Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Rapport de la mobilité à l'université de Seikei (Tokyo, Japon), 2015/2016

Par   •  3 Décembre 2017  •  3 812 Mots (16 Pages)  •  92 Vues

Page 1 sur 16

...

V I E · U N I V E R S I T A I R E :

Le Bureau des relations internationales de Seikei est très efficace et vous accompagnera dans toutes vos démarches. Aucun problème ne reste sans solution au delà de 24h. Le personnel est relativement disponible et toujours très agréable en toutes circonstances, ce qui rend les démarches administratives que plus fluides et faciles à entreprendre.

En ce qui concerne les cours, Lyon 3 vous demande de valider l’équivalent de vos UE sur place.

Pour l’UE Japonais : vous aurez un cursus de japonais obligatoire, se composant de cours d’expression orale, d’expression écrite, de kanji, et de japonais général (grammaire/compréhension écrite/compréhension orale).

Pour l’UE Anglais : L’université dispense beaucoup de cours d’anglais. La difficulté est d’en trouver un à son niveau. Je vous conseille de vous diriger vers les niveaux les plus élevés du cursus « college english ».

Pour l’UEO : c’est là que tout se complique et que vous allez devoir ruser. Les cours d’économie enseigné en anglais à l’université de Seikei sont quasiment inexistants. Vous allez devoir trouver des cours en anglais qui relève de la faculté d’économie ou de management de la fac même si ils n’ont aucun rapport avec les matières que vous auriez normalement dû suivre en France. Un cours sur l’inter-culturalité, proposé par les RI et dispensé par le professeur Odagiri, s’avère être assez intéressant et éligible pour valider une partie des crédits de l’UEO.

Une journée de cours est découpée en « période » de cours durant une et demi, entrecoupées de pauses de 15 minutes. La pause midi dure une heure. La première période commence à 9h. La dernière période s’achève à 18h30.

Les relations élève-professeur sont généralement très cordiales et bienveillantes avec une mise en valeur du dialogue et de l’échange entre les deux parties. La où ça devient plus compliqué, c’est quand il s’agit d’interagir avec les autres étudiants japonais. J’ai personnellement observé un écart flagrant quand il s’agit de prendre des initiatives, appuyer une opinion, prendre la parole en classe. Ca peut devenir très frustrant, mais il ne faut pas se décourager !

V I E · Q U O T I D I E N N E :

Climat : Alors que le printemps et l’Automne sont des saisons relativement agréables à vivre on ne peut pas en dire autant pour l’été. L’été commence fin Mai et s’achève fin Septembre. Il commence avec la saison des pluies qui s’étale de début Juin à Juillet (annonçant le début du retour des cafards) et s’achève avec la saison des typhons qui elle s’étale sur Aout et Septembre. Avec ces précipitations incessantes, les taux d’humidités atteignent des niveaux record et rendent cette saison difficile à vivre.

L’hiver n’est pas aussi froid que chez nous. Cependant il n’est pas rare que les bâtiments au Japon soient très mal isolés, on a donc vite froid chez soi.

Gardez également à l’esprit que des évènements tels que des chutes de pluie ou de neige importantes, des typhons ou des séismes peuvent perturber le trafic ferroviaire très facilement et engendrer des retards de train importants, voire l’interruption temporaire de certaines lignes.

Horaires d’ouverture : La plupart des magasins sont ouverts tous les jours de la semaine, jusque relativement tard. Attention toutefois aux banques qui ont des horaires d’ouverture beaucoup plus contraignants (ferment tôt et pas ouvertes le samedi) et sont fermées tous les jours fériés. La poste, les mairies d’arrondissement et autres organes publics ont eux aussi des horaires beaucoup plus limités que les commerces classiques. Pour faire une course à toute heure, les convenience store, que l’ont trouve à tous les coins de rue, vendent un peu tout et n’importe quoi (du bento à la petite culotte jetable, en passant par la papeterie), sont tous équipés d’ATM, de photocopieuse/imprimante/scanner et sont ouverts 7j/7 - 24h/24.

Transport : Les transport s’avère être très onéreux et grignoteront une belle part de votre budget. Exemple : A Lyon, en tant qu’étudiant, on a accès à tout le réseau en illimité pour environ 30€/mois. A Tokyo, le réseau de transport étant géré par plusieurs compagnies ferroviaire et la taille de la ville n’étant de toute façon pas comparable, il n’existe pas d’abonnement « global » pour l’ensemble du réseau. Autre différence, en achetant un ticket vous ne payez pas un forfait « temps » mais un forfait distance. Je m’explique : à Lyon un ticket unité à 1,80 vous donne accès à tout le réseau en illimité pendant une heure. A Tokyo, le prix de votre ticket variera en fonction de la distance que vous parcourrez.

Pour les trajets récurrent il est toutefois possible de faire l’acquisition d’un abonnement mensuel sur ce trajet en particulier, cela reste assez cher mais c’est toujours plus avantageux que de payer deux tickets tous les jours. J’ai personnellement résidé à deux endroit à Tokyo :

- Asagaya (arrondissement de Suginami), station située à 3 stops de la station Kichijouji (Université de Seikei) → mon abonnement s’élevait à 3500¥ par mois (environ 30€) pour 10 minutes de train environ.

- Ikebukuro (arrondissement de Toshima), station située à 10 stations de Kichijouji avec un changement de ligne au milieu (mais même compagnie ferroviaire) → abonnement mensuel de 7500¥ (env. 70€) pour environ 25 minutes de train.

/ ! \ A noter que la fac se trouve à 20 minutes à pied de la station de métro Kichijouji ! Des bus font la jonction entre les deux (pratique en cas de retard) mais là aussi le ticket coutent environ 2€ ! Ce qui peut devenir lourd financièrement en cas d’utilisation quotidienne.

Si vous habitez assez près de l’université pour vous y rendre en vélo, investissez dans un deux roues ! Des parkings à vélo gratuits sont mis à disposition des élèves sur place.

Nourriture : Pour manger pas cher, mangez local ! A Tokyo vous ne trouverez pas de marché comme on les pratique en France. La majorité de vos courses s’effectueront dans les supermarchés. L’enseigne la moins chère est très certainement SEIYU, grand supermarché ouvert 24h/24 - 7j/7.

Il est également très peu couteux de manger dehors. Il est tout à fait possible d’etre rassasié pour moins de 10€. Restaurant de Ramen, Yoshinoya, Matsuya et autres chaines de restauration rapide typiquement japonaises feront le bonheur des petits porte-monnaies.

...

Télécharger :   txt (24.1 Kb)   pdf (141.3 Kb)   docx (578.5 Kb)  
Voir 15 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club