Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

La summa divisio, c'est la distinction idéologique du droit public et du droit privé. Cette distinction vient des romains.

Par   •  13 Novembre 2017  •  8 716 Mots (35 Pages)  •  113 Vues

Page 1 sur 35

...

[1946-1958] IVème République

→ Constitution de 1946 : texte fondateur de la IVème République, elle a mis en place un régime parlementaire dominé par l'Assemblée nationale. L'application de cette constitution s'est caractérisée par l'échec de la lutte contre l'instabilité gouvernementale. Le Parlement se compose de l'Assemblée nationale élue au suffrage universel direct et du Conseil de la République élu au suffrage universel indirect. Le président du Conseil (chef du gouvernement) domine l'exécutif qui lui-même domine le législatif.

[1958- aujourd'hui] Vème République

→ Constitution de 1958 : instaure un régime parlementaire rationalisé. Elle cherche à mettre un terme à l'instabilité gouvernementale et au risque de coup d’état militaire, elle est marquée par le retour d'un exécutif fort à partir de 1962. Elle marque le début de la Vème République Française caractérisée par des périodes de concordance alternées avec des périodes de cohabitation.

Chapitre 1 : Le pouvoir comme fait social

Section 1 : Le phénomène de pouvoir

L'étude des institutions politiques renvoie à l'étude du fait, de comment les choses se passent, elles décrivent la vision sociologique et politique, la vie du réel, la manière par laquelle les individus agissent.

Au contraire, l'étude du droit constitutionnel renvoie à l'étude de ce qui doit être, de ce que le texte de loi dit.

Sauf qu'il y a un décalage entre ce que l'on doit faire et ce que l'on fait. Ex : zone à 30km/h pourtant les individus roulent quand même à 50km/h.

I – Les modes de connaissance du pouvoir

Le pouvoir peut se définir comme un rapport asymétrique de commandement et d'obéissance, il y a ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. De ce fait il y a du pouvoir partout, certains disent même qu'il suffit d'être deux afin qu'il y ait un enjeu de pouvoir (couple, famille, entreprise, association, religion, parti politique, … ), qu'il y a forcément du pouvoir dès qu'il y a des relations humaines.

A/ La notion de pouvoir politique

Le mot « politique » vient du grec « polis » qui signifie la cité, ainsi pour les grecs la politique c'est ce qui faisait vivre la société. Dans quelle sphère exerce-t-on le pouvoir politique ? l'université, la ville, le département, la région, la France, l'Europe, le monde, il existe de nombreuses sphères imbriquée les unes dans les autres, comme des poupées russes.

Le mot « politique » en français signifie beaucoup de choses à la fois, alors qu'en anglais, il existe plusieurs mots pour exprimer chaque facette du politique : polity, politics, policies

polity : la polis, la res publica, l'ordre politique d'une société, son architecture institutionnelle = « le politique »

politics : la vie politique, politique partisane, électorale, le jeu politique. Ensemble des activités se rapportant à la compétition pour la conquête et l'exercice des positions de pouvoir politique dans la société. = « la politique

policy : politique menée par une autorité (politiques publiques), les programmes mis en œuvre etc = « les politiques »

« il semble donc légitime de définir l'activité politique pure comme l'activité consolidatrice et conservatrice d'agrégats humains » Bertand de Jouvenel, De la souveraineté, 1955

Le XXème siècle est une période de pouvoir extrême : l'apparition des seuls régimes totalitaires au monde, une concentration énorme du pouvoir a occupé trois grands pays, la Chine, l'URSS et l'Allemagne, et ont causé la plus grande guerre mondiale jamais connue. Dans un État totalitaire, la sphère de vie privée de la population devient entièrement politique : elle n'a plus le choix parmi les partis politiques, elle n'a plus le droit de s'exprimer librement, embrigadement des jeunes, hymne, signes corporels etc.

Churchill disait « je sais que je suis dans un pays libéral lorsque le matin à 6h on sonne et que je sais que c'est le laitier » parce que dans un régime nazi ou soviétique, ce n'était pas le laitier mais la police.

De Jouvenel montre que dans un régime totalitaire, le politique recouvre tout et englobe chaque domaine de la vie quotidienne. Le champ du politique concerne donc l'ensemble du champ social. Quelle est la légitimité d'un tel système? Le pouvoir politique n'est bon que s'il permet de bien nous faire vivre ensemble, s'il fait conserver à une société son unité, son agrégat.

Le pouvoir politique a 4 fonctions :

- prévention, anticipation

- impulsion

- décision

- coordination Tout ce qui va au-delà est illégitime et totalitaire

Julien Freund, L'Essence du politique, 1965, dans cet ouvrage il explique que la politique se fait sur la distinction entre gouvernant/gouvernés, il le fait dans le cadre du politique qui s'exerce dans un groupe, un parti, qui se définit comme un tout par rapport aux autres. Il revient à la politique de définir ses propres frontières donc il doit définir ses amis/ennemis. Le politique définit aussi des valeurs, une culture et donc une identité. Sur le plan international, il définit la diplomatie et les alliances.

À travers ces deux auteurs, le politique a un côté totalitaire puisqu'il va chercher la frontière le plus loin possible : qui va délimiter la frontière ? La barrière privé/public ? Frontière qui se floute à cause du développement des réseaux numériques.

B/ Les méthodes de la science politique

La science politique, c'est étudier les faits, c'est la science qui étudie le pouvoir comme fait. Pour cela, deux outils : les outils historiques les outils sociologiques :[pic 11][pic 12]

L'histoire est une lecture, ce n'est pas une compilation de faits, d'événements, c'est une interprétation de ces faits puisque l'historien n'a pas connu l’événement,

...

Télécharger :   txt (55.8 Kb)   pdf (262 Kb)   docx (595.4 Kb)  
Voir 34 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club