Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Dans le cadre du thème “les droits de l'enfant”, diverses formes d'exploitation de l'enfant.

Par   •  9 Avril 2018  •  1 836 Mots (8 Pages)  •  73 Vues

Page 1 sur 8

...

Ce film aborde le théme de la prostitution enfantine. Violet vit dans une maison close avec sa mère (on suppose que c'est une prostituée). La mère exploite la beauté de sa fille en l'invitant à se prostituer, elle vend sa virginité pour 400 dollards lors d'une grande fête.

Sur la photo de l'article, nous pouvons voir Violet assise sur un lit, très légerement vetue. Elle porte des vêtements de femme. Elle a un air innocent et en même temps elle incarne la séduction d'une femme par la façon dont elle se tient. Elle semble détendue, souriante mais nous supposons que derrière ce sourire se cache une profonde blessure.

- Comparaison des documents

Ces trois documents ont pour sujet commun l'exploitation des enfants dans le monde. Cette exploitation peut être sous différentes formes. Dans le premier exemple, ce sont les parents qui envoient leur enfants dans la clandestinité afin de trouver du travail et ainsi subvenir à leur besoins. Ils n'hésitent pas à mettre leurs enfants en danger lors d'une traversée dans des conditions d'hygiéne et de sécurité défectueuse. Dans les deux autres documents, les enfants subissent des violences sexuelles. Violet est initiée dans le monde de la prostitution par sa mère et pour les enfants du Cap, la pauvreté de cette ville laisse à penser que les enfants ne sont pas épargner par l'abus sexuels (cf. l'inscription: “stop abusing children). Dans ces trois documents les enfants sont exploités par leurs proches, Violet par sa mère, les enfants clandestins par leur parents ou famille proche et pur les enfants du Cap par leur proche ou leur entourage.

La seconde idée commune aux trois documents est la souffrance et la maltraitance de ses enfants. Dans le document un, les témoignages nous apprend les conditions de vie de leur traversée en mer. La traversée dure douze jours sur de petites embarcations (pirogues) avec un nombres de passagers importants” Pape Omar ….monté à bord d'une barque avec 110 personnes...”il nous fait part de sa peur “j'avais très peur des vagues”. Les témoignages nous décrivent les privations et les souffrances physiques de ces jeunes “au début, il y avait du riz, des biscuits, de l'eau et même du lait. Mais après, il n'y avait plus rien”, “j'avais très mal à la tête”, “bien mal au ventre”. Le danger de cette traversée est grand certain y perde la vie “..nous n'avons plus de nouvelles de lui. Il est sans doute mort...”

La troisième idée est plus visible dans les documents 1 et 2 et ne se traitent pas de la même manière dans le document 3. Les deux premiers documents abordent la différence culturelle et la place de l'enfant dans cette culture. Dans le premier document, les jeunes sénégalais sont considérés comme adulte dès l'adolescence et doivent subvenir aux besoins de leur famille. En Europe, un enfant mineur n'est pas considéré comme adulte avant sa majorité, l'école est obligatoire et ils ne peut travailler “les parents confient leur progéniture au destin. Mais ils ignorent souvent que les enfants ne peuvent travailler avant leur majorité” . Les parents ou les proches lui doivent assistance et ce n'est pas aux enfants de subvenir aux besoins de leur famille. Cette façon de voir les droits de l'enfant n'est pas comprise par les familles sénégalaise, la place de l'enfant n'est pas pas perçue de la même façon “cette différence culturelle est souvent mal vécue par des familles africaine...” “les familles les sollicitent régulièrement”. Ces jeunes sont pris entre deux cultures et subissent la pression de leur proche. Le gouvernement espagnole prend en charge ces jeunes clandestins en leur fournissant un abrie et une éducation.

Dans le deuxième document, la vie des européens “les blancs” et celle des autochtones a été marquée de nombreuses année par l' apartheid. La différence entre les races était marquée, “les noirs” ne pouvant pas bénéficier des même droits que les “blancs”. Le Cap est une ville pauvre de l'Afrique du Sud, par les messages forts des enfants “stay no to children abuses” “keep children out of jail" ont peut penser que les droits des enfants autochtones ne sont à égalité de celles des européens. Les différences culturelles sont encore présentes dans la façon de percevoir l'enfant. Il n'est pas étonnant de voir que le personnage centrale qui incarne la réussite est de couleur blanche. Sur la fresque on voit un personnage derrière les barreau et un policier présent, cela peut supposer que le justice ne soit pas encore présente pour punir les adultes commettant des abus

Dans le troisième, la différence culturelle se situe par rapport à une époque ou les droits de l'enfant était peu appliquée, elle se déroule en pleine guerre mondiale. L'action se situe à la Nouvelle Orléans dans le quartier Storyville, un quartier réservé à la prostitution, qui était absolument légale en 1917. La place des mineurs entre hier et bien différente, les mentalités, les moeurs ont évolués mais la prostitution enfantine existe toujours dans certaines région du monde. C'est maintenant choquant d'imaginer que l'état légalisé la prostitution à une certaine époque mais mle tourisme sexuel est toujours présent.

3.Ebauche de structure de synthèse

- L'exploitation de l'enfance

- La place et le rôle de l'enfant dans un pays pauvre: documents 1 et 2

- L'abandon de l'enfance pour une vie adulte: documents 1 et 3

- Les droits de l'enfant

- Les différentes forme d'abus sur les enfants douments: 1,2,3

- Le rôle de l'Etat documents:1,2,3

...

Télécharger :   txt (11.5 Kb)   pdf (51.9 Kb)   docx (15.8 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club