Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Résolution du cas DECXX MODE de Déry

Par   •  22 Septembre 2017  •  5 039 Mots (21 Pages)  •  1 719 Vues

Page 1 sur 21

...

Fraîchement détenteur d'un baccalauréat en commerce et promu directeur des ventes moins d'un an après son arrivée dans l'entreprise, Christophe Jarry a lui aussi bénéficié de l'attention que Fibrex inc. accorde à la relève : « Je ne m'attendais pas à une promotion aussi importante et aussi rapide, c'est certain, mais je ne pouvais pas refuser un aussi beau défi. La décision a toutefois été plus difficile à accepter de la part de certains vendeurs : la grande majorité d'entre eux sont plus âgés que moi et possèdent davantage d'ancienneté au sein de l'entreprise. La nomination d'un "enfant" à peine sorti de l'école n'a donc pas été bien acceptée par tous. Je suis pourtant en poste depuis un peu plus d'un an maintenant et dans la dernière année, nous avons amplement dépassé les objectifs du département. Il semblerait que mon manque d'expérience ne m'empêche pas d’exceller, contrairement à ce que les vieux en pensent! »

Le manque de crédibilité des débuts est un obstacle plus important pour certains et les employés d’expérience ne manquent pas de le constater. Selon Caroline Bouchard : « Quelques mois seulement après ma promotion, on m'a envoyé à notre usine de Québec pour procéder au réaménagement d'une section de l'usine en vue d'un conteneur important qui devait quitter pour l'Inde. J'avais reçu des indications très claires de M. Zaky, mon patron, mais cela n'a pas suffit : le directeur d'usine ne m'avait jamais rencontré et il semblait peu enthousiaste à suivre les indications d'une jeune femme de 20 ans ! La situation ne s'est pas améliorée lorsque le lendemain, M. Colubriale, a décidé de faire une de ses fameuses "visites surprises" à l'usine. Les décisions qu'il a prises une fois sur place étaient contradictoires aux indications que j'avais reçues de M. Zaky, mais le directeur de l'usine n'a évidemment pas hésité une seconde avant de suivre les directives du directeur général - qui en aurait fait autrement ? »

GÉRER LA CROISSANCE

Selon Sherif Zaky, vice-président aux opérations : « Il ne faut pas s’y tromper, Fibrex inc. est une entreprise très concurrente sur le marché et en pleine croissance. Toutefois, la gestion interne n'est à rien y comprendre et l'absence de processus définis en est la preuve. Sans Vincent Viviani, je ne crois pas que nous pourrions tenir bien longtemps. Tenez, dans la dernière année, aucune rencontre des cadres n’a été cédulée. Oubliez les objectifs stratégiques! En fait, chaque département travaille indépendamment des autres et chacun fixe ses propres objectifs. Bien sur, Dominic nous rencontre parfois individuellement pour s’informer de notre avancement et nous donner ses nouvelles directives. Toutefois, ces rencontres ne sont que de la poudre aux yeux. Personnellement, je préfère suivre mon propre plan stratégique ! Dominic a constamment de nouvelles idées, mais une fois partagées, c’est aux vice-présidents d’en assurer la viabilité selon leurs propres objectifs. Le manque d’encadrement est flagrant. Prenez Nathalie Charbonneau ! Lorsqu'elle a été engagée pour diriger le département des ressources humaines, j’ai été soulagé de voir que je n’aurais plus à m’occuper de l’embauche de mes employés. Pourtant, aujourd’hui encore, je dois m’en charger. Jamais je ne pourrais laisser à Nathalie le soin de choisir mes employés : elle n’a aucune compréhension des besoins de l’entreprise et ne sait reconnaître les bons candidats. Je me demande encore pourquoi elle a été engagée. »

Selon Christophe Jarry : « La croissance de l'entreprise entraîne une charge de travail énorme pour les vice-présidents, en particulier Jesse Roberts, aux ventes, et Sherif Zaky, aux opérations. Ils sont donc souvent absents du bureau : alors que M. Roberts voyage beaucoup pour visiter nos bureaux à l'étranger, M. Zaky doit veiller au bon fonctionnement des 6 usines de l'organisation. Heureusement, M. Viviani est toujours présent. Il est le vice-président aux finances, c'est vrai, mais surtout une source d'information pour tous au sein de la compagnie ! Ce n'est pas uniquement vrai pour les jeunes de l'entreprise, puisque tous les employés, qu'importe le département, ont tendance à se tourner vers M. Viviani lorsqu'il y a un problème. Il se montre toujours disponible pour nous aider et, mieux encore, il prend le temps de considérer nos opinions et nos suggestions. Et contrairement à certains, par exemple Mme Roy aux ressources humaines, il n'hésite pas à trancher lorsqu'une situation doit être réglée sur le champ. Je ne pourrais pas certifier que les autres vice-présidents sont toujours au courant de ses décisions et des conseils qu'il prodige, mais je n'ai jamais été témoin d'un accrochage ou d'un malentendu à ce sujet. »

Selon Nathalie Roy, qui est vice-présidente aux ressources humaines, il ne fait aucun doute que son département est nettement négligé au sein de l’organisation. En poste depuis 4 ans, elle se plaint régulièrement que ses tâches et responsabilités ne font que diminuer : « Aucun des autres vice-présidents ne me prend au sérieux. Souvent, ils me mettent au fait des nouvelles embauches sans m’avoir impliquée d’aucune manière. En fait, bien souvent, je n’ai aucune connaissance de leur recherche de candidats. D’ailleurs, même M. Colubriale oublie de me consulter avant d’engager un nouvel employé, une nouvelle recrue m’annonce-t-il ! Il est aussi grand temps que les employés suivent des programmes de formations et de perfectionnement, mais ai-je vraiment l’autorité pour m’interposer devant les autres vice-présidents ? Bien sûr, c’est aux ressources humaines que devrait revenir la responsabilité de mettre en place un programme cohérent de développement professionnel, mais je ne peux y arriver sans l’appui de mes collègues. J’ai souvent l’impression que Sherif Zaky, aux opérations, fait tout en son pouvoir pour que je sois exclue du processus d’embauche de ses employés et de leur formation. Il m’utilise pour rédiger sa paperasse relative à l’embauche de ses nouveaux employés, sans plus. Pourtant, il ne cesse de se plaindre d’être surchargé ! Tout cela ne fait aucun sens. Il est grand temps qu’on me redonne mes responsabilités. »

LA PRISE DE CONSCIENCE

Le besoin de changement est devenu flagrant pour Dominic il y a quelques semaines, alors qu'il a pris connaissance d'une

...

Télécharger :   txt (34.3 Kb)   pdf (173.3 Kb)   docx (24.8 Kb)  
Voir 20 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club