Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Rapport de stage sur la MNI

Par   •  16 Avril 2018  •  5 352 Mots (22 Pages)  •  208 Vues

Page 1 sur 22

...

Du fait des larges plages horaires, un changement d’équipe s’effectue en général entre 13h30 et 14h et permet l’échange des consignes. Des techniciens et secrétaires sont amenés à relayer le personnel dans l’après midi.

- Description du laboratoire :

- Les locaux :

Le laboratoire Féret-Fuentes se compose :

- D’un secrétariat

- D’une salle d’attente où la secrétaire accueille les patients

- D’un bureau pour la biologiste

- D’une salle de repos pour les employés

- De trois salles de prélèvement pour réaliser les prises de sang dont une est plus spécialisée pour les prélèvements gynécologiques

- D’une salle technique :

La salle technique se situe derrière le secrétariat et se compose de 6 postes :

- La paillasse centrale qui sert à dispatcher les tubes (ceux pour lesquels on va pouvoir réaliser de petites analyses telles que les tests de grossesse ou choisir de les envoyer aux laboratoires partenaires).

- Le poste destiné aux examens bactériologiques (test urinaire, sang dans les selles…).

- Le poste d’hématologie avec l’automate « Architect »

- Le poste d’hémostase avec l’automate « Sta-R Compact » et « Beckman Coulter »

[pic 3]

Sur cette photo est représenté un appareil pour la coagulation, ces tests sont réalisés sur les patients qui sont sous anticoagulant, et pour voir s’ils n’ont pas un taux de prothrombine trop élevé par exemple.

- Les équipements :

Equipements spécifiques liés à ce centre :

- « Concerto » est le logiciel utilisé dans le laboratoire. Chaque membre du groupement a un identifiant qui correspond à ses initiales et un mot de passe personnel.

- « Architect » est un automate, il permet de réaliser les tests d’HIV, HEC, Anticorps TPO et TG, Vitamine D, Parathormone et Anti CCP. Les tubes sont insérés et scannés à l’entrée dans la machine et les résultats transmis directement à l’ordinateur, le technicien n’a lus qu’à les valider.

- « Liaison Diasorin » est un automate, il permet de réaliser les tests d’herpès et les EBV. Cet appareil reste allumé 24h sur 24, 7 jours sur 7.

Le laboratoire peut également être amené à envoyer, par coursier, des tubes au laboratoire Biomnis sur Lyon. Cela demande une préparation particulière. Le sérum est séparé du plasma et transvasé dans un tube en plastique, pour éviter les risques de casse durant le transport, une étiquette du patient y est apposée. Dans ces cas, les prélèvements sont placés dans un sachet individuel ayant un code couleur correspondant aux différents modes de conservation : bleu pour un sérum congelé, blanc pour un réfrigéré et rouge pour une conservation à température ambiante. Une fiche de renseignement du patient et l’analyse exacte à effectuer sont glissés dans la poche kangourou située à l’avant du sachet. On retire la bande argentée, on scelle les deux parties et le tout est placé à l’endroit approprié pour sa bonne conservation jusqu’à l’arrivée du coursier.

- SUIVI CLINIQUE D’UN PATIENT ATTEINT D’UNE MONONUCLEOSE INFECTIEUSE

[pic 4]

Lymphocyte hyperbasophile, présence d’un liseré bleu en périphérie

2.1. Présentation de la Mononucléose Infectieuse (MNI):

- L’épidémiologie :

Le terme de mononucléose est formé des racines mono (unique) et nucleus (noyau).

Elle doit son nom au fait que le virus entraine une prolifération dans le sang de lymphocytes qui sont des globules blancs mononucléaires (ils ne possèdent qu’un seul lobe dans leur noyau). Cette pathologie est courante, près de 95% des adultes dans le monde possèdent des Ac qui témoignent d’une infection ancienne, généralement bénigne, provoquée par le virus Epstein-Barr. Cette infection est souvent désignée sous le terme de « maladie du baiser » en raison de sa transmission par la salive.

- Le virus :

Le virus d’Epstein barr (EBV) responsable de la MNI a une morphologie est similaire à celle de tous les herpesvirus. Les Ag intéressants pour le diagnostic sont les Ag de la capside virale (VCA) et l’Ag EBNA, protéine de régulation.

- Les symptômes :

L’âge est un facteur déterminant de la sévérité de la maladie : si la mononucléose passe généralement inaperçue chez l’enfant, chez l’adolescent et l’adulte la mononucléose peut se manifester par une fatigue intense et des complications plus sérieuses. Parmi les symptômes les plus fréquents, on retrouve la fatigue extrême, la fièvre, des maux de gorges, un gonflement des ganglions du cou et des aisselles ainsi que de la rate.

- Signes hématologiques :

Au niveau des signes hématologiques, on retrouve une augmentation du nombre des éléments mononuclés, monocytes et lymphocytes, qui forment plus de 50% de la formule blanche. On observe dans le sang des lymphocytes anormaux, car de grande taille (entre 15 et 20µm) et hyperbasophiles. Le chiffre total des globules blancs n’est que modérément augmenté, dépassant rarement 20 000/mm3. Au début, il est d’ailleurs normal.

[pic 5]

Lymphocyte hyperbasophile, présence d’un liseré bleu en périphérie

Il y a également une augmentation du taux des enzymes d’origines hépatique, les transaminases, observée dans presque tous les cas, et la présence passagère d’anticorps hétérophiles, c’est-à-dire dirigés vers d’autres espèces que l’homme, particuliers dans le sérum.

- Le suivi d’un patient atteint d’une MNI :

- Phase pré-analytique :

La phase pré-analytique regroupe l’ensemble des facteurs qui pourront

...

Télécharger :   txt (37.9 Kb)   pdf (96.2 Kb)   docx (37.5 Kb)  
Voir 21 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club