Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le Pont Mirabeau, Guillaume Apollinaire

Par   •  18 Octobre 2018  •  742 Mots (3 Pages)  •  209 Vues

Page 1 sur 3

...

« Restons » : impératif qui s’adresse à la femme pour retenir l’amour qui s’en va.

Métaphore : on passe du vrai pont au pont « de nos bras » (CdN).

« Des éternels regards » : Complt de l’adjectif « lasse » = personnification de l’eau.

Sonorités nasales et liquides puis sifflantes = nostalgie, temps qui passe.

- Dans la suite du poème, on trouve des sonorités plus violentes (k) et (r).

Le jeu de mot sur « comme « (comparaison puis exclamation) et le jeu de sonorités sur « vie-est-lente » / « vi-o-lente » (diérèse) expriment de manière très poétique l’antithèse entre la monotonie tranquille de la vie et la force douloureuse des sentiments.

- Le refrain sonne comme un gong ou mieux un glas de plus en plus douloureux.

- Conclusion (Symbolisme, tradition et modernité) :

L’eau (« coule la Seine/Et nos amours », « L’amour s’en va comme cette eau courante »),

= le temps et nos amours ou l’amour (« Ni temps passé/Ni les amours reviennent »).

Le pont (« Sous le pont Mirabeau », « sous/Le pont de nos bras passe », « je demeure »)

= le couple puis le poète seul qui est figé et regarde passer sa vie et ses amours mais = aussi le poème (cf titre), seul moyen d’enjamber le temps et de garder dans un présent éternel les amours perdues.

Thèmes traditionnels du lyrisme : la fuite du temps associée à la fuite de l’amour.

La modernité vient de la forme du poème (vers coupés sans ponctuation) comme dans le choix du pont (moderne, en métal). Ecouter versions Apollinaire, Reggiani, Lavoine, Pogues en anglais…

...

Télécharger :   txt (4.5 Kb)   pdf (48.1 Kb)   docx (13.1 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club