Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Média et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'affaire Dreyfus

Par   •  8 Décembre 2018  •  1 609 Mots (7 Pages)  •  13 Vues

Page 1 sur 7

...

-Bon nombre d’intellectuels, de journalistes ou d’hommes politiques ont plutôt été DREYFUSIENS, à savoir qu’ils souhaitaient mettre un terme à l’affaire surtout dans le but de sauvegarder la République (journal Le temps).

-PRESSE -> rôle majeur dans l’Affaire Dreyfus. Sans elle, pas d' Affaire, ni libération de Dreyfus (1906 -> procès qui reconnait son innocence). Elle a été le support par le biais duquel différents courants se sont affrontés au sein de l’opinion. Elle a contribué à faire de l’Affaire Dreyfus un problème politique, obligeant ainsi les représentants du peuple français à prendre position sur la question de la défense des valeurs républicaines. Ces dernières en sont sorties renforcées et le poids des nationalistes et des royalistes dans l’opinion a dès lors reculé. L’affaire Dreyfus a aussi mis en évidence la nécessité d’une plus grande laïcisation de la société française -> loi de 1905.

2. Les médias dans la tourmente des années 30 :

-Contexte: Crise économique -> chômage massif + traumatisme de la guerre / En 33 Hitler et au pouvoir -> montée des totalitarismes qui est une menace à la démocratie française + tensions internationales.

A. Une presse d’opinion de plus en plus violente :

-CONCURRENCE ->nouveaux médias-> de moins en moins de titres MAIS reste le média le plus influent.

-PRESSE -> sujets clivants (divisent) sur lesquels les journaux d’opinion s’affrontent violemment.

-Après 6 février 1934 (Léon Blum accusé d'être un traître -> JUIF qui n'est pas considéré français. Selon Maurras: "C'est un homme à fusiller, mais dans le dos") la PRESSE DE GAUCHE diffuse la thèse de la menace fasciste -> La République semble être faible et corrompue (amplifiant l’ampleur de l’événement) ≠ la PRESSE D’EXTRÊME DROITE lance, elle, une campagne antisémite, xénophobe, anticommuniste et antiparlementaire. Celle-ci se prolonge avec la campagne de DIFFAMATION (psychologiquement et moralement violent) menée contre le ministre de l’intérieur, Roger Salengro (accusé d'avoir été déserteur 1GM), qui aboutira à son suicide en 1936.

-La presse -> REFLET DU CONTEXTE POLITIQUE + traite des questions qui agitent l’OPINION et la divise + a un IMPACT SUR LES ÉVENTEMENTS POLITIQUES = explique pourquoi le pouvoir cherche à contrôler les médias.

B. L’apparition de nouveaux médias :

-ENTRE-DEUX GUERRES ->diffusion de la TSF (Telephonie Sans Fil -> ancienne radio) et des actualités au cinéma.

-10% des Français ont une radio en 1932 (500 postes de réception) -> plus de la moitié en possède une en 1939 (5000 postes de réception).

-LA RADIO ->le pouvoir, les autorités contrôlent le contenu diffusé sur les ondes et favorisent les stations qui proposent des divertissements, mais ne traitent pas des sujets polémiques. -> un monopole d’État. La radio permet la couverture des évènements en direct. C’est le cas lors du 6 février 1934 ce qui permit au pouvoir de jeter immédiatement le discrédit sur les manifestants en défendant les parlementaires et le gouvernement.

-ACTUALITÉS AU CINÉMA ->avant les films -> toujours contrôles. Elles sont cependant assez populaires et inaugurent l’ère de l’audiovisuel.

II. OPINIONS PUBLIQUES ET CRISES POLITIQUES A L’ERE DE L’AUDIOVISUEL (1940 – 1968):

1. La bataille de l’information pendant la guerre :

A. Le cas de la presse écrite :

-INSTAURATION DU RÉGIME DE VICHY + CONTEXTE D'OCCUPATION -> la censure est rétablie et la liberté de la presse supprimée en 1940. Les journaux de la zone occupée sont placés sous la tutelle des autorités allemandes, puis cette mesure s’étend à tout le territoire après 1942.

-La PRESSE COLLABORATIONNISTE qui diffuse la propagande vichyste est ainsi favorisée mais elle obtient peu de succès auprès des lecteurs.

-A l’inverse, la résistance crée une PRESSE CLANDESTINE qui devient d’ailleurs un outil de lutte contre l’occupant malgré les difficultés rencontrées pour la diffuser.

-Malgré le déclin des médias papiers (pénurie de cette matière première), les journaux de la résistance dominent le paysage de la presse écrite après-guerre -> Libération

B. La guerre des ondes :

-RÉSISTANTS + OCCUPANTS ALLEMANDS + PARTISANS DE LA COLLABORATION = véritable guerre par radio.

-La résistance peut émettre depuis l’Angleterre par le biais de la BBC et l’émission « Les Français parlent aux Français » rencontre un certain succès (Messages codés + toucher l'opinion publique). 70% des Français possédant une radio auraient écouté la BBC.

-Se développe de ce fait une guerre des ondes entre RADIO PARIS (de Vichy) ≠ le « Général micro » depuis la BBC. (ex. Duel radiophonique qui oppose l'humoriste juif Pierre Dac -> résistant + et le secrétaire de l’État Philippe Henriot -> à l'information et à la propagande du régime de Vichy).

...

Télécharger :   txt (10.8 Kb)   pdf (57.7 Kb)   docx (16.7 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club