Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le héros doit il toujours être positif?

Par   •  9 Avril 2018  •  1 501 Mots (7 Pages)  •  486 Vues

Page 1 sur 7

...

Fondamentalement, les anti-héros seront des personnages dont les problématiques ne sont que centrées sur eux-mêmes. Ils mettent en exergue des défauts plutôt que des qualités. C’est notamment le cas du personnage Emma Bovary, de Madame Bovary, de Flaubert. D’ailleurs il est à constater que l’échec est le thème central de tous les romans de Gustave Flaubert. Le désenchantement d’Emma ira jusqu’à son suicide.

Il en va de même du personnage de Thérèse Raquin, dans le roman d’Emile Zola. Marié par convenance familiale à un cousin, elle mesure rapidement l’ennui qui règne dans sa vie. Elle y mettra un terme en faisant accomplir l’irréparable par son amant. Emile Zola nous entraine ainsi dans la déchéance de la nature humaine, propre de sa série les Rougon-Maquart.

Les anti-héros, qu’ils soient ambitieux, aventuriers, fourbes, libertins ou séducteurs, héros de la classe populaire, ont cette vocation de pouvoir nous entraîner dans une vie singulière mais qui peut quelques fois nous éclairer, nous donner à rêver, ou tout simplement nous donner à réfléchir.

Certains auteurs choisissent pour personnage central une figure qui n’est pas forcément semblable à nous même, mais qui par les aventures vécues peut nous ressembler.

Ainsi, dans Barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, il s’agit de toujours recommencer face aux assauts de l’océan. Cela génère beaucoup de tensions mais une mise en place aussi d’une détermination. C’est d’ailleurs ce qui se passe encore aujourd’hui dans de nombreuses contrées de la planète où certains luttent sans cesse contre les éléments. On trouve donc dans les personnages de Marguerite Duras soit des douleurs ou une désespérance face aux contraintes géographiques ou sociales.

Ils sont en opposition avec Candide, de Voltaire, qui malgré les aléas de la vie, et les situations tragiques qu’il rencontre, sera toujours porté par un optimisme même quelques fois débordant. Ce conte philosophique permet à Voltaire de nous éclairer sur des faits de société, à travers notamment ceux du XVIIIe siècle. Son personnage devient support pour dénoncer entre autres l’esclavage, la barbarie pendant la guerre mais aussi une certaine forme d’intégrisme religieux.

Le personnage romanesque devient donc porteur d’une vision du monde. Il sera celui par lequel un symbole pourra être défendu. C’est le cas de La Condition humaine de Malraux. En effet, Kyo et Chen, figures de la révolution communiste agissent dans le contexte de la guerre civile en Chine. Cela permet à l’auteur de pouvoir aborder la notion du suicide pour éviter la torture insupportable qui peut être infligée.

Il en va aussi de A l’ouest rien de nouveau de Erich Maria Remarque, où le personnage central est un soldat allemand qui relate les faits passés sur le champ de bataille lors de la première guerre mondiale. Il y a l’ambivalence entre le fait qu’il est héroïque aux yeux des siens et abject aux yeux de l’ennemi. On comprend bien que pour Remarque, la perception que l’on a d’une chose vécue ne vaut que pour celui qui la vit. Cela met donc en évidence la relativité des faits.

C’est ce qui nous amène à dire que le narrateur ou le romancier ne sont pas forcément en accord avec les visions du monde portées par les personnages.

Le héros peut défendre une cause mais celle ci ne peut valoir que dans son contexte.

Le personnage du roman a mille facettes et n’est pas obligatoirement la figure héroïque que l’on imagine. Tous les artifices peuvent être utilisés dans l’écriture romanesque. Pour certains auteurs il sera plus aisé de donner au personnage une aura qui va le transcender. Mais souvent, un héros ordinaire ou un anti-héros sera celui qui permettra de nous emmener vers la vision du monde que l’auteur veut nous prodiguer. Qu’importe le personnage, c’est l’œuvre dans sa globalité qui sera le constat d’une société, ou qui sera porteuse d’une réflexion philosophique ou bien encore porteuse d’espoir.

Le roman est comme un tableau dont on a d’abord une vision générale et qui, lorsque on l’observe attentivement révèle par ses détails des points essentiels. Tout peut être support de messages.

...

Télécharger :   txt (9.3 Kb)   pdf (49.9 Kb)   docx (14.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club