Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Fiche de lecture et personnages : La Peste, Albert Camus

Par   •  25 Novembre 2018  •  2 313 Mots (10 Pages)  •  879 Vues

Page 1 sur 10

...

2h par jour

A cause de son dévouement il contracte la peste et c’est l’un des premiers rescapés

Message : L’auteur le récompense de sa bonne volonté

« S’il est vrai que les hommes tiennent à se proposer des exemples et des modèles qu’ils appellent héros, et s’il faut absolument qu’il y en ait un dans cette his­toire, le narrateur propose justement ce héros insi­gnifiant et effacé qui n’avait pour lui qu’un peu de bonté au cœur et un idéal apparemment ridicule. »

Cottard :

Vie quotidienne : Homme moyen

Au début du roman on ne sait pas vraiment pourquoi il est recherché par la police et tente de se pendre

Caractère : Malicieux

Symétrique de Grand mais dans le mal

Pendant l’épidémie : La peste écarte de lui la justice et lui permet de s’enrichir en faisant du marché noir

Il souhaite voir le malheur général s’amplifier et durer

A la fin de l’épidémie, son traffic se termine et les poursuites judiciaires reprennent il est traqué, assiégé puis mis à mort.

Message : L’auteur n’a pas de pitié, son malheur est mérité.

Son châtiment, comme la guérison inespérée de Grand, a une évidente valeur symbolique.

«  Je me sens bien mieux ici depuis que nous avons la peste avec nous. »

« Il est juste que cette chronique se termine sur lui qui avait un cœur solitaire. »

« Oui, solitaire là où il aurait fallu être solidaire. »

Le père Paneloux :

Vie quotidienne : Jésuite érudit et militant, défenseur d’un christianisme exigeant.

Pendant la peste : Il occupe une place au premier plan même si l’oeuvre est anticléricale.

Au début son premier prêche montre qu’il est sur de lui

« Mes frères, vous êtes dans le malheur; mes frères, vous (avez mérité [...]. Ce fléau même qui vous meurtrit, il vous élève et vous montre la voie. »

S’il accepte d’entrer dans les formations sanitaire, il ne croit pas aux sciences et reproche à Castel d’avoir préparé un sérum retardant la mort et augmentant donc la souffrance des malades (l’enfant Othon)

Dans son second prêche, il est moins tranchant et ne dit plus « vous » mais « nous ». Il ne veut plus expliquer le mal mais accepter les conséquences de cet acte de foi

« La souffrance des enfants était notre pain amer, mais, sans ce pain, notre âme périrait de sa faim spirituelle »

Finalement, il sera atteint de la peste, mais, ayant refusé de se laisser soigner, il mourra.

Message : Il représente le clergé et l’attitude de la foi en présence du mal

Mort inutile, qui montre où conduit l’acceptation à genoux, là où il faut lutter debout (anticléricalisme)

Rambert :

Vie quotidienne : Il refuse l’injustice et les concessions et tient le langage de St Juste

Journaliste avec un passé de militant qui a combattu avec les vaincus pendant la guerre d’Espagne

Cette expérience fait qu’il parle haut en faveur du bonheur dont il est le champion irrécusable

Pendant l’épidémie : Il veut à tout prix partir d’Oran où il faisait un reportage pour rejoindre sa femme en France

Il se heurte à l’administration et décide alors de s’évader.

Quand il apprend que Rieux est séparé de sa femme, il demande à entrer provisoirement dans les formations sanitaires

Sur le point de s’évader, il refuse de partir, estimant

« Je ne peux pas supporter l’idée que cela va durer et qu’elle vieillira pendant tout ce temps [...1 A trente ans, il faut profiter de tout. »

« Je sais que l’homme est capable de grandes actions. Mais s’il n’est pas capable d’un grand sentiment, il ne m’intéresse pas [...1. Ce qui m’intéresse, c’est qu’on vive et qu’on meure de ce qu’on aime. »

« J’ai toujours pensé que j’étais étranger à cette ville et que je n’avais rien à faire avec vous. Mais maintenant que j’ai vu ce que j’ai vu, je sais que je suis d’ici, que je le veuille ou non. Cette histoire nous concerne tous. »

Tarrou :

Vie quotidienne : L’auteur a beaucoup de sympathie pour lui et lui prête un von nombre de ses propres idées, ses expériences personnelles : c’est le seul personnage dont on connait le passé

Fils d’avocat, il va vécu en pensant qu’il était innocent et respectable jusqu’au jour de ses 17 ans où il a vu son père requérir sa peine capitale.

Il a quitté le domicile paternel, fait de la politique et lutté dans tous les pays du monde mais dans dans les rangs où il combattait certaines personnes étaient mes à mort et après avoir vu un homme se faire fusiller en hongre et découvert que beaucoup des soldats étaient pestiférés il a refusé tout ce qui fait mourrir

Vie pendant l’épidémie : Il s’oppose à Paneloux et souhaite être un saint sans Dieu

Quand il sera atteint par la maladie, il résistera dans sa lucidité, mais de toutes ses forces

Ce même saint laïque n’échappe pas à la mort

Caractère : Sa morale : sympathie, compréhension —> morale réellement mise en pratique

Comprendre ne l’empêche pas de lutter au maximum et jusqu’au bout. Il a créé le plan d’organisation des formations sanitaires volontaires

Il refuse de s’avouer vaincu avant qu’on ait tout essayé

Sainteté

...

Télécharger :   txt (14.5 Kb)   pdf (140.8 Kb)   docx (19.2 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club