être mises en place :

D’avantage d’analyse, d’écoute et de recherche de compréhension, vu que des questions que je me suis posé, sont restées en suspens ;

« Est-il vraiment fatigué et veut-il rester au lit ? Est-il las de son état ou bien est-il gêné par la situation ? »

« Aurait-il réagi différemment avec une autre personne que moi ? » « Cette situation, avait-elle nuit à la relation de confiance établie ? »

De ma part, une maîtrise de soi. En effet, personnellement, j’ai ressenti une certaine frustration et une panique devant les faits. Ce qui aurait pu influencer, négativement ,

mon comportement . Je ne l’ai, certes, mentionné nul part, mais, à certains moments ,

je ne savais pas quoi faire.

IV Conclusion :

Les circonstances

...

Télécharger :   txt (16.3 Kb)   pdf (111.4 Kb)   docx (19.3 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club