Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Au bonheur des dames commentaire composé

Par   •  28 Novembre 2022  •  Chronologie  •  1 128 Mots (5 Pages)  •  51 Vues

Page 1 sur 5

  1. Le Commentaire composé

Plan du commentaire d’un extrait « d’Au Bonheur des Dames » d’Émile Zola

  1. Introduction
  2. Partie centrale
  1.  Description naturaliste de l’enseigne « Au Bonheur des Dames »
  2. La foule dans le grand magasin « Au Bonheur des Dames »
  3. Le triomphe d’Octave Mouret
  1. Conclusion

 

L’extrait étudié se situe au quatrième chapitre du roman naturaliste Au Bonheur des Dames, écrit par le célèbre auteur du 19ème siècle, Émile Zola. Chef du mouvement naturaliste, il publie le roman Au Bonheur des Dames en 1883, onzième volume de la suite romanesque Les Rougon-Macquart. À travers son roman, il montre la transformation de la société de cette époque en utilisant une description minutieuse de la naissance du  grand magasin et de son fonctionnement, mais aussi du déclin des petits magasins dans la ville de Paris. Dans l’extrait en question, Zola fait une description précise de la situation chaotique et tourmenté qui règne au grand magasin lors d’un jour important, le lundi 10 octobre. Ce jour précis marque la grande mise en vente des nouveautés d’hiver.

Dans un premier temps, nous analyserons la description naturaliste du grand magasin lors de la journée de mise en vente de la collection d’hiver. Ensuite, nous étudierons la foule dans le magasin et finalement, nous aborderons le triomphe d’Octave Mouret.

2.1. Description naturaliste de l’enseigne Au Bonheur des Dames

Le roman naturaliste reproduit la vie d’un personnage ou d’une scène et aborde ensuite des thèmes comme l’histoire, les sciences et bien d’autres. Zola décrit ce passage du chapitre 4 en utilisant une description naturaliste et minutieuse de l’ambiance qui règne au sein du grand magasin. Il met en œuvre tous les modes d’amplification qui permettent de montrer l’événement sous un jour symbolique. L’utilisation du champ lexical du bruit et de l’agitation sert davantage à donner un effet réaliste d’encombrement de la perception sonore.

« La folie soufflait » montre la frénésie de la clientèle, « la trépidation intérieure étouffait les bruits de dehors » explique la foule incontrôlable au sein du magasin et « l’or sonnant sur le cuivre » donne une image très réaliste de la scène du magasin et ainsi le succès de cette journée d’octobre. En raison de l’arrivée de la saison d’hiver, le directeur de l’enseigne, Octave Mouret, décide de mettre en vente la collection d’hiver un lundi d’octobre. Cette journée pleine de surprise aura un succès fou et aura comme conséquence « la surchauffe de la machine ». Ce temple surchauffé, fondé au culte de la femme où tout est mis en œuvre pour la séduire et donc pour la piéger prend une dimension de monstre illusoire. Cette machine surchauffée illustre bien la réussite des ventes et donne une représentation réaliste des faits.

2.2. La foule dans le grand magasin « Au Bonheur des Dames »

Avec l’arrivée de l’hiver, le grand magasin a mis en vente la collection d’hiver. À cause de cet événement, la clientèle se comporte comme des animaux assoiffés de vouloir les tendances les plus nouvelles. Zola utilise des descriptions minutieuses de la clientèle qui est obsédé par les nouvelles collections pour la saison d’hiver. La foule dans le magasin était ingérable, « on ne voyait même plus les toilettes, les coiffures seules surnageaient, bariolées de plumes et de rubans, quelques chapeaux d’homme mettaient des tâches noires… ». À travers ces descriptions minutieuses, Zola illustre la foule en la comparant à une « houle compacte de têtes » qui s’élargit en fleuve et qui déborde au milieu du hall du magasin. Il compare ainsi la foule à un mouvement ondulatoire qui s’étend de plus en plus à travers le grand magasin. De plus, Zola décrit façon très réaliste le chaos qui règne près des différents rayons et ces vendeurs, « la mercerie paraissait noyée », « le Paris-Bonheur ameutait une foule », « Hutin ne put faire un pas », « cohue ». Ces descriptions montrent ainsi l’ampleur de la clientèle et leur comportement face à différents rayons dans le magasin.

...

Télécharger :   txt (7.3 Kb)   pdf (85 Kb)   docx (13.5 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club