Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

La peur du malade est-elle légitime ?

Par   •  3 Novembre 2018  •  1 201 Mots (5 Pages)  •  261 Vues

Page 1 sur 5

...

Leurs connaissances associées à leur connaissance théorique font qu’il n’y a pas de quoi avoir peur de la maladie avec la médecine actuelle

- Le soin est au cœur de la pratique

Art 9 CD

Le patient n’a pas de raison d’avoir peur car même quand on ne peut pas guérir il y aura tjs une prise en charge qui sera proposé. La médecine pourra tjs avoir une solution Art 37 (souffrance) Art 38 (fin de vie). Lorsque la maladie est incurable ou chronique on aidera le patient à vivre, à adapter une nouvelle norme de vie (Canguilhem) et mettre une prothèse (GOFFETTE sur anthropotechnie)

→ Donc il n’y pas de véritable raison d’avoir peur. Quelque chose qui est compréhensible mais qui peut devenir si on ne l’encadre pas correctement devenir un obstacle majeur

- La gestion de la peur est au cours de la relation médecin/malade

- La peur est un symptôme

Il ne faut surtout pas nier la peur du patient. Elle est quelque chose qui peut même être nécessaire pour permettre une bonne observance.

L’absence de peur chez le patient peut confiner à l’irresponsabilité.

Justement grâce a cette peur qu’on a conscience de ses limites. Cela va permettre une prise en charge globale du patient : psychologique, qui va s’attacher à s’adapter très précisément au patient. Il s’agit de la comprend et d’élaborer une médecine narrative (VENET) donc de l’utiliser pour nouer la relation de confiance : point d’entrée dans le rel m/m.

Il faut laisser parler le patient.

- La rel m/m

La peur va donc imposer la présence d’un schéma délibératif pour que le patient puisse s’exprimer et il est heureux que le malade est peur. Cela obligera tjs le médecin à ne jamais mécaniser ses pratiques. Il devra toujours s’adapter à son patient. C’est par cette voie du patient que l’on peut le rendre acteur de ses soins, que l’on peut préparer la résilience.

Cependant c’est la que se pose le problème du patient expert.

La peur, loin d’être un handicap dans la rel m/m est un aspect extrêmement positif et bien souvent les médecins demandent ce que les patients ressentent lors d’une opération par exemple.

CCL :

La peur du malade est aujd plus compréhensible que véritablement justifiée. Elle est entretenue souvent par les médias, et elle garde un coté irrationnel. Ainsi une bonne gestion de la peur est la garantie d’une rel m/m de qualité ou le médecin en comprenant le vécu et l’imaginaire de la maladie du patient saura faire de cette vulnérabilité, une force.

Chek liste pour ne pas oublier des choses importantes de la dissertation proposée :

Points tjs à aborder dans une dissertation

- Formation méd

- Santé publique

- Sécurisation pratique

- Histoire de la médecine

- Singularité patient

- Contraintes médicales externes et internes (actes court)

...

Télécharger :   txt (7.5 Kb)   pdf (48.7 Kb)   docx (573.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club