Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

COMITE NATIONAL DE LIAISON DES ASSOCIATIONS DU SOUVENIR Abbé Grégoire, Victor Schœlcher, Félix Eboué, Camille Mortenol, Gaston Monnerville, Louis Delgrès

Par   •  11 Novembre 2017  •  1 779 Mots (8 Pages)  •  630 Vues

Page 1 sur 8

...

protection de la voie stratégique vers le Congo français. Dans ce pays Eboué développe une politique d’habitat pour fixer les populations, fait construire un hôpital. des routes, fait agrandir l’aérodrome de Fort-Lamy pour accueillir les avions gros porteurs,.

Les ambitions hégémoniques de l’Allemagne vont faire d’Eboué un grand résistant l’un des héros de la France libre. Le nom de Félix Eboué deviendra aux côtés de celui du général de Gaulle, le nom de l’espérance pour tous ceux qui ne veulent pas se résigner à la mort de la France.

Nous sommes en juin 1940, l’armée française est en déroute, le maréchal Pétain signe l’armistice. Tandis que le général de Gaulle, lance l’appel de Londres du 18 juin 1940 signal de la mobilisation du peuple français pour la Résistance à l’occupant nazi, le 1er juillet 1940 Félix Éboué écrit au général de Gaulle la lettre secrète par laquelle il ne reconnaît d’autre autorité que la sienne.

Le 26 août, à la mairie de Fort-Lamy, aujourd’hui N’Djamena Félix Éboué proclame, avec le colonel MARCHAND, commandant militaire du territoire, le ralliement officiel du Tchad au général de GAULLE .Eboué a été incontestablement le porte drapeau du redressement de la France.

Il transforme l’Afrique Équatoriale Française. en une véritable plaque tournante géostratégique d’où partent les premières forces armées de la France libre, conduites par les généraux de LARMINAT, KOENIG et LECLERC.

C’est ce geste qui sans doute de Cayenne à Fort-de-France, à Basse-Terre, à Pointe-à-Pitre, pousse des milliers de jeunes à s’embarquer clandestinement pour rejoindre les rangs de la France libre ceux l’on appelle les dissidents et que le président de la République a honoré à l’occasion de du 70ème anniversaire de la fin de la Résistance, des Débarquements, de la libération de la France

Le 12 novembre 1940, Félix Eboué est nommé gouverneur général de toute l’Afrique Équatoriale Française.

Le 29 janvier 1941, le général de Gaulle le fait Compagnon de la Libération.

Il sera parmi les cinq premières personnes à recevoir du général de Gaulle la croix de l’Ordre de la Libération.

Partisan d’une association entre la métropole et les territoires africains fondée sur l’égalité, Félix Eboué joue un grand rôle dans la préparation et la tenue de la conférence de Brazzaville (janvier-février 1944)

Félix Eboué lutte pour l’égalité, la justice, il veut le respect des identités, des cultures, des traditions. Il est convaincu de la nécessité d’une évolution de l’Afrique.

Le général de Gaulle prononce ces mots inspiré des idées de Félix Éboué : « En Afrique française, déclare le général de Gaulle, comme dans tous les autres territoires où des hommes vivent sous notre drapeau, il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. C’est le devoir de la France de faire en sorte qu’il en soit ainsi ».

Epuisé à la tâche, Félix EBOUE, Compagnon des premières heures, meurt au Caire le 17 mai 1944, à l’aube de la Libération. Il n’aura pas vu le débarquement allié sur les plages de Normandie. Il n’aura pas la joie de voir la libération de la France, ni la départementalisation des Antilles, ni l’émancipation de l’Afrique.

Il repose ici au Panthéon, aux côtés de Victor Schœlcher depuis le 20 mai 1949.

Je rends donc hommage à celui qui a cru jusqu’au bout du petit matin à l’égalité et j’emboite son pas pour une longue marche vers la justice et le progrès

Et comme l’exprimait le poète de la négritude Léopold Senghor, (extrait de "Hostie Noires°)

Ebou-é ! Et tu es la pierre sur quoi se bâtit le temple et l’espoir,

Et ton nom signifie "la pierre ", et tu n’es plus Félix ; je dis

Pierre Eboué

Mesdames, Messieurs,

La vie et l’œuvre de Félix Eboué suscite le respect, l’admiration

La vie et l’œuvre de Félix Eboué un engagement au service des idéaux républicains et du progrès parle à notre cœur et à notre intelligence.

La vie et l’œuvre de Félix Eboué qui honorent au fond les français d’outre mer pose la question pleine de sens de notre rapport à la République, de notre place dans la République,

La vie et l’œuvre de Félix Eboué nous interrogent également sur le sens de notre propre engagement

Je vous remercie

...

Télécharger :   txt (11.6 Kb)   pdf (91.8 Kb)   docx (14.7 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club