Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Pourquoi réintroduire le métier au cœur de la gestion contemporaine?

Par   •  1 Décembre 2017  •  1 433 Mots (6 Pages)  •  243 Vues

Page 1 sur 6

...

est un homme libre auquel l’avenir est ouvert, quoi que l’on dise. Francis continue à nous interpeller quand il dit : Tous les décideurs gouvernementaux, patronaux, syndicaux mais également les ouvriers doivent prendre conscience que nous devons revenir à des valeurs fondamentales. Nous devons nous former et former des jeunes à nos métiers pour une organisation du travail qui prenne en compte les techniques nouvelles qui évoluent très vite. Instruire et transmettre nos valeurs professionnelles et morales sont des atouts majeurs. Que chacun de nous se prenne en charge et travaille à son perfectionnement civique, c’est en effet ce qui manque à tous de nos jours. Un employé fier de sa journée de travail sera heureux de rentrer chez lui et de l’expliquer à ses enfants. Cela rayonnera dans son foyer.

Je pense que dans la perspective d’un management renouvelé, la place du métier est en adéquation avec cette nouvelle manière de diriger. L’efficacité étant le concept central du contrôle dans le management renouvelé, la pratique du métier se cadre convenablement dans cet ordre d’idée. Car l’efficacité étant la recherche de l’utilité dans les résultats. Le contrôle est associé : à l’autodiscipline, à l’auto-organisation, à l’autocontrôle et est basé sur l’apprentissage collectif.

Les caractéristiques de l’artisan (et du métier) sont :

• Importantes connaissances personnelles.

• Désir de bien faire les choses, souci du détail.

• Investissement affectif dans le travail.

• Volonté de dépassement.

• Imagination, créativité, perspicacité.

• Souci et respect du client.

• Éthique, parole et dialogue.

• Transmission des valeurs professionnelles et morales.

Dans le reportage portant sur la journée de travail de Frank François, boulanger à Sydney, en Australie. Il dit que la qualité et le plaisir du travail bien fait sont plus importants que le profit.

Réintroduire le métier dans la gestion contemporaine est une des voies possibles pour réhabiliter le management et surtout le sens du travail. C’est une façon de réintroduire un peu de tradition (au sens de solidarité du groupe) dans tout ce qui est trop formel (rationnel), et c’est une façon de se reconnaître, de s’identifier, d’appartenir à un groupe et de donner un sens à sa vie.

La façon de matérialiser cette introduction est en favorisant : le processus d’ensemble plutôt que les opérations en elles-mêmes ; l’esprit d’équipe plutôt que la somme des individus ; l’échange direct et le dialogue plutôt que les écrits et les ordres ; la négociation, le consensus et l’adhésion plutôt que l’obéissance et l’exécution ; la personne ressource plutôt que supérieur-superviseur-contrôleur ; les relations horizontales-transversales plutôt que verticales-hiérarchiques.

Ainsi il faut : un changement de mentalité des acteurs; une culture d’éthique et de loyauté; une responsabilité globale et à long terme; penser en terme collectif et sur le long terme; comprendre la logique du fonctionnement de façon globale, systémique et complexe

Albert Einstein a dit : « Le sens de l’humanité: ne sacrifiez jamais un être humain pour un but à atteindre. » Donc si on arrive à encourager et à intégrer le métier dans la gestion contemporaine, à prioriser la formation, à développer l’esprit d’apprentissage et de groupe, à faciliter la transmission du savoir, à faire en sorte que tous les professionnels et les employés aient envie de donner le meilleur d’eux-mêmes, de coopérer entre eux, nos organisations seront sources de satisfaction, de dignité, d’utilité tant pour celui qui exerce le métier que pour les bénéficiaires du produit ou service.

...

Télécharger :   txt (9.6 Kb)   pdf (79.5 Kb)   docx (12.7 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club