Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Victor Hugo, extrait des pauvres gens

Par   •  24 Avril 2018  •  1 874 Mots (8 Pages)  •  1 799 Vues

Page 1 sur 8

...

part des conditions de vie de tout les marins grâce à l’exemple de cette famille.

En conclusion, en présentant l’image pathétique d’une famille misérable, en fessant un récit réaliste du quotidien du marin et de sa femme et en fessant de ces personnages de représentants des pauvres gens, le poète touche le lecteur grâce au côté pathétique et dénonce l’injustice grâce à un exemple précis. Mais, Hugo ne cherche pas seulement à toucher le lecteur, il veut aussi transformer le marin en héros, et pour cela, il dramatise la situation.

Pour transformer le marin en héros, le poète propose d’abord une description épique d’une nuit en mer. Hugo décris la scène comme sombre, et nous pouvons remarquer ici un champ lexical de la nuit au v3 ‘noir’ au v15 et au v19 ‘nuit’. Le fait qu’il fait nuit amplifie le côté épique, car le marin est un héros qui doit se débrouiller à toute heure et à tout temps. Il décrit aussi la mer en tant qu’immense au v15 ce qui montre au lecteur que cet homme n’est pas un simple pêcheur mais un vrai marin, qui doit se confronter à l’immensité de la mer et de la nature. Ce lieu est aussi décrit en tant que ‘mobile’ et ‘capricieux’ ce qui veut dire que la mer est dangereuse et le marin doit être attentif aux obstacles comme les rochers. Hugo personnifie la mer au v5, en disant qu’elle ‘monte aux marches du musoir’ et la rend violante, avec un champ lexical de la violence au v24 ‘la gouffre roule et tord ses plis démesurés’ au v25 ‘râler d’horreur’ et au v14 ‘lames en démence’. Toutes ces descriptions précises voir effrayantes nous montre que le travail de marin n’est pas facile, et face aux éléments, l’homme doit être courageux. Nous pouvons aussi remarquer que Hugo fait apparaître le thème de la nature, qui est un des principaux thèmes du mouvement au quel il appartient, le romantisme.

Le poète transforme d’avantage le marin en héros en fessant de son quotidien un vrai combat. Dès le deuxième vers, le poète décris la journée du marin en tant que ‘rude bataille’. Le mot ‘bataille’ nous fait penser à une guerre, ou a quelque chose de dangereux. Cette bataille est d’avantage accentué par l’adjectif ‘rude’ qui nous montre que le quotidien de cet homme est dur et il est comme un soldat qui lute contre les forces de la nature. Au vers 3, l’anaphore ‘il faut qu’il sorte, il faut qu’il aille’ peut insinuer que même si le marin voudrait rester à la maison avec sa famille, il doit partir au combat tout les jours. Hugo renforce le côté solitaire du marin en répétant deux fois dans le poème ‘lui seul’, au v6 et 11. Nous retrouvons la notion de bataille et de guerre plus tard au v11, quand le poète nous dit que le marin est ‘battu des flots qui toujours se reforment’. Le mot ‘battu’ peut faire penser le lecteur que le marin a perdu la bataille contre la mer, mais, ça peut aussi vouloir dire que même si il est en effet ‘battu’ tout les jours, il continue à luter malgré la difficulté, car, pour le poète, le marin est un vrai héros. Enfin, les vers 23 et 24 renforcent le danger de ce combat, car Hugo nous dit que ‘les flots le long du bord glissent’ et ‘le gouffre roule et tord ses plis démesurés. Donc, en transformant@ le travail en mer en véritable combat, Hugo transforme le simple marin en héros et soldat lutant à la fois pour nourrir sa famille, mais aussi pour sa bien aimé.

Dernièrement, le poète nous présente un héros sensible qui puise sa force dans l’amour. Au début du poème, nous voyons Jeannine en tant que la mère des enfants, mais, à la fin, elle apparaît comme son épouse. D’ailleurs, au v26, il ne parle pas seulement de Jeannine, mais de ‘sa Jeannine’. Ce pronom possessif renforce l’amour qu’il semble éprouver pour elle. Nous pouvons remarquer qu’à la fin du poème, donc à la fin de la journée de travail décrite, à la fin des épreuves qu’il doit surmonter, c’est à sa femme qu’il songe, car c’est elle qui lui donne du courage. Hugo parle au v26 du marin, au v27 de Jeannine, et au dernier vers, d’eux deux, en utilisant la métaphore ‘divins oiseaux du coeur’. Cette métaphore ajoute une touche de sensibilité et d’amour dans un poème rythmé par des termes qui nous rappellent un combat. Le fait de comparer le couple à des oiseaux émut le lecteur, car les oiseaux sont des êtres sensibles et impuissants face à une nature qui se déchaine. C’est donc en finissant sur une touche sensible que cet extrait se clos, qui donne au lecteur un certain espoir, et donc même si son travail est dur, il aura toujours Jeannine pour le soutenir en fin de journée.

Pour conclure, Hugo réussi à toucher le lecteur car il donne une image pathétique d’une famille ayant un quotidien rude, qui suscite de la pitié. En fessant du marin des représentants des pauvres gens, il dénonce la société et le travail injuste des hommes. Enfin, pour élever un simple marin au statut d’héros, il transforme ses journées en véritables combats épiques, et il fait de la femme du marin un symbole d’espoir qui encourage le héros à continuer de se battre.

Nous pouvons rapprocher ce poème à Mélancholia, poème dans lequel Victor Hugo dénonce le travail des enfants, mais aussi à d’autres romans naturalistes tel que Germinal, ouvrage dans lequel Zola dénonce le rude travail de miniers.

...

Télécharger :   txt (10.8 Kb)   pdf (48.4 Kb)   docx (14 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club