Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

La France, les systèmes productifs entre valorisation locale et intégration européenne

Par   •  28 Septembre 2022  •  Étude de cas  •  894 Mots (4 Pages)  •  46 Vues

Page 1 sur 4

THÈME 2 :  Une diversification des espaces et des acteurs de la production 

Chapitre 1 : La France, les systèmes productifs entre valorisation locale et intégration européenne

INTRODUCTION

Système productif : désigne l’ensemble des facteurs et acteurs reliés entre eux. Ils organisent la production, la circulation, la consommation des biens et services.

On distingue les systèmes productifs à l’échelle locale, nationale ou internationale. Par exemple, en France, le système productif de l’automobile est très connu.

Problématique :

Comment, sous l’effet de la mondialisation et de l’intégration européenne, les systèmes productifs se recomposent-ils en France ?

Quels sont les territoires et les actes ? Qui est privilégié par les différents acteurs de la production et avec quels effets spéciaux ?

I/ Une géographie de la production, insérée dans la mondialisation en Europe :

Comment se caractérise l’économie française ?

A/ Une économie ouverte sur l’Europe et la mondialisation 

Définitions :

  • FTN : firmes transnationales actives et implantées dans plusieurs pays grâce aux filières détenues.

TD 1 :  Les mutations du système productif de Michelin :

  • Michelin est un leader mondial de fabrication de pneus. Son siège social est à Clermont Ferrand.
  • Firme transnationale (FTN*)
  • Vend principalement en Europe et ⅓ en Amérique du Nord
  • Vend dans 170 pays
  • FTN par son grand nombre d’employés en hausse et son chiffre d’affaire

La France possède d’autres FTN comme Danone, Totale, Carrefour.

B/ L’insertion de la France dans la Mondialisation :

La part dans les échanges internationaux augmente : de 10% en 1970 à 27% aujourd’hui.

Définitions : 

  • IDE : Investissements directs à l’étranger. flux financiers qui sont investis par des entreprises à l’étranger.

  1. LA FRANCE ET SON ÉCONOMIE EXTRAVERTIE & INTERNATIONALE :

La France a une économie ouverte sur l’extérieur :

  •  Commerce tourné vers l’extérieur = part importante de sa richesse tournée vers l’économie.
  • compte de grands groupes, environ 30 000 qui emploient + à l’étranger.
  • 1er partenaire commercial dans l’UE ( 60% des échanges sans taxes)

  1. BALANCE COMMERCIALE DÉFICITAIRE :

La france a une balance commerciale déficitaire depuis les années 2000 :

  • Exportations inférieures aux importations
  • La part des exportations françaises a baissé.
  • Points forts de l’industrie agro-alimentaire : le vin, danone, etc…
  • Pour un grand nombre de biens, la France est dépendante de ses importations.

C/ Un pôle attractif pour les IDE :

  • Qualité de la main d'oeuvre et de l'infrastructure de communication
  • Ouverture sur le marché Européen
  • Attraction liée aux avantages fiscaux des collectivités ou de l’Etat.
  •  10 ème rang mondial pour les IDE entrants, essentiellement européen.
  • 16% des emplois salariés dépendent de groupes étrangers.
  • + de 40% du capital des FTN du CAC 40 est entre les mains d’entreprises étrangères.
  • Pôle d’IDE sortant avec l’Europe, puis l’Afrique et l’Amérique.
  • 4ème rang mondial d’IDE sortant.

TD 2 : l’exemple de Renault : 

  • Constructeur automobile français
  • liè au groupe japonais Nissan depuis 1999
  • Lieu d’origine : Paris
  • Développé à Paris, Lyon, etc
  • Politique d’implantation en Europe et en Amérique du Nord dès les années 80
  • Elargissement des sites actifs depuis 2001 en Afrique du Nord et aux USA

II/ Les mutations du système productif français :

A/ Désindustrialisation  :

Définitions :

  • Désindustrialisation : diminution du poids de l’industrie en termes d’emplois et de richesse nationale.

Depuis les années 80, la France connaît une accélération de la mondialisation et une disparition des emplois industriels :

  • en 1960, 40%, en 2020 : 13%.
  • Les secteurs les plus touchés sont ceux du textile et de l'automobile.
  • Salariés de Michelin : de 28 000 à 25 000.

Il existe plusieurs raisons :

  • La concurrence, une offre mondiale plus large
  • délocalisation
  • automatisation des chaînes de production

TD 3 : L’exemple de l’industrie automobile :

(voir travail livre scolaire)

L’industrie de l'automobile est un bon exemple de la désindustrialisation en France.

  • La France est passée du 4ème rang mondiale au 10ème en 2020
  • Délocalisation massive des sites productifs ex : Renault : 72% de la production, hors de France
  • C’est-à-dire en Europe, dans les pays émergents(Brésil, Russie, Turquie)

B/ recomposition des activités à haute valeur ajoutée  :

Définitions :

...

Télécharger :   txt (6.2 Kb)   pdf (1 Mb)   docx (497.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club