Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Etude de situation, stage AES

Par   •  8 Décembre 2018  •  3 632 Mots (15 Pages)  •  13 Vues

Page 1 sur 15

...

Outre le fait qu’il soit bien adapté à son environnement, Julien est d’un tempérament relativement agréable. Il suit bien le rythme quotidien tout en demeurant ouvert à d’éventuels imprévus, à condition que cela ne soit pas démesuré. La principale difficulté que l’on pouvait rencontrer avec Julien concernait ses obsessions. Il faisait notamment des fixations sur des choses qu’il appréciait comme les CD et la radio à tel point qu’il pouvait parfois, lors de sorties, entrer dans les voitures d’inconnu pour mettre la radio ou d’immobiliser le groupe au supermarché en restant devant le rayon CD à tout ranger. J’ai assisté à cela en ce qui concerne les CD et la radio, seulement, les autres encadrants m’ont affirmé que par le passé il pouvait avoir des obsessions sur de nombreuses choses. Son traitement actuel à base de neuroleptiques et d’anxiolytique aurait permis d’atténuer ces phénomènes.

Ecoute et/ou observation de la personne

Afin d’accompagner Julien avec le plus de justesse possible, j’ai voulu apprendre à le connaitre en me montrant à son écoute. Puisqu’il n’a pas accès à la parole, il m’a principalement fallu passer par une observation quotidienne pour en apprendre davantage sur ses goûts, habitudes puis avec une communication adaptée pour décrypter ses désirs et besoins.

La majeure partie du temps, Julien s’occupait seul et se gérait bien. Lorsqu’il avait besoin d’aide ou qu’il désirait quelque chose, il venait voir un accompagnant et tentait de lui faire comprendre par ses moyens ce qu’il désirait. Par exemple, dès ma première semaine, un matin, Julien est venu à moi avec son agenda et m’a tendue un stylo. Je lui ai demandé ce qu’il attendait de moi, il a ensuite posé son agenda, mis le stylo dans ma main tout en l’approchant de son cahier. A ce moment, j’ai observé cet agenda et constaté que ses activités journalières étaient inscrites pour chaque jour. J’ai alors compris qu’il désirait que j’inscrive son programme de la journée. Une éducatrice qui se trouvait à côté m’a confirmée cela en me précisant qu’il avait pour rituel de nous demander chaque jour d’écrire ce qu’il allait faire et qu’il signait à la fin. J’ai donc rapidement compris que Julien pouvait communiquer par l’intermédiaire d’objets.

D’autres fois, il venait vers un éducateur en lui attrapant les poignets et en le tirant vers ce qu’il voulait. Lorsqu’il me le faisait, je le suivais pour comprendre ce qu’il me demandait. En général, ses désirs étaient en rapport avec un moment précis de son emploi du temps. Son emploi du temps était préparé à la semaine et représentait chacun de ses actes journaliers, que ce soit le petit déjeuner, les activités de groupe ou solitaire, le coucher etc. Lorsqu’une activité était en cours, il mettait le pictogramme sur le côté, et, lorsqu’elle était terminée, il la rangeait. Il est arrivé à de nombreuses reprises qu’il me mène vers son emploi du temps, mette un pictogramme sur le côté et me pointe un endroit précis. Il m’a notamment signifié à plusieurs reprises qu’il était l’heure de la douche en me pointant le placard à serviette ou bien qu’il pouvait aller sur son ordinateur, en me pointant son placard dans lequel se trouvait son clavier et sa souris. Il lui arrivait donc également d’utiliser ses pictogrammes et pointer du doigt les objets désirés

Ainsi, j’ai compris les désirs et besoins de Julien à travers ses propres demandes faites à sa manière. J’ai tout de même trouvé difficile de différencier chez lui ce qui relevait du besoin ou du désir car ce qu’il désirait était toujours lié à un rituel soit personnel (agenda), soit fonctionnel (activités de son emploi du temps). L’équipe a donc joué un rôle important pour moi car elle m’apportait des informations complémentaires qui m’ont aidé à me positionner. Aussi, il m’est arrivé à de multiples reprises de partager à des membres de l’équipe des observations que j’ai faite. Par exemple, j’ai de nombreuses fois observé que Julien semblait rechercher des stimulations en permanence, il venait en effet souvent vers nous en nous prenant les mains pour qu’on le tapote, en écoutant de la musique, en étant toujours très près de la télévision lorsqu’il la regardait etc. On m’a confirmée qu’il était hyposensible. Cela explique son besoin de stimulation.

Projet existant

Dans cet établissement, le Projet Personnalisé d’Intervention est élaboré tous les deux ans en présence du résident concerné, de sa famille, de son référent de terrain, ainsi que l’infirmière, le chef de service, la psychologue et le directeur. L’infirmière et la psychologue apportent leur bilan médical et psychologique et le référent rapporte une synthèse du quotidien ainsi que de toutes les activités auxquelles il participe. Ensuite, une révision du PPI précédent est effectuée afin d’évaluer le suivi des objectifs Enfin, toutes les parties présentes se mettent en accord pour mettre en place de nouveaux objectifs ou d’en réitérer des anciens. Ces projets de vie se présentent sous la forme d’objectifs globaux prenant en compte les domaines de vie à travailler tels que la communication, l’interaction sociale, les émotions, le comportement, les domaines cognitifs, sensoriels, moteurs et somatiques, ainsi que l’autonomie dans les activités quotidiennes et les apprentissages. Chaque objectif global possède des objectifs spécifiques qui sont mis en place progressivement, dès que le précédent est considéré comme étant achevé. Le suivi de chaque objectif est assuré à l’aide d’une feuille de suivi sur laquelle l’éducateur note des observations quotidiennes en précisant s’il y a réussite, émergence ou échec lors de la mise en situation de cet objectif.

Le projet de vie de Julien a été mis en place en 2016. Il prend principalement en compte les dimensions de la communication expressive, de l’autonomie, et du somatique. Ces dimensions sont composées de 16 objectifs spécifiques. Du fait de ses capacités de compréhension et de communication limitées, Julien n’a pas participé à la mise en place de ces objectifs bien qu’il en ait été informé par la suite. Sa cousine était présente lors de sa synthèse et a grandement participé à son élaboration puisque Julien est dans l’institution depuis peu et que par conséquent, elle a pu apporter d’importantes informations et émettre des souhaits.

Je trouve que l’organisation de l’élaboration du projet personnalisé est effectuée avec rigueur et précision.

...

Télécharger :   txt (23.7 Kb)   pdf (68.6 Kb)   docx (20.2 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club