Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

PSY 1400 TN1

Par   •  1 Décembre 2018  •  1 518 Mots (7 Pages)  •  312 Vues

Page 1 sur 7

...

Question 3

En fait, cher collègue, les croyances qu’entretient un individu en ce qui concerne la santé et la maladie, auront un impact important sur les comportements qu’il adoptera. À ce sujet, il existe quatre approches clés des croyances de santé.

La première, appelée théorie de l’attribution, repose sur trois attributions par lesquelles un individu perçoit et pose un jugement au niveau de ses propres comportements et croyances (auto-attribution) versus ceux de son entourage (hétéro-attribution). Ces critères sont la distinctivité, le consensus et la consistance. Celles-ci peuvent varier en intensité selon certaines variables, les plus importantes étant les notions selon lesquelles un individu classifie les événements comme étant externes ou internes et contrôlable ou non.

Prenons par exemple une personne qui est agressive au volant, est-ce le fruit de son mauvais caractère et de son manque de contrôle ou est-ce causé par un événement extérieur qui justifie son état ? Il pourrait en effet y voir des causes internes tel des traits de caractère qui lui sont propres, une mauvaise résistance au stress et un manque de contrôle de lui-même, ce qui altère son jugement et augmente sa réactivité. La personne pourra également attribuer et justifier sa réponse agressive en jetant le blâme sur une situation extérieur tel un conducteur excessivement lent, s’être fait couper etc…

La deuxième approche touche la perception des risques, qui explique, entre autres, les raisons pour lesquelles les personnes continuent de pratiquer des comportements malsains pour leur santé, ayant une mauvaise perception des risques encourus. Cet optimisme irréaliste est renforcé par quatre facteurs, soit le manque d’expérience, la pensée que le problème est évitable en adaptant son comportement ou que s’il n’est pas encore apparu, il n’arrivera pas et enfin en prétendant que le problème arrive rarement.

Par exemple, un jeune homme qui a l’habitude de conduire bien au-dessus de la limite permise. Son manque flagrant d’expérience l’empêche de voir que sa conduite met en danger sa vie, celle de ses passagers ainsi que des autres usagers de la route. Il est convaincu que sa conduite est adaptée à la situation et qu’il saura réagir adéquatement en cas de problème. Il pourra aussi justifier sa conduite en se disant qu’il a conduit ainsi dans le passé sans problème et que les accidents n’arrivent pas très fréquemment.

La troisième est la théorie de l’auto-détermination. Il s’agit en fait des motivations qui poussent un individu à changer et/ou adopter de nouveaux comportements. Ces motivations peuvent être intrinsèques ou extrinsèques. Force est de reconnaitre que lorsque la motivation vient de soi, les chances de succès à long termes sont plus importantes. Par exemple, un individu toxicomane aura plus de chances de demeurer abstinent s’il a une motivation autonome, ayant décidé lui-même d’arrêter sa consommation, en y voyant des gains appréciables (monétaire, santé etc…), plutôt que de le faire en réponse aux pressions de son entourage.

La dernière approche est l’auto-efficacité. Il s’agit en fait de la pensée qu’ont certaines personnes de croire qu’elles sont capables d'adopter des comportements spécifiques afin d'atteindre certains objectifs. Par exemple, un individu pourrait l’utiliser lorsqu’elle s’inscrit à un centre d’entrainement physique avec l’intention d’y aller de façon soutenue pendant une période prolongée.

Lorsque le besoin d’effectuer un changement de croyances se fait sentir, plusieurs approches s’offrent à nous. Personnellement, je conseillerais l’utilisation de la théorie de l’attribution car elle peut être appliquée à des toutes les catégories de personnes, elle peut leur permettre de ressentir un sentiment de contrôle (si la responsabilité personnelle est identifiée) et de percevoir le rôle joué par l’environnement social et sociétal. Ces prises de conscience sont nécessaires si on veut obtenir un changement qui sera efficace et durable dans le temps.

Bibliographie

Ogden, Jane. Psychologie de la santé. 2e éd. Belgique : de boeck supérieur; 2014. 605 p.

Organisation mondiale de la santé. Tuberculose [En ligne]. Mars 2017. [consulté le 29 septembre 2017]. Disponible : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs104/fr/

Planète Santé. Sommeil et écrans: la lumière bleue à l’origine de nos nuits blanches [En ligne]. Dernière mise à jour 12/02/14. [consulté le 29 septembre 2017]. Disponible : https://www.planetesante.ch/Magazine/Addictions/Hyperconnectivite/Sommeil-et-ecrans-la-lumiere-bleue-a-l-origine-de-nos-nuits-blanches

SOS children’s villages. Niger Poverty & Healthcare [En ligne]. [consulté le 28 septembre 2017]. Disponible : http://www.our-africa.org/niger/poverty-healthcare

---------------------------------------------------------------

...

Télécharger :   txt (10.4 Kb)   pdf (54.1 Kb)   docx (15.2 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club