Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Commentaire Emile ou de l'Education_ Jean-Jacques Rousseau

Par   •  7 Décembre 2017  •  733 Mots (3 Pages)  •  825 Vues

Page 1 sur 3

...

trop tôt

-prendre le contrepied

-être raisonnable et ainsi créer le raisonnement

-être avertie de toutes réactions et jugements

-agir partiellement (ne pas enseigner le bien afin de ne pas apporter le mal)

-ne pas presser l’enfant (reporter au lendemain….)

-rôle plus ou moins important, non, pas autant important que dans l’éducation humaniste

II) Une utopie

a) Par les méthodes

- entretenir un cœur pure (ni vice / ni vertu)

-se servir de l’émerveillement créer

-faire avant tous un homme le plus sage possible, libre et exempt de tous préjugés

- ne pas raisonner avec l’élève

-peu de dialogues constructif

-basé sur des difficultés que Rousseau qualifie lui-même de « peut-être […] insurmontables »(l.35-36)

-persévérer ainsi l’enfant de ce qui pervertie

b) Par les lieux

-isolement le plus absolu

-ne pas être influencé

- tenu à l’écart du monde imparfait qui l’entour

-questions rhétoriques à ce sujet

-principal problème auquel Rousseau ne propose pas de solution direct

-île déserte ? (Robinson Crusoé)

c) Par définition

-paragraphe de questions rhétoriques

- éducation idéale

-qui reste à l’état d’idée

-le texte n’est pas un traité mais une grande idée « Je ne puis croire que vous preniez le livre qui porte ce nom pour un vrai traité d’éducation » Jean Jacques ROUSSEAU.1764

-irréaliste et irréalisable

-qui veux permettre d’élever l’enfant en home libre et plus juste possible

-Par l’isolement total

-Par le comportement du précepteur

-Par se côté immoral

CONCLUSION (maybe)

Le texte de Rousseau étonne le lecteur pas position radicale : prendre le contre- pied des méthodes conventionnelles, inutiles, inefficaces et pénibles. Laisser l’enfant utiliser et affiner se sensations pour appréhender le monde en congédiant la seule raison. Cette éducation qualifiée de négative aboutit à un plaidoyer pour l’enfance qui se révèle tout fois une utopie. Rousseau prolonge de manière très différente la réflexion sur l’enseignement et l’éducation que le XVIe siècle avait déjà renouvelée et en même temps il est parfaite résonnance avec les Lumières qui veulent former un nouvel homme « civilisé ». Les pistes lancées par le Genevois trouveront un éco dans certaines expérimentations du XX] siècle et inspirerons François Truffaut pour son film « L’enfant sauvage ».

...

Télécharger :   txt (5.3 Kb)   pdf (66.1 Kb)   docx (13.6 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club