Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le mouvement socialiste en Europe de 1848 à 1914

Par   •  21 Août 2018  •  1 814 Mots (8 Pages)  •  88 Vues

Page 1 sur 8

...

Le modèle allemand, berceau :

- Une contre-société ouvrière, s’opère grâce à l’alliance entre le parti et le syndicat. Débute par l’unification des partis au congrès de Gotha 1875 qui s’effectue sous l’effet du tournant antisocialiste de la politique bismarckienne. Développement des syndicats en parallèle et des coopérative (avec les partis = 3 piliers du mvt ouvrier). Création d’une contre-société et contre-culture quasi autocratique. Aboutit à de fort progrès électoraux (1912 : 110 députés du Parti social-démocrate au Reichstag.

- Le révisionnisme ou compromis : après la mort de Marx et Engels, Bernstein remet en cause l’inévitable effondrement du système capitaliste, cherche un équilibre entre l’État et les « créations économiques de la classe ouvrière ». → Opposé à Rosa Luxembourg.

Autre pays :

- GB : on parle de travaillisme, mvt ouvrier unifié (alliance syndicat-parti) et une politique réformiste de Welfare-State. Origine du Labour Party.

- Belgique et Pays-Bas : 1885 création du POB

- La Norvège : Le parti norvégien des travailleurs (DNA) fondé en 1887, évolue vers un réformisme.

- Un bilan contrasté, entre évolution des conditions ouvrière et division face à la guerre.

- Les grandes réformes sociales

Les améliorations des conditions de vie ouvrière se diffusent en Europe : amélioration des conditions de travail, limitation du travail des enfants, retraite accordés, assurance maladie…Le plus souvent ce ne sont pas les sous le pouvoir des socialiste, mais par les conservateurs qui veulent éviter la révoltes de l’opposition

- En Allemagne premières lois sociales sous Bismarck entre 1878 et 1890, en même temps que les lois répressives.

- En GB ce sont les conservateurs qui sont à l’origine des premières lois sociales.

- En France, loi Guizot qui est fondatrice de la protection sociale, la loi du Travail est proclamée durant la révolution de 1848 et mise en place par les Atelier Nationaux

Ainsi que les libertés d’expressions :

- Liberté syndicales s’accroissent : 1864 en France, 1869 en Allemagne, 1876 en Espagne.

- Le droit de grève est accordé : 1864 en France, 1869 en Allemagne 1875 en GB…

- Une division face à la Première Guerre Mondiale :

- Allemagne : Parti socialiste divisé sur l’intervention dans la guerre et les crédits→ le SPD au pouvoir décide de participé en créant le Burgfrieden. Aboutit à la séparation idéologique allemande entre les révisionnistes et les plus révolutionnaire.

- GB : partis socialiste rencontre un succès croissant, mais se montre incapable de faire l’unité des socialiste face à la guerre

- France : Avant la guerre 91 000 adhérents au parti socialiste division forte, mais un ralliement au gouvernement suite à la mort de Jean Jaurès et création de l’Union Sacrée.

On observe en Europe une profonde division à l’intérieur du mouvement ouvrier face à la guerre, entre les fervent et les pacifistes.

Ainsi dès ses origines au XIXe siècle, le socialisme s’affirme internationaliste. L’évolution du socialisme, une grande partie de ces débats ont eu pour cadre l’Internationale socialiste. Le socialisme d’abord explosé en différents mouvement ouvrier s’est peu à peu structuré autour de partis et de syndicats selon différentes idéologies sinon dans un but commun de revendication de la classe ouvrière. Malgré quelques succès d’avancées sociales, les différents partis nationaux subissent des divisions profondes face à l’entrée dans la Première Guerre Mondiale. L’internationale subit sa première contradiction car elle est liée à l’idée de paix. Non seulement elle n’aura pas empêché la guerre, mais en ressortira brisée.

...

Télécharger :   txt (12.3 Kb)   pdf (56.2 Kb)   docx (574.7 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club