Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

TN1 PHI1010

Par   •  30 Août 2021  •  Étude de cas  •  1 835 Mots (8 Pages)  •  14 Vues

Page 1 sur 8

PHI 1010

[pic 1]

Organisation de la pensée

TRAVAIL NOTÉ  1

Nom             NKOUNKOU                                

Prénom     LUC ANTHONY         

Numéro d’étudiant             18263273                Trimestre             ÉTÉ 2021        

Adresse             3455 CHEMIN DE LA CÔTE DES NEIGES         

     APP 416                Code postal             H3H 1T6        

Téléphone        Domicile             514-261-2977        

Cellulaire             514-261-2977        

Courriel     nkounkou.luc_anthony@univ.teluq.ca        

Nom de la personne tutrice Sophie  Caillies        

Date d’envoi      [pic 2]

Réservé à l’usage de la personne chargée de la correction

Date de réception                             Date de retour                     

Note                     

Question 1

L’interrogation qui semble la plus la plus importante pour l’auteur est la suivante :

  • Au 3e paragraphe : « Mais quelle stabilité, quelle sérénité peut-on attendre aujourd’hui de cette institution déstructurée aux assises vacillantes? »

Selon moi, il s’agit de l’interrogation la plus importante pour l’auteur car celle-ci incarne bien son idée de la destruction et de la dégradation de ce que représente l’union familiale au sein de la société.
L’auteur élabore bien sa pensée selon laquelle, la structure familiale incarne le concept de fusion, de progrès, de volonté commune et de bonheur au sein d'une société. Depuis la nuit des temps, y compris au cœur de sociétés primitives et animales, ce type de fusion a toujours traduit systématiquement le bien-être, le sens du bien commun, la complicité, la richesse de l'esprit et la sécurité. Néanmoins, tout au long de son existence, l’évolution de la vision et du concept de la famille se vide de sa dimension fondamentale et converge vers une forme d'individualisme, conditionnée et utilisée comme un simple traité social entre des individus de différents sexes. Dans un tel contexte, l’objectif de chacun est de garder sa liberté de façon à veiller à ce que les intérêts personnels soient remplis. Le dogme occidental de l’individualité fortement influencé par la philosophie capitaliste, domine malheureusement au sein des collectivités.  

Dans ce contexte, le maintien de tous les éléments qui construisent et font progresser la sphère familiale ne font que baisser drastiquement. Les divorces ne cessent d’envahir la société, les mariages perdent leurs importances au sein des unions entre les sexes, et la reproduction est de plus en plus retardée par la majorité des couples. Cette tendance destructrice de la famille est en partie causée par les hommes qui sont de moins en moins enclins à se marier, mais aussi par les femmes pour qui les options de contraceptions et d’avortement ont grandement évoluer avec la progression des méthodes scientifiques dans ce domaine tant pour les hommes que pour les femmes. Or, dans une telle situation, avec l’absence d’union familiale, il serait réaliste de s’attendre à une réduction drastique du nombre de famille au sein de la société.

Question 2

  1. Groupe de mots qui résument le mieux le 3e paragraphe :
  • Institution déstructurée aux assises vacillantes, famille grandement humiliée dans l’histoire contemporaine. Liberté individuelle, corollaire de l’égalité, équilibre rompu entre bien-être personnel et bien-être collectif qui avait structuré implicitement la famille, la succession des générations à une série de rupture.
  1.   Il importe pour l'auteur de ne pas croire la modélisation moderne de la famille, tout  en souhaitant que celle-ci définie de la même manière qu'il y a quelques générations, que le père de famille possède son rôle et que la structure hiérarchique familiale se doit de perdurer au fil des années afin de maintenir les fondements de l’institution familiale.  En effet, il apparaît évident que notre modèle de vie de famille actuel ne respecte pas les exigences en matière de stabilité sociale et engendre ainsi des structures familiales fragiles et dépourvues de sens.

Question 3

  • 2 Exemples de mots-jalons se rapportant à des passages importants et explications de ce que ces jalons expriment :  

  1. Le désir de désirer : Dans le paragraphe qui nous intéresse, la mention employée pour désigner la notion de ''désir de désirer'' permet en premier lieu de souligner la nature particulière de la sensation que représente le sentiment de désirer, susceptible de se concrétiser à travers une dimension nouvelle sur le plan affectif, au sein d'une union impliquant des individus. Le désir de désirer existant auprès des deux partenaires de la relation, constitue en outre un facteur déterminant dans la dynamique d'une union en dépit des singularités individuelles qui subsistent.  Ensuite, dans le septième paragraphe, le désir de désirer établit une interconnexion ou un lien étroit entre la présence de désir chez l'homme et chez la femme et bien que les attentes, intentions, aspirations et exigences divergent entre ces deux entités.  Ledit sentiment est effectivement omniprésent mais demeure fréquemment camouflé du fait de la tendance actuelle de la société et du courant en faveur du principe d'égalité entre les hommes et les femmes.

  1. Grande famille horizontale : Le concept de famille horizontale que formule Olivier Mongin évoque le phénomène de plafonnement de la famille comme étant une véritable structure institutionnelle qui ne cesse de stagner au fil des années. Cette notion renvoie aussi aux évolutions de la cellule familiale. En effet, celle-ci, qui autrefois constituait un véritable pôle emblématique articulé autour de la prospérité sociale, collective et représentant un patrimoine essentiel pour l'ensemble de la société, a désormais été vidée de son sens. Cette figure de l'institution familiale a hélas perdu de son ampleur et n'a pas suivi la trajectoire adéquate. Par conséquent, dans la locution "la grande famille horizontale", un trait d'union est établi entre la représentation de la famille d'autrefois et ce qu'elle est devenue à ce jour. La disparition des principes fondamentaux sur lesquels elle repose tels que la hiérarchie, la collaboration, la solidarité, la croissance collective et le transfert des traditions et des valeurs culturelles en vue de les perpétuer. Nous pouvons aujourd'hui constater que les composantes relatives à la structure familiale s'éclipsent et disparaissent progressivement.

Question 4  

L’idée principale représentée dans l’extrait du 15e paragraphe est résumée par l’énoncé suivant :

c)  La science rend possible, par le biais des paillettes, une déshumanisation radicale du père.

Ce propos synthétise en effet la thèse centrale de l'extrait du 15ème paragraphe dans la mesure où le pouvoir décisionnel en matière de procréation est désormais exercé par la femme tandis que, parallèlement les progrès de la recherche scientifique conduisent à la perte de la dimension de la figure paternelle, dont le rôle est maintenant devenu substituable. Dans cet extrait, il est question par conséquent de dévalorisation du symbole représentatif que constitue le rôle du père au sein de la famille.

...

Télécharger :   txt (10.4 Kb)   pdf (162.9 Kb)   docx (785.7 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club