Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

ANALYSE D’UNE SITUATION PROFESSIONNELLE

Par   •  22 Novembre 2017  •  1 223 Mots (5 Pages)  •  72 Vues

Page 1 sur 5

...

A long terme, le bruit peut rendre sourd, ou notre audition peut diminuer au fil des ans.

Mise en œuvre d’une démarche d’analyse

Durant mon stage, j’ai pu recueillir des faits concernant le bruit : 1 employer qui a 20 ans d’ancienneté dans l’entreprise, souffre depuis peu de trouble auditif. De temps en temps son oreille siffle.

[pic 1][pic 2]

ACCIDENT :[pic 3]

[pic 4]

Prévention du bruit : L’évaluation des risques par le mesurage

L’employeur est tenu d’évaluer l’exposition au bruit de ses salariés (article R4433-5 du Code du travail). La mesure du bruit dans l’entreprise permet de connaître ce risque et de faire de la prévention. Les services de santé au travail peuvent l’aider dans la réalisation des mesures du bruit (médecins du travail, ergonomes,). Il doit dans un premier temps identifier les éventuels risques liés au bruit, afin de vérifier que les valeurs seuils définies par la réglementation ne sont pas dépassées.

L’exposition d’un travailleur est caractérisée par le niveau d’exposition sonore quotidienne, noté LEx,8h. Il s’agit de la valeur en dB(A) du niveau moyen de bruit reçu par un travailleur durant sa journée de travail égale à 8 heures ou ramenée à 8 heures .

Le niveau crête (Lpc) est également pris en compte : il représente le niveau instantané maximum constaté pendant la journée. Il s’exprime en dB (C).

Il correspond aux sources sonores impulsionnelles, instantanées et brutales de niveau élevé (impact bruyant, démarrage d’une machine, etc.).

Deux méthodes de mesure de l’exposition peuvent être envisagées : la sonométrie (relevés réalisés auprès de l’opérateur par un technicien pendant les phases de travail significatives) et l’exposimétrie (mesure en continu du niveau sonore pendant la journée de travail, au moyen d’un exposimètre porté par l’opérateur).

Les deux paramètres acoustiques LEx,8h et Lpc mesurés doivent être comparés aux seuils réglementaires définis par le décret du 19 juillet 2006 : le seuil inférieur d’action, le seuil supérieur d’action et la valeur limite d’exposition au bruit.

Seuil inférieur d’action Exposition moyenne (Lex,8h) : 80 dB (A)

Niveau de crête (Lpc) : 135 dB (C)

Seuil supérieur d’action Exposition moyenne LEx,8h : 85 dB (A) Niveau de crête (Lpc) : 137 dB (C)

Valeur limite d’exposition au bruit Exposition moyenne LEx,8h : 87 dB (A) Niveau de crête (Lpc) : 140 dB (C)

Ces mesures de l'exposition au bruit devront être reprises dans la fiche de prévention des expositions, obligatoire depuis le 1er février 2012 (décret nº 2011-354 du 30 mars 2011) et qui supprime l'ancienne fiche d'exposition au bruit (Décret no 2012-134 du 30 janvier 2012 tirant les conséquences de la création de la fiche prévue à l’article L. 4121-3-1 du code du travail).

Selon l’article R4433-2 du Code du travail, le mesurage doit être renouvelé à chaque modification des locaux de travail et au moins tous les 5 ans (nouvelles installations, réaménagement des ateliers, changement important des modes de travail pouvant intervenir sur les niveaux de bruit, etc.).

...

Télécharger :   txt (8.2 Kb)   pdf (76.7 Kb)   docx (12.9 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club