Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Soins relationnels

Par   •  27 Novembre 2018  •  1 951 Mots (8 Pages)  •  119 Vues

Page 1 sur 8

...

« Monsieur X me fait signe de la tête qu’il ne veut pas les prendre » → Communication non-verbale dynamique, qui a pour résultat que je comprends qu’il refuse de les prendre.

« Je demande alors à Monsieur X la raison de ce refus et à ce moment là il me dit que cela ne sert a rien de « prendre ces foutus médicaments » et qu’il préfère mourir plutôt que de continuer, qu’il veut rentrer chez lui. Je lui dis alors d’une voix compatissante que s’il prend ses médicaments cela l’aidera à aller mieux et il pourra plus tard rentrer chez lui » → Monsieur X me fait clairement comprendre qu’il ne veut plus être soigné, que cela ne lui apporte rien, le résultat de cet échange est que je comprend très bien qu’il puisse en avoir marre, et qu’il souhaiterai retrouver son chez-lui.

Dans le langage non-verbal je vais également rajouter le toucher : « je m’approche alors de lui et pose une main sur son épaule afin de vérifier qu’il soit tout de même conscient », en effet à ce moment là, de mon geste je suis bienveillante envers Monsieur X

Pour finir avec ce concept je vais également ajouter l’item de l’empathie à savoir que l’empathie est la capacité de ressentir les émotions de quelqu'un d'autre, d'arriver à se mettre à la place d'autrui. L'empathie cognitive consiste à comprendre les idées d'un autre et l'empathie émotionnelle à partager ses sentiments. Lorsque je dis « Je lui dis alors d’une voix compatissante que s’il prend ses médicaments cela l’aidera à aller mieux et il pourra plus tard rentrer chez lui. », on voit bien que je comprend le ressenti et la peine de Monsieur X.

- La médiation : C’est une entremise destinée à amener un accord. Une procédure de règlement des conflits qui consiste dans l’interposition d’une tierce personne (le médiateur) chargée de proposer une solution de conciliation aux parties en litige. Il y a une articulation entre deux êtres ou deux termes au sein d’un processus dialectique ou dans un raisonnement. Le processus de médiation fait intervenir un tiers qui va aider les deux personnes en conflit à rétablir une communication, il favorise la compréhension mutuelle entre les deux parties. Il permet ainsi de clarifier des malentendus et si besoin, de négocier une solution acceptable par toutes deux. La médiation est définie de la même manière que la négociation mais la différence réside dans le fait qu’elle s’effectue avec l’aide d’un tiers.

Ici, la médiation n’est pas présente dans ma situation, en effet, nous ne sommes que deux acteurs : Monsieur X et moi-même, et il n’y a pas la présence d’une tierce personne.

- La négociation : L’activité mettant en présence deux ou plusieurs parties, qui en raison de leur interdépendance, veulent trouver une issue satisfaisante et non violente à une situation exigeant, de la part de chacun, la prise en compte de la réalité de l’autre. La négociation est un travail de confrontation d’intérêts, un commerce, un négoce où chacun travaille à augmenter son propre bénéfice. A l’hôpital et dans les différentes institutions de soins, les négociations sont permanentes avec les patients, les résidents, ou encore les familles. La négociation permet d’aboutir à consentement éclairé, décision partagée, climat de confiance, à une meilleure résilience (le fait que la personne continue à se projeter dans l’avenir en dépit des évènements déstabilisants.)

Je négocie avec Monsieur X lorsque je cherche à lui faire prendre ses médicaments alors que celui-ci ne souhaite qu’une chose, ne pas les prendre. La négociation ressort dans ma situation lorsque je dis « Je lui dis alors d’une voix compatissante que s’il prend ses médicaments cela l’aidera à aller mieux et il pourra plus tard rentrer chez lui ». En effet j’ai dû trouver des arguments afin que Monsieur X finisse par prendre son traitement.

- La relation : Au sens général, de rapport réciproque entre deux personnes

Jacques Salomé a dit que la relation est le fait d’être relié, c’est d’être rattaché à quelqu’un par un lien. Une relation vivante est relation qui s’inscrit dans la durée, avec des communications suivies et vivantes. Et qu’il y a des éléments constants communs à toute tentative de relation qui sont : donner, recevoir, demander, refuser.

La relation entre un soignant et un soigné est essentielle sinon il n’y a pas de soins possible. Il y cependant plusieurs types de relations.

Dans ce concept, on peut remarquer qu’il y a une relation de soin, je suis le soignant et lui le soigné, je mets tout en œuvre afin de lui prodiguer le soin, ou de lui apporter le nécessaire à son bien-être. Il y également une relation complémentaire, en effet, Monsieur X a un problème, cela se ressent lorsqu’il dit : « cela ne sert a rien de « prendre ces foutus médicaments » et qu’il préfère mourir plutôt que de continuer, qu’il veut rentrer chez lui », et dans mon rôle de soignante, j’essaie de lui apporter les ressources nécessaires afin qu’il aille mieux.

...

Télécharger :   txt (11.5 Kb)   pdf (52.1 Kb)   docx (572.8 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club