Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Commentaire de texte, philosophie, ROUSSEAU, le langage

Par   •  17 Janvier 2018  •  966 Mots (4 Pages)  •  1 099 Vues

Page 1 sur 4

...

reconnait effectivement le fait que les animaux possèdent, comme les hommes, des moyens phonatoires mais qui contrairement aux hommes ils ne sont pas utilisés. C’est donc ce qui marque la différence entre les animaux et les hommes, "une différence bien caractéristique". ROUSSEAU prend l’exemple des animaux vivant en groupe "les castors, les fourmis, les abeilles" et affirme qu’ils réussissent à communiquer car ils "ont quelque langue naturelle", c’est-à-dire une sorte de langue naturelle, il parle ici des codes de signaux, ce qui est totalement différent du langage articulé utilisé par l’homme. Si nous prenons l’exemple du perroquet, celui-ci est capable de reproduire des mots répétés et compris par l’homme, qui ont un sens mais qui pour l’animal ne représentent que des sons. Ils ont donc la voix mais ne parlent pas, autrement dit il ne suffit pas d’avoir le moyen pour voir la faculté. Il émet même la possibilité que "la langue des castors et celle des fourmis sont dans le geste et parlent seulement aux yeux", ils communiqueraient alors seulement grâce à des mouvements et à une réception visuelle ce qui leur suffirait puisque les codes de signaux sont des messages échangés qui ont un contenu invariable, l’information transmise vise une réaction unique. Pour ROUSSEAU, ces langues naturelles ne sont pas acquises "les animaux qui les parlent les ont en naissant", elles sont maîtrisées d’emblée, inscrites dans l’instinct de l’animal et ne nécessitent donc pas d’apprentissage. De plus, ROUSSEAU note qu’il est impossible pour les animaux de faire des progrès puisque dans les codes de signaux le nombre de messages qu’il est possible de former est fixe et limité une fois pour toute à l’intérieur d’une même espèce, il ne peut être ni complété ni modifié par l’introduction d’énoncés inédits. En revanche le langage articulé est appris, il est en puissance et pour l’actualiser cela ce fait par imprégnation ou imitation, des énoncés inédits sont toujours susceptibles d’êtres ajoutés et le langage articulé vise une réponse et assure le dialogue: "voilà pourquoi l’homme fait des progrès, soit en bien soit en mal, et pourquoi les animaux n’en font point."

Le problème posé par ROUSSEAU était: la communication provient-elle seulement de notre faculté à le faire et des outils mis à notre disposition pour le faire? En comparant la communication entre les animaux et celle entre les humains, ROUSSEAU valide sa thèse: seul l’homme qui possède une faculté propre, le logos, peut parler et utiliser un langage et pourrait le faire en n’ayant un minimum d’outils propres à cet usage (appareil phonatoire). En revanche il n’y a pas de langage animal mais seulement une communication animale, ce sont des codes de signaux instinctifs qui leur permettent de communiquer bien qu’ils puissent posséder eux aussi des outils pour communiquer.

...

Télécharger :   txt (6.1 Kb)   pdf (39.1 Kb)   docx (12.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club