Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Les idéologies totalitaires sont-elles comparables ?

Par   •  27 Novembre 2018  •  2 128 Mots (9 Pages)  •  199 Vues

Page 1 sur 9

...

ACT 5 : TRANSFORMER LA SOCIETE PAR L’ECONOMIE, L’EXEMPLE DE L’URSS

Comment Staline, après avoir éliminé ses adversaires au sein du Parti Communiste, s’emploie à mettre en œuvre l’idéologie communiste en lançant le « Grand Tournant ». Il s’agit d’étudier les 1° moyens utilisés, 2° les conséquences sur la production et 3° les réactions des populations concernées.

*LE PLAN QUIQUENNAL : l’économie est dirigée dans les pays totalitaires dans le but de préparer une société nouvelle, communiste et sans classes en URSS.

*En URSS, la planification de l’économie se manifeste dans des plans quinquennaux où l’Etat décide de toutes les mesures à prendre, sans initiatives privées. Le premier plan quinquennal est mis en œuvre en 1929. La priorité est l’industrialisation du pays (même si L’URSS était principalement un pays agraire) ; l’URSS doit devenir une grande puissance industrielle (en 1939, elle sera la 3ème plus grande puissance industrielle de la planète). 1° Il faut enrichir le pays 2° favoriser la mécanisation du secteur agricole et le développement des transports 3° développer la place ouvrière en URSS.

*C’est un programme qui est largement influencé par l’idéologie communiste : 1° les prolétaires sont prioritaires 2° disparaît la propriété privée qui passe par la nationalisation ou l’étatisation mais aussi par la collectivisation.

*LA COLLECTIVISATION DE L’AGR : Dans cette économie socialiste, les paysans travaillent désormais dans de grandes exploitations agricoles dont ils partagent les biens : ce sont les kolkhozes.

*Existent aussi les sovkhozes. Mais les kolkhozes offrent une liberté et une autonomie plus grandes ; les salaires y sont plus élevés puisque les terres restent la propriété collective des paysans et l’Etat ne s’empare qu’une partie de la production, son contrôle est moins important.

*LES LIMITES DU PLAN QUIQUENNAL : Si le secteur industriel connaît un véritable essor à l’issue du premier plan quinquennal, c’est au détriment de l’agriculture. Même si les résultats des productions restent manipulés par la propagande soviétique, publiant des résultats flatteurs mais peu fiables, la production annuelle moyenne, dans le secteur de l’industrie, double ainsi entre le premier et le second plan quinquennal, alors que la production agricole régresse légèrement. Cet écart révèle les priorités du régime stalinien : le développement industriel, et plus particulièrement celui de l’industrie lourde (métiers de la sidérurgie, de la production mécanique), doit passer avant tout.

*LES REACTIONS AUPRES DES PAYSANS : La collectivisation entraîne une opposition de la part des paysans. 1° l’effondrement de la production agricole due à la désorganisation provoquée par la collectivisation et aggravée par les réquisitions de l’Etat. Les conséquences seront terribles : durant la période 1932/1933, les famines sévissent en URSS et + particulièrement dans les grandes exploitations d’Ukraine. Confrontés aux réquisitions (organisées sur ordre de Staline par la GPU), véritables opérations armées, les paysans s’efforcent de cacher une partie de leur production pour leur propre usage.

*Les paysans, déçus, reprochent au pouvoir communiste de ponctionner une trop grande partie de leur production pour nourrir les villes, plus particulièrement les ouvriers, considérés comme prioritaires pour renforcer l’URSS.

*Pour expliquer la situation économique et financière difficile du régime, l’Etat trouve un bouc émissaire, sur qui il rejettera la faute : les koulaks. Ce sont les ennemis du peuple, des égoïstes, des traitres envers la Nation ; pour renforcer ces idées, de nombreuses campagnes de propagande seront lancées en leur défaveur. Ils seront déportés par la police politique dans les camps de travaux forcés des goulags.

ACT 6 : RACISME ET ANTISEMITISME EN Allemagne

Cette étude aborde l’idéologie nazie, fondée sur une vision raciste du monde. Elle explique la mise en place de mesures destinées à séparer radicalement ceux que Hitler définit comme membres de la race supérieure, les Aryens, des Juifs, qu’il considère comme une race inférieure et impure.

* Mein Kampf (« Mon combat ») est un ouvrage rédigé par Hitler en 1924, pendant la courte période d’emprisonnement qui suit la tentative de putsch organisée à Munich en 1923. Il y fixe les fondements de l’idéologie qui détermine les principaux axes de la politique du régime nazi.

*Pour Hitler, les hommes appartiennent à des races différentes, entre lesquelles il établit une hiérarchie. À son sommet, les Aryens : le seul peuple créateur, à l’origine de tous les progrès humains. Ils sont donc « destinés » à dominer les autres hommes. Supérieurs par leurs qualités physiques comme intellectuelles, ce sont des guerriers, des combattants. À l’inverse, les Juifs constituent une race incapable de créer, une race qui ne peut survivre qu’en s’emparant des biens des autres. Ils font part d’un objet de haine : ils sont des « parasites », incapables de sentiments humains comme le courage ou la fraternité, porteurs d’un virus mortel pour les autres races. En effet, Hitler affirme qu’en vivant au milieu des Aryens, en se mêlant à eux, ils dégradent peu à peu leurs qualités « naturelles ». Ils sont donc nuisibles à la grandeur, à la puissance de la race allemande. C’est ainsi qu’Hitler justifiera leur élimination, avec les malade mentaux ou les homosexuels.

*Hitler fonde la vigueur et la puissance de la race aryenne sur la pureté de son sang : il s’agit de le préserver du contact avec celui des races inférieures, pour éviter de l’affaiblir.

*Un périodique de propagande montre la première page d’un calendrier, sur lequel apparaît l’archétype de la race aryenne, conforme à l’idéologie nazie. >>L’image insiste sur la blondeur des personnages, sur le classicisme de leur beauté, sur la force physique de l’homme. Ensuite, par la présence d’un enfant dans les bras de la femme, renvoyée à sa fonction maternelle et génitrice : il s’agit de rappeler l’un des impératifs énoncés par Hitler : perpétuer la race. Enfin, par la disposition des personnages, le rôle de chacun est suggéré : l’homme domine et protège, la femme enfante. À droite, la présence d’un aigle, les ailes déployées, intègre le régime nazi dans cette définition d’une famille aryenne idéale. On retrouve aussi le retour a à la nature, puisque les personnages sont presque

...

Télécharger :   txt (13.9 Kb)   pdf (60.8 Kb)   docx (17.2 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club