Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Cours de Management, l'entrepreneur et le manager

Par   •  21 Mai 2018  •  1 640 Mots (7 Pages)  •  106 Vues

Page 1 sur 7

...

Cohérence = Synergie

Synergie : la combinaison et l’action coordonnée d’éléments qui concourent a un même mouvement d’ensemble et donc a une même finalité.

C’est la base de la réussite dans la communication et le management

La responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise

La prise de conscience des états, des citoyens, des ONG, des consommateurs a amené les entreprises dans une démarche de développement durable dans laquelle peuvent se retrouver des finalités externes et internes de l’entreprise.

L’utopie est le rêve.

Le management stratégique et opérationnel

A) Le management stratégique a pour rôle principale d’anticiper, de construire l’avenir, de définir la trajectoire, d’avoir une vision du futur, d’imaginer les ruptures dans l’environnement.

Il doit faire de la prospective, et imaginer les monde de 21eme siècle. Il détermine les business models.

Les meilleurs stratégies sont iconoclastes, intrigantes et souvent jugées farfelues, et donc empreintes de créativité et d’intelligence.

Le management opérationnel doit allouer les ressources nécessaires et les optimiser. Il doit résoudre les contradictions, trouver des solutions a travers trois niveaux :

- piloter les activités, les process : aspect technique

- prévoir les structures : aspect organisationnel

- conduire l’équin dans les situations de travail qui sont les siennes en permettant a chaque collaborateur de se réaliser (Maslow..etc)

La performance de l’entreprise

- La performance, c’est l’efficacité et l’efficience

- L’efficacité, c’est la capacité a atteindre ses objectifs

- L’efficience c’est optimiser l’utilisation des ressources, c’est a dire être efficace avec le minimum de couts.

L’ambiguité de la performance

La performance n’a pas toujours bonne reptation ou bonne presse. Elle est souvent synonyme de toujours plus, toujours mieux ou de travailler plus pour gagner plus et d’individualisme.

Le modele performance est depuis la crise de 2007 remis en cause. Il a engendré des inégalités d’une démesure destructrice (voir Thomas PIKETTY ou Angus DEATON)

Les crises apparaissent aujourd'hui comme le point ultime de la recherche de la performance.

On assiste a la montée du développement durable qui a mis en avant une performance plus qualitative qui ne réalise pas aux détriments de la nature, des générations futures ou des catégories sociales fragiles.

Les fondamentaux de la performance

Ce qui rend l’entreprise performante

L’exercice du pouvoir

On distingue 4 types de management :

- Tyranodirecteur : centré sur les résultats, vous ne vous préoccupez guère des états d’me qui, pour cous, freinent la productivité et l’efficacité. Vous abordez les griefs en termes binaires : « si vous n’êtes pas avec moi, vous êtes contre moi! ». Directif, il s’engage personnellement, donne les instructions, structure l’activité, fixe des objectifs précis, donne l’exemple, définit des critères précis d’évaluation, assure seul les décisions et privilégié l’information descendante. Mais, il est autoritaire, cherche a tout contrôler, ne délègue pas, accepte pas l’influence des collaborateurs, fais exécuter les taches, construit son autorité sur la technique, ne donne pas le droit a l’erreur, tranche en permanence et n’écoute pas.

- Consultatif : tres engagé personnelement. Il passe beaucoup de temps a expliquer le bien-fondé des évolutions permanentes. Obnubilé par la modernité, vous faites parfois un peu trop de discours et oubliez le quotidien. Il stimule, encourage, explique les projets et valeurs, se mobilise pour mobiliser, consulte pour des avis et des décisions, garde la maitrise des décisions et valorise l’initiative et l’autonomie. Mais, il manage en fonction de principe, confond explicatif et adhésion, met la pression, fixe des objectifs trop ambitieux, peut être utopiste, et confond innovation et créativité.

- Coopératif : Il coopère affectivement avec son équipe, il écoute avant de décider, conseiller, aider ses collaborateurs, leur donner les moyens de trouver des solutions adaptées aux problèmes. Convivial, vous créez une ambiance chaleureuse, voir familiale. Votre porte est toujours ouverte, même si vous vous plaignez d’être trop interrompu. Il définit les missions et les responsabilités, il délègue, il écoute, ile joue l’empowerment et l’autonomie, il respecte. Mais, il y'a une risque d’isolement et perte d’autorité, manque de contrôle dans les délégations, trop affectif, risque du copain, administre les activités plutôt que les hommes, ne remet rien en cause.

- Planificateur : organisateur, il sait clarifier les missions et les domaines de contribution de ses collaborateurs, pour que chacun comprenne bien le sens de ses actions a long terme. Il défini les axes stratégiques et les enjeux tout en négociant les moyens nécessaires. Apres qu'il s’est assurer que ses collaborateurs ont compris leur missions et se sentent capable d’aller au bout, il délègue. Il favorise le travail d’équipe, propose des projets collectifs, écoute les remontées d’information, favorise l’expression, privilégie la qualité du climat. Mais, il cherche a gommer la réalité hiérarchique, donne trop souvent satisfaction pour éviter les conflits, manque de precision, cherche le consensus, assiste les collaborateurs au lieu de les aider, reporte les décisions importantes.

L’exercice du pouvoir de décision

Définition : La décision est un processus qui aboutit a un choix

Délégué : c’est donner une mission a une ou plusieurs personnes dans l’entreprise qui peuvent prendre des initiatives. (aspect petit nombre)

...

Télécharger :   txt (12 Kb)   pdf (58 Kb)   docx (18.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club