Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Aperçu de la littérature, Molière, Le misanthrope, Mme de Lafayette, Princesse de Clèves.

Par   •  11 Juin 2018  •  967 Mots (4 Pages)  •  107 Vues

Page 1 sur 4

...

« Madame de Chartres n'avait pas voulu laisser voir à sa fille qu'elle connaissait ses sentiments pour le prince, de peur de se rendre suspecte sur les choses qu'elle avait envie de lui dire. Elle se mit un jour à parler de lui ; elle lui en dit du bien, et y mêla beaucoup de louanges empoisonnées sur la sagesse qu'il avait d'être incapable de devenir amoureux, et sur ce qu'il ne se faisait qu'un plaisir, et non pas un attachement sérieux du commerce des femmes. "Ce n'est pas, ajouta−t−elle, que l'on ne l'ait soupçonné d'avoir une grande passion pour la reine dauphine ; je vois même qu'il y va très souvent, et je vous conseille d'éviter, autant que vous pourrez, de lui parler, et surtout en particulier, parce que, madame la dauphine vous traitant comme elle fait, on dirait bientôt que vous êtes leur confidente, et vous savez combien cette réputation est désagréable. Je suis d'avis, si ce bruit continue, que vous alliez un peu moins chez madame la dauphine, afin de ne vous pas trouver mêlée dans des aventures de galanterie." » (p.20)

Ici elle dit bien qu’elle « mêla beaucoup de louanges empoisonnées sur la sagesse » pour éviter qu’il devienne amoureux. Un autre exemple qu’elle essaye de manipuler en quelque sorte. Bonnes ou mauvaises signifiait, elle offre ses conseils autour Mme la Dauphine : « Je suis d'avis, si ce bruit continue, que vous alliez un peu moins chez madame la dauphine, afin de ne vous pas trouver mêlée dans des aventures de galanterie ». Un bon exemple que Mme de Chartres mentit et raconte des rumeurs sa-même et on ne peut pas juger sur les apparences dans la Cour, parce que « ce qui paraît n'est presque jamais la vérité

Le dernier exemple se trouve dans la quatrième partie de l’histoire. M. de Clèves meurt dans cette scène. La mort de M. de Clèves est basée sur un malentendu, parce que M. de Clèves est persuadé que sa femme le trompe. Ce dernier n’est pas exactement vrai, puisque Mme de Clèves n’a jamais vraiment trompé M. de Clèves (elle a seulement tombé amoureuse à Nemours, mais elle a toujours resté fidèle).

Le gentilhomme fut contraint de laisser son maître abandonné à son désespoir. Il n'y en a peut−être jamais eu un plus violent, et peu d'hommes d'un aussi grand courage et d'un coeur aussi passionné que monsieur de Clèves ont ressenti en même temps la douleur que cause l'infidélité d'une maîtresse et la honte d'être trompé par une femme. (p. 70)

Le faite que M. de Clèves pense que sa femme le trompe, ce qui n’est pas vrai, prouve qu’il est trompé parce qu’il a jugez sur les apparences. Mme de Clèves n’est pas une tricheuse, M. de Clèves se trompe, parce que « ce qui paraît n'est presque jamais la vérité »

Bibliographie

Le misanthrope, Molière, Librio Théâtre, 2004

Princesse de Clèves, Mme de Lafayette, éditions EbooksFrance

...

Télécharger :   txt (5.9 Kb)   pdf (44.4 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club