Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

ADM 1002 - TN1

Par   •  29 Mai 2021  •  TD  •  1 128 Mots (5 Pages)  •  35 Vues

Page 1 sur 5

Question 1

La division du travail consiste principalement à ce que dans une entreprise, chaque individu ait une tâche précise différente des autres, qui, à la fin, permettra d'augmenter la productivité au sein de l'entreprise. Pour ce qui est de l'entreprise Les assurances Sécuriplus, on peut voir ce principe au niveau de la hiérarchie de l'entreprise. Selon (Sutter, 2011), le principe de division de travail est équivalent au principe de subordination. Le principe de subordination signifie qu'un employé est sous l'autorité de son employeur et doit exécuter les ordres de celui-ci en échange d'un salaire. L'employeur (ou le superviseur responsable de l'employé), a quant à lui le droit de sanctionner l'employé si celui-ci ne répond pas aux critères de productions demandées. Au sein de l'entreprise Sécuriplus en général, il y a une hiérarchie bien distincte. À la toute fin du cas, le directeur de la division assurance médicaments dit ceci à une employée : « Je lui ai dit de se mettre à l'ouvrage et de s'arranger pour comprendre faute de quoi elle devra se chercher du travail ailleurs ». Ici, l'employé ne comprend pas très bien le nouveau système, ce qui fait en sorte qu'elle commet beaucoup de fautes dans son travail. La réponse du superviseur représente bien le principe de subordination. L'employé doit se contenter d'exécuter le travail qui lui soit demandé aussi non c'est le renvoi.

On peut également voir au sein de cette division, le principe OST vertical, principe qui fait comprendre que les ouvriers ne sont pas là pour penser. L'un des commis du département assurance médicament propose à son directeur que les commis soient consultés par rapport aux vérifications faites pour que les erreurs ne se reproduisent pas. La réponse du directeur a été «… quand je voudrais l'entendre japper je tirerais sur sa chaîne mais qu'entre-temps, je voulais le voir devant son écran…». Je pense que cet exemple représente bien le principe de Taylor. Il est clair que le directeur ne veut pas connaitre l'opinion de ses employés. Ils sont payés pour exécuter un travail et non pour penser.

Question 2

L’administration classique de Fayol se regroupe autour de 14 principes généraux d’organisation. La théorie de Fayol constitue un progrès par rapport à celle de Taylor. On dit même que sa théorie « n'a plus pour seule fin le rendement, mais le meilleur fonctionnement global de l'entreprise. » (Daval, s.d.) L’entreprise Sécuriplus correspond à ce principe sur certains points, mais pas la majorité.

Pour ce qui est du service des réclamations médicaments, les principes respectés tournent surtout autour de la hiérarchisation au sein de la division. Trois points peuvent être regroupés ensemble : le principe d’unité de commandement, d’unité de direction et la hiérarchie. Respectivement, ces trois points expliquent que chaque employé dépend d’un seul chef, que les personnes travaillant dans un même but doivent relever d’un même patron et que les communications se font de manière hiérarchique (Saives, Bédard, & Ebrahimi, 2010). Nous pouvons voir l’organisation de l’entreprise avec l’organigramme de la division médicale (figure 1).

Pour ce qui est des principes qui ne sont pas respectés au sein de la division réclamations médicaments, en voici quelques-uns. Le principe de la subordination de l’intérêt individuel à l’intérêt général. Ce principe stipule que peu importe la position d’une personne au sein d’une entreprise, elle devrait toujours mettre les intérêts de l’entreprise avant les siens. Or, dans le cas de M. Blanchette, il met ses intérêts avant celle de l’entreprise. Lorsqu’un commis lui faire part d’une proposition (celle où les commis devraient avoir accès aux résultats des vérifications pour ainsi corriger leurs erreurs), M. Blanchette laisse savoir que « la direction ne sera pas satisfaite de moi … et mon service aurait encore plus mauvaise réputation en haut lieu. » Dans cet exemple, je crois qu’il est clair que le directeur s’inquiète plus de sa réputation que de l’amélioration des services de sa division.

...

Télécharger :   txt (7.5 Kb)   pdf (78.9 Kb)   docx (12.9 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club