Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L'homme et la femme dans le sport

Par   •  16 Septembre 2018  •  946 Mots (4 Pages)  •  488 Vues

Page 1 sur 4

...

L’inégalité féminine dans le sport est présente dans Les 4 tares du ballon rond où Jérôme Bourdon indique le football ne donne qu’une illusion d’égalité. D’après lui l’équipe féminine de France de 98 ou de l’Allemagne de 2010 (on notera les dates récentes des événements) n’est pas synonyme d’une intégration réussie, synonyme des propos d’Abnousse Shalmani.

D’après l’auteur Jérôme Bourdon, le foot est sexiste. Le foot est sexiste parce qu’il place la femme non pas comme supportrice mais comme accompagnatrice des hommes. Le sport est vu par la société « ne convenant pas » aux femmes et formant des « coalitions d’hommes ». La femme est exclu de ce type d’évènements et n’est pas conviée à y participer.

L’inégalité n’est pas seulement féminine. D’autres apparaissent avec la notion d’handicaps et ce concernant les femmes comme les hommes.

L’interview de Stéphane Diagana par handicap.fr. Stéphane Diagana est un membre actif de la lutte des handicapés dans le sport. Il a participé à plusieurs évènements sportif au nom des handicapés. C’est donc sa notoriété qui l’a rendu connu dans cette lutte d’égalité. Le sport des handicapés n’est pas vu comme passionnant par la société, exactement comme les femmes et peine à prendre place dans le monde sportif. Stéphane Diagana indique également qu’un public non initié ne parviendra pas à être passionné par du handisport, ce qui est aussi dû la prise de conscience de l’Homme qu’il est fragile et cela met mal à l’aise le public, donc les médias ne se focalise pas sur les handicapés, et freine donc son accès au monde sportif.

L’autre partie du public, celui intéressé par le handisport n’est guère plus méritante que les autres selon Stéphane Diagana. Il parle de discrimination positive envers les handicapés et rappelle qu’une discrimination même positive reste une discrimination. D’après Stéphane Diagana, les handicapés ne sont pas considérés comme des sportifs à part entière et l’intégration du monde sportif n’est pas terminée.

Trois inégalités majeures ressortent de ce texte, et traduis par la division des classes sociales. La société est divisée en classes sociales moyennes ou « VIP ». Ces classes sont elles même divisées entre les hommes et les femmes. Dernière séparation des classes sociales, les handicapés. Seuls les hommes en bonne santé ont intégré le sport sans soucis de genre ou de d’infirmité.

Les inégalités du sport, présentées dans un stade se reflètent au cœur même de la société, touchant des populations entière. Femmes et handicapés sont dans une course d’endurance pour intégrer le monde sportif et prendre place avec les hommes.

...

Télécharger :   txt (5.9 Kb)   pdf (45.1 Kb)   docx (12.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club