Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

À quand l’extinction de la religion?

Par   •  13 Mars 2018  •  1 379 Mots (6 Pages)  •  21 Vues

Page 1 sur 6

...

Avant d’entrer en profondeur, il serait important de comprendre les concepts de la religion et de la science.

La religion est un ensemble de croyances et de rituels voué à une divinité quelconque. Tandis que la science est l’ensemble de savoir fondé sur des principes universels.

La première thèse repose sur le fait que la religion comble les manques de la science faute de progrès. Certains scientifiques recourent à des approches comme la métaphysique et la théologie pour expliquer certains problèmes. Dans cette optique du dilemme, on conçoit que la science et la religion sont connexes sur certains points. En effet, les hommes de sciences tirent à leurs avantages cette interaction entre ces deux domaines pour comprendre des phénomènes qui aujourd’hui, faute d’avancement technologique, son toujours matière à la recherche. Les différentes ramifications de la science emplois des théories analogues aux abordés religieux pour expliquer des phénomènes hors de portée d’un point de vue scientifique. C’est-à-dire que la science a besoin de faits pour valider ses explications. Les chercheurs doivent baser leurs explications sur des preuves concrètes et irréfutables. Ce que ne permettent pas toutes les questions auxquelles s’en prend la science. Ainsi, une approche plus éthique telle la théologie peux soutenir les hypothèses qu’à avancer le monde scientifique privé de connaissance suffisante pour démontré leurs conceptions.

La deuxième thèse fait référence au fait que l’être humain a besoin de la religion pour imposer des limites d’ordre éthique à la science. Lorsque les percées du progrès scientifique menacent la symbiose morale de notre société, les fondements éthiques de la religion nous renvoient des questions à savoir s’il faut modérer ces avancés scientifiques. Effectivement, plusieurs progrès technologiques ont vu le jour en faisant face à des opinions indignées de la part d’individu aux critiques morales et éthiques. Notons simplement les avancés scientifiques sur le plan social qui sont mal perçu par certains pour leurs innovations qui n’appartiendrait pas au domaine des humains comme les progrès en biologie sur le clonage humain. Ces évolutions technologiques, qui visent à améliorer la médecine moderne sont jugées comme étant inadéquates pour une personne religieuse. Cette personne critique ces genres de progrès pour leurs entraves à certaines normes de moralités inculqué chez eux par leur mode de vie croyant. Les limites éthiques basées sur des valeurs humaines que valorisent les personnes pratiquantes sont donc nécessaires à la protection du genre humain.

Pour ma part, la religion est toujours présente parce que la science a quelquefois besoin d’être contrôlée par des normes éthiques et morales. Particulièrement pour mettre en lumière le danger des progrès sur des aspects aussi éthiques que la vie et la mort. « Les sciences modèlent de plus en plus clairement nos vies : nous attendons par exemple de la médecine moderne qu’elle retarde toujours davantage notre mort. » De tels progrès suscitent des questions de moralité religieuse à savoir s’il revient vraiment de droit à l’homme de modifier ainsi la vie humaine. De plus, par les valeurs des hommes religieux on peut affirmer que le progrès scientifique nécessite certaines restrictions pour ne pas éveiller de divergence d’opinions sur l’enjeu de l’avenir humain. L’importance de gardé la nature de la science et de son développement sein est donc plus que jamais fondamentale pour ne pas que l’homme se contraigne dans sa propre évolution.

En bref, la religion est toujours ancrée dans notre société malgré tant de progrès et de révolution scientifiques et c’est, je crois, une question d’éthique. La science ne peut justifier tous ses avancés face au religieux parce que ces derniers y voient des faits contraignants envers leurs valeurs morales pour le bien de l’être humain. D’autres aspects de la vie sont pointés du doigt par la critique religieuse tandis que la plupart des critiques scientifiques portent elles-mêmes sur celle religieuse, mais tout cela ne peut être éclairci qu’après un raisonnement philosophique.

Bibliographie :

BLONDEL, Jean-Luc, SCIENCE SANS CONSCIENCE? LABOR ET FIDES, Boston, 1979,191p.

FERNANDEZ, Denis, Science et croyances, ÉCRITURE, Montréal, 1994, 217p.

DESPRÉS, Pierre, philosopher à partir des textes. Une introduction à la philosophie et à la rationalité, Beauchemin, Québec, 2004, 198p.

...

Télécharger :   txt (9.4 Kb)   pdf (49.9 Kb)   docx (15.3 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club