Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Fiche sur la croissance et les crises

Par   •  9 Mai 2018  •  3 304 Mots (14 Pages)  •  136 Vues

Page 1 sur 14

...

1- Croissance exogène ou le progrès technique « tombé du ciel »

Solow ( A Contribution to the Th eory of Economic Growth,1956) affirme que la croissance n'est possible que si le progrès technique se renouvelle régulièrement.

Le progrès technique est exogène au processus de production c.a.d qu'il ne trouve pas son origine ai sein du processus de produiction.

Solow le mesure comme la partie non-expliquée de la croissance et l'appelle le « résidu » . Selon les premiers résultats, la contribution du progrès technique à la croissance américaine à 1 % de 1909 à 1929 et à 2 % de 1929 à 1949.

2- Croissance endogène

On parle de conceptions endogène du progrès technique pour designer les analyses qui voient la source des innovations dans le fonctionnement même du système de production. L'origine du progrès de est à chercher dans les structures du processus de production et au sein de l'entreprise. Ce courant est théorisé par Romer ( The origins of endogenous growth, 1994) , Barro et Lucas de l'Ecole de Chicago. Pour eux, afin de garantir une croissance auto entretenue, il est nécessaire de réunir :

-un capital physique, technologique et humain favorable à la R&D et à l'innovation

-un stock d'infrastructures collectives

Dès lors que toutes ces conditions sont réunies, la croissance constitue un processus « auto-entretenu ». Cette théorie de la croissance endogène réhabilite de rôle de l’État par la législation sur les brevets, la formation de capital humain et l'aide à l'accumulation du capital.

III) La gestion des externalités

Externalité : concept introduit par Pigou ( A Contribution to the Theory of Economic Growth dans les années 1920) qui désigne une situation économique dans laquelle l'action d'un agent A a une influence positive ou négative sur un agent B sans que cela fasse l'objet d'une transaction financière de la part de A en cas d'externalité ou de B en cas d'externalité positibe.

On distingue :

-Les externalités positives où l'action de l'agent a une influence positive sur le bien-être de l'agent B

-Les externalités négatives ou l'action de l'agent A a une influence négative sur bien-être de l'agent B

Pour les néoclassiques, les externalités sont des défaillances du marché qui peuvent justifier l'intervention de l’État pour sanctionner les producteurs d'externalités négatives et et subventionner les producteurs d'externalités positives.

1- Le soutien des externalités positives

-encourager les innovations

-améliorer le capital humain

-subventionner la culture, l’éducation, la formation...

2- La gestion des externalités négatives

-par la réglementation voire l'interdiction

-par la création de marchés d'externalités négatives (marché de droits à polluer)

-par la privatisation des ressources

IV) Le rôle des institutions

D'après Douglass North, les institutions sont « l'ensemble des contraintes humainement conçues qui façonnent les interactions entre les individus et qui constituent les règles du jeu d'une société »

Rodrik distingue 4 types d'institutions susceptibles de soutenir le croissance économique :

-institutions créatrices de marchés

-institutions qui réglementent les marchés

-institutions stabilisatrices de marchés

-institutions qui légitiment les marchés.Définitions

Croissance équilibré : classique(crise improbable,exogène)

Croiss. déséquilibré : néo-keynesiens croiss. sur le fil du rasoir

Crise éco : dégradation de la situation éco baisse des grandeurs(Pib emplois prix) pdt 2 trimestres consécutifs

Eco française : 3 types de crise : crise de subsistance agricole

Crise intermédiaire : crise agricole provoque hausse des prix provoque crise industrielle

Crise moderne, crise industrielle crise de surproduction

Fluctuations : ensemble des mvts de croissance et de récession de l'activité éco

Cycle éco : alternance de période d'expansion et de période de récession/dépression dont la périodicité est régulière avec une amplitude proche,

Cycle de Juglar : 7 à 11 ans cycle des affaires mécanisme endogène

Cycle mineur de Kitchin : 3 à 4 ans variations des stocks expliquent ces cycles

Cycle de Kondratieff : 48 à 60 ans phase d'expansion 25 ans de récession 25 ans

Pol, Contracyclique : atténuer l'effet de la crise, par une relance de l'activité via des politiques conjoncturelles ex pol budgétaire expansive : policy mix, pol de soutien des salaires

Pol, procyclique ; laisser faire, ne pas intervenir, laisser l'éco se purger

Explications des cycles courts : chocs exogènes

1,1 chocs monétaires selon Lucas : élément déclencheur des cycles éco est provoqué par pol, monétaire discrétionnaire au coup par coup selon la conjoncture ex : pol monétaire expansive,

Mais les agents prévoient ce que va faire l'Etat Cf (théorie anticipations rationnelles de la NEC)

intervention monétaire inefficace car inflation, dès lors, décalage entre offreur qui va augmenter sa production pour profiter de la hausse des

...

Télécharger :   txt (22.8 Kb)   pdf (74.5 Kb)   docx (584.6 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club