Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L’expérimentation sur des animaux.

Par   •  14 Novembre 2022  •  Dissertation  •  3 363 Mots (14 Pages)  •  17 Vues

Page 1 sur 14

L’expérimentation sur des animaux.

Introduction

L’expérimentation sur des animaux, des êtres vivants sensibles, reçoit souvent des critiques car elle peut peut-être entraîner des souffrances qui, aux yeux de certaines, sont injustifiées.

Il apparait des expériences que des relations de stress et les symptômes de la douleur sont décrits, ces réactions peuvent avoir des conséquences sur le fonctionnement de l’organisme.

La réflexion éthique renvoie à ce qui est recevable ou non de faire. Bien que le statut de l’animal ait évolué de celui d’objet du service de Lhomme vers celui d’être sensible pour vivre, les philosophes n’accordent généralement l’expérimentation animale, arguant d’une certaine différence entre l’homme et l’animal.

De leur côté, certains biologistes proposent des règles de conduites (3R : remplacement, réduction, raffinement) ou des modes d’évaluation de la recherche permettant de peser d’une part l’Intérêt d’une expérimentation et d’autre part les parts contraints imposées aux animaux.

La règlementation française en matière d’exportation doit faire l’objet d’une autorisation auprès des chercheurs et des personnes n’expérimentent pas sur les animaux.

Expérimentation animale

Les animaux non humains sont utilisés dans les laboratoires à diverses fins. On appelle animaux non humains aux animaux proche des caractéristiques humaines, par exemple : Les orangs-outans, les chimpanzés, les gorilles et les bonobos, entre autres.

Quelques exemples d'expérimentation animale comprennent l'expérimentation de produits, l'utilisation d'animaux comme modèles de recherche et comme outils pédagogiques. Dans chacune de ces catégories, il peut également y avoir de nombreux objectifs différents pour lesquels ils sont utilisés. Par exemple, certains sont utilisés comme outils pour la recherche militaire ou biomédicale ; certains pour tester des cosmétiques et des produits d'entretien ménager ; et certains sont utilisés dans les cours de dissection pour enseigner aux adolescents l'anatomie des grenouilles ou pour compléter une thèse de doctorat.

Le nombre d'animaux utilisés dans les tests est sans aucun doute inférieur au nombre d'animaux utilisés dans d'autres contextes tels que l'agriculture ou l'industrie de la pêche, mais on estime que plus de 100 millions d'animaux sont utilisés chaque année, ce qui est un nombre important.

Les manières dont ces animaux peuvent être blessés dans les procédures expérimentales, également connues sous le nom de vivisection, varient. Cependant, dans presque toutes les procédures, les animaux souffrent de manière significative et, dans la plupart d'entre eux, ils se terminent par la mort des animaux.

Il existe aujourd'hui une différence importante entre la considération accordée aux sujets potentiels et réels utilisés dans les expériences, selon qu'il s'agit d'animaux humains ou non humains. Peu de gens aujourd'hui soutiendraient l'expérimentation humaine de manière nuisible, et il est en effet révélateur qu'une telle recherche est fortement restreinte par la loi, voire carrément interdite. Lorsque l'expérimentation sur l'homme est autorisée, c'est toujours dans un contexte d'individus consentants, pour des bénéfices personnels qui servent d'incitations.

Par exemple : Le testeur de médicaments, est une personne qui accepte volontairement, après une information détaillée et transparente, de tester un nouveau médicament avant sa mise sur le marché dans le cadre d’un essai thérapeutique. Les essais thérapeutiques et la participation d’un volontaire à ces essais font l’objet d’une réglementation très stricte en France et en Europe pour assurer la sécurité des volontaires et la fiabilité des résultats. La rémunération peut aussi convaincre ; un testeur peut toucher entre 100€ et 4 500 € par test.

Ce n'est pas le cas pour les animaux non humains. C'est une conséquence du spécisme. On définit le spécisme comme « un type de discrimination, à l'instar du racisme ou du sexisme, fondée sur la différence d'espèce, vue comme un critère moral détermine la manière de traiter un être autre que soi. »

Cela n'est pas dû à une croyance selon laquelle l'expérimentation sur l'homme ne peut pas apporter de connaissances importantes - en effet, il semble évident que cette pratique apporterait des connaissances beaucoup plus utiles et pertinentes pour l'homme que toute expérimentation sur des animaux non humains.  Au contraire, la raison de ce double standard est que les animaux non humains ne sont pas pris en considération moralement, car les arguments forts contre le spécisme ne sont pas pris en compte. Les domaines les plus importants dans lesquels des animaux non humains sont utilisés dans les laboratoires ou les salles de classe, ainsi que les méthodes de recherche qui n'utilisent pas d'animaux, sont discutés.

Animaux utilisés pour l'expérimentation

Recherche environnementale

On tue, et on fait souffrir des animaux pour étudier l'impact que les produits chimiques peuvent avoir sur l'environnement. Certaines des plus grandes organisations comme : L’environmental Protection Agency et le US Fish and Wildlife Service ont fait pression pour cette pratique, dans de nombreux cas avec succès, malgré l'opposition des défenseurs des animaux comme l’association Peta (People for the Ethical Treatment of Animals).

Les façons dont les animaux souffrent et meurent à des fins de recherche sont diverses. Voici quelques exemples :

Les produits chimiques peuvent être nourris de force aux animaux ou injectés directement. La moelle osseuse et le sang peuvent être prélevés plusieurs fois sur des animaux. Ces produits chimiques peuvent être irritants ou hautement toxiques et peuvent provoquer des douleurs, des convulsions et une détresse psychologique. La plupart d'entre eux meurent avant la dernière étape de l'étude.

Expérimentation de produits cosmétiques et ménagers

L'expérimentation animale pour la production de cosmétiques est l'un des domaines dans lesquels les animaux sont utilisés. Cela implique la mort de millions d'animaux dans différents pays, des animaux qui sont blessés de manière très différente au cours du processus. Les lapins, les cobayes, les souris et les rats sont couramment utilisés pour l'expérimentation animale. Ils sont brûlés, mutilés, empoisonnés et gazés, et s'ils survivent au processus, ils sont tués pour que leur corps puisse être étudié, ou ils sont à nouveau soumis au même supplice.

...

Télécharger :   txt (23.2 Kb)   pdf (94.3 Kb)   docx (17.1 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club