Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

LA DIPLOMATIE INTERNATIONALE A L’ŒUVRE CONTRE LE TERRORISME : EXEMPLE DE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL ET EN AFRIQUE DU NORD.

Par   •  10 Octobre 2017  •  3 682 Mots (15 Pages)  •  180 Vues

Page 1 sur 15

...

Enfin, le dernier pays à avoir sollicité l’aide marocaine est l’Allemagne, comme en atteste la venue, le 22 janvier, du chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, au Maroc. Il a abordé avec le Roi Mohammed VI les « enjeux de sécurité et de lutte contre le terrorisme dans les régions du Maghreb et du Sahel ».

Il convient de noter que toutes ces collaborations avec le Maroc sont dû aux avantages de ce royaume. En effet, au niveau local il détient des services de renseignements bien structurés et des services de police et de gendarmerie bien organisés. A l’international, le Maroc bénéficie d’une coopération sécuritaire avec les pays du Golfe qui lui permet d’avoir de nombreux renseignements. Le Maroc bénéficie aussi de la présence de services de renseignements en Afrique et en Europe, capables de transmettre des informations concernant les déplacements de personnes suspectées de terrorisme.

Il est important de préciser que les initiatives étatiques précitées sont pour la majorité concrétisées au sein des Organisations Internationales.

Internet de

SECTION II : L’APPORT DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Les organisations internationales sont un élément clé dans la lutte contre le terrorisme. Si les actions entreprises par les Etats sont fusionnées en amont par les Organisations Internationales à caractère universel doivent être étudié d’abord sur le plan international (paragraphe I), elles sont en aval relayées par les organisations à caractère communautaires (paragraphe II).

PARAGRAPHE I : LE ROLE DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES A CARACTERE UNIVERSEL DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

L’ Organisation des Nations Unies (ONU), constitue un outil incontournable dans la mise en place d’une stratégie commune et mondiale de lutte contre le terrorisme ; car comme l’a déclaré BANKI MOON, secrétaire générale de l’ONU : « le terrorisme nuit à tous les pays, petits et grands, riches et pauvres (…) la lutte contre le terrorisme est notre mission commune ». Dans ce contexte, l’ONU a procédé à la mise en place de nombreuses conventions entre autres la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 9 décembre 1999 et la Convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l'explosif adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 15 décembre 1997 Et à la signature d’accords allant dans le sens de la lutte anti-terroriste.

A travers son Conseil de Sécurité, l’ONU travaille en étroite collaboration avec les Etats et organisations de rangs inférieurs par la validation des stratégies diplomatiques mises en œuvre à leur niveau. Cependant, l’ONU et les organisations régionales et sous régionales n’ont pas toujours adopté la même approche face aux crises,, ce qui a parfois suscité de vives tensions et fait douter de l’effectivité et de l’efficacité du mécanisme de la sécurité collective. En la matière, il est à noter que le conseil de sécurité considère que, connaissant bien leur région, les organismes régionaux et sous régionaux sont bien placés pour appréhender les causes des conflits armés, ce qui peut être utile aux fins de leur prévention ou de leur règlement et peut compléter l’action menée par l’ONU dans ce domaine, conformément au Chapitre VIII de la charte des Nations Unies.

Ainsi, la force conjointe d’intervention multilatérale déployée par les Etats de l’Afrique Centrale et Occidentale contre Boko Haram a besoin de l’approbation du Conseil de Sécurité. En outre le soutien de l’ONU sur le plan humain, matériel et financier est indéniable et renforce son audience auprès de ses partenaires, bien que souvent elle adopte des positions contraires à celles des organisations à caractère communautaire.

PARAGRAPHE II : LE ROLE DES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

En majorité pauvre, les Etats de la région du Sahel et de l’Afrique Noire en général, fédèrent leurs force dans le cadre d’organisation régionale et sous régionale telles que l’Union Afrique, la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ou encore la Communauté Economique des Etats Afrique Centrale (CEEAC). En effet, après les évènements qui se sont déroulés au nord du Mali en 2012, les Etats membres de la CEDEAO ont pris conscience ont pris conscience de la menace qu’ils encouraient face à l’extrémisme et au terrorisme.

Ainsi, lors de son quarante deuxième sommet, la CEDEAO avait adopté une stratégie de lutte contre le terrorisme et son plan de mise en œuvre. Cette stratégie de la CEDEAO est basée sur une approche intégrale, contenant un ensemble complet des mesures devant être prises par divers organismes dans les Etats membres et qui fournit une orientation stratégique vers le confinement et l’élimination par la menace posée par le terrorisme à la région.

Quant à la CEEAC, la rencontre au sommet qui s’est tenue à Yaoundé le 16 février 20105 a été soldée par la prise de décisions importantes, notamment le pacte d’assistance mutuelle entre les Etats membres de la CEEAC et les dispositions pertinente du protocole relatif au COPAX, en vue de mettre en place une stratégie sous régionale pour prêter main forte au Cameroun et au Tchad dans la lutte qu’ils mènent contre Boko Haram.

Cependant, si les Etats se mobilisent véritablement au sein des organisations sous régionales, c’est l’Union Africaine qui porte haut et fort la vision commune des africains sur le terrorisme auprès des Nations Unies. L’objectif final à atteindre étant la mise en place d’une diplomatie de paix transrégionale à travers une coopération échelonnée entre Etats, entre organisations et Etats et enfin entre organisations.

CHAPITRE II : L’IMPACT DES MECANISMES DIPLOMATIQUES DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL ET EN AFRIQUE DU NORD.

Comme nous l’avons vue dans le chapitre précédant, les Etats du Sahel et de l’Afrique du nord, ainsi que les organisations internationales ont usées d’instruments diplomatiques en vue d’estomper le terrorisme. Cependant, un diagnostic approfondi de ces instruments diplomatiques nous permet d’apprécier leurs portées au Sahel (section I) ainsi qu’en Afrique du nord (section II).

SECTION I : L’IMPACT

...

Télécharger :   txt (26 Kb)   pdf (142.4 Kb)   docx (20.9 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club