Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L'analyse en termes de classes sociales est-elle pertinente pour rendre compte de la structure sociale ?

Par   •  21 Avril 2018  •  1 283 Mots (6 Pages)  •  160 Vues

Page 1 sur 6

...

Enfin, dans notre société moderne, de nouvelles inégalité font surfaces. En effet, il existe à présent des inégalités selon l'emploi, l'âge ou encore le sexe de l'individu. De nombreux conflits naissent alors comme par exemple des conflits pour l'égalité des sexes. Comme nous pouvons le voir dans le document 4, les femmes, peu importe leur professions, qu'elles soient cadres ou employées, sont toujours moins payées que les hommes. Ainsi, en France en 2011, les femmes cadres percevaient en moyenne un salaire mensuel net inférieur de 21,8 % à celui des hommes cadres. Il y a alors bien des inégalités par rapport au genre de l'individu.

Face à une société de plus en plus complexe et à une diversification des sentiments d'appartenance des individus, la notion de classe sociale n'a plus vraiment la même signification.

Néanmoins, malgré cette évolution de la société française, certaines classes arrivent à subsister et le terme de « classes sociales » reste tout de même d'actualité.

En effet, même si la classe ouvrière n'existe plus, la bourgeoisie elle, est bel et bien présente.

Pour Michel et Monique PINÇON, la grande bourgeoisie est le dernier groupe social en France à avoir conscience de sa classe et à défendre ses intérêts .

Ainsi la bourgeoisie reste au sommet de l'échelle sociale et cherche à transmettre son patrimoine de génération en génération, dans les meilleures conditions possibles, notamment grâce à l'organisation d’événements comme des rallyes mondains.

De plus, comme nous l'avons vu précédemment, les inégalités existent encore. En effet, il existe encore et toujours différentes inégalités comme des inégalités économiques (revenus, patrimoine), des inégalités sociales (chômage, accès aux soins, espérance de vie...) et des inégalités culturelles (scolarisation, loisirs...). Ces inégalités permettent d'une certaine façon de classer les individus dans des groupes hiérarchisés.

On dit souvent que ces inégalités sont cumulatives, c'est à dire qu'une inégalité en entraîne une autre. Par exemple, une inégalité de revenu peut avoir des conséquences sur la qualité du logement puis sur le niveau de formation des enfants.

Certaines personnes possèdent une grande richesse économique, sociale et culturelle que d'autres n'ont pas. Les personnes aisées auront par exemple, un capital culturel élevé qu'ils transmettront à leurs enfants. Ces enfants auront alors tendance à réussir brillamment leur scolarité et à poursuivre de longues études afin d'avoir un bon métier. Ils reproduiront alors le même schéma que leur parents.

Les personnes ayant des revenus beaucoup moins élevés auront, elles, un capital culturel moins élevé et auront certainement un logement dans lequel leurs enfants ne pourront pas travailler correctement. Par la suite, ces mêmes enfant auront sûrement des difficultés scolaires et auront moins de chances de faire de longues études. Ils reproduiront eux aussi le même schéma que leur parents et ainsi de suite.

"L’école transforme ceux qui héritent en ceux qui méritent."Cette citation de Pierre Bourdieu, grand sociologue français, explique bien les inégalités des chances à l'école.

En traitant de manière égale des élèves placés dans des contextes plus ou moins favorables, l’école met en place une compétition pour les titres scolaires qui favorise les "héritiers" d’un capital culturel.

En conclusion, à première vue, nous pouvions penser que l'analyse en termes de classes sociales n'était plus pertinente pour rendre compte de la structure sociale car la société a subit ces dernières années, de nombreux changements comme la montée de la moyennisation et de l'individualisme ou encore l’apparition de nouvelles inégalités. Mais la bourgeoisie subsiste encore dans notre société et il existe encore des inégalités importantes, des inégalités cumulatives qui évoluent selon notre origine sociale. Il existe donc encore une certaine hiérarchie entre les différents groupes sociaux.

Même si il n'y plus de lutte des classes, le terme de « classes sociales» reste tout de même d'actualité.

Mais si la bourgeoisie venait à disparaître définitivement, pourrirons nous encore parler de « classes sociales » ?

...

Télécharger :   txt (8.7 Kb)   pdf (49.3 Kb)   docx (14.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club