Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Commentaire tobie des marais

Par   •  7 Janvier 2018  •  1 335 Mots (6 Pages)  •  694 Vues

Page 1 sur 6

...

le corps de l’autre » (l38-39 qui nous confirme cette impression. Tout cela montre la déshumanisation des deux personnages qui essaye tant bien que mal de s’en sortir.

Malgré toutes ces difficultés nous allons voir à présent comment il est possible de revenir à la dignité humaine.

Tout d’abord, la beauté de la lumière et la transparence joue un rôle important car elle symbolise une renaissance pour les deux personnages. De ce fait, l’allitération en « t », le parallélisme de construction entre l’article, l’adjectif et le nom mettent en valeur les qualités du jeune polonais. On retrouve la transparence dans les termes « innocents » (l3) et ingénus (l23) mais également « vitre » (l39). La beauté, quant à elle, est présente avec « sourire trembler sur l’eau » (l18), « chanter la mer » (l17) qui rappelle le sourire, qui reflétait sur l’eau, de Déborah quand elle chantait. L’oxymore « discret prodige » (l19) insiste sur le sourire. Tout cela est décrit par le grand père de Tobie. Cela lui tient à cœur car il tient à la « remercier » (l19). Enfin, la beauté se caractérise également par « l’absence, la lumière de l’absence » (l39-40).

Ensuite, la rencontre des personnages se fait de façon progressive. Du fait de ce qu’ils ont vécu leur rencontre ce fait de façon « naturelle » avec « ils s’étaient regardés » (l30-31), « le regard de chacun traversait le visage et le corps de l’autre » ( l38-39), l’un devant l’autre » (l40), « face à face absurde et silencieux » (l28) nous montre qu’ils n’ont pas besoin de parler pour comprendre. Ce regard est positif car « la douleur de chacun s’était allégée » et elle se transforme même « imperceptiblement en douceur » (l44). Peu à peu cette rencontre toujours silencieuse (« ne parlant toujours pas ») se fait par le toucher car le jeune polonais pose sa main sur Déborah pour « s’assurer de sa présence » (l48) ce qu’y montre l’importance de Déborah pour le jeune polonais car il ne veut pas le perdre. A la fin, ils se parlent enfin, ils évoquent même leur avenir « ensemble » (l59) disant même « allons ailleurs ! » (l58) comme-ci c’était évident est que leur avenir étaient tout tracé.

Pour finir, lors de cette rencontre on se rend compte qu’après toutes les épreuves qu’ils ont traversés, leur dignité humaine est retrouvée. Cette rencontre aura permis de la faire renaitre. Lors de leur rencontre, Déborah a un geste de dignité en cachant « sa veste en lambeau ». Mais ces également une rencontre qui montre une preuve de dignité morale car ils se regardent « sans curiosité, ni calcul, hors d’attente » (l 36-37) qui montre qu’ils n’ont aucune attente l’un envers l’autre. Ils s’interrogent sur leur avenir « Et demain, que va-t-il se passer demain » (l52) cela montre leur perspective dans la vie, ce qui montre le retour vers la dignité humaine.

Pour conclure, nous avons pu étudier la déshumanisation des personnages mais également le refus de leur migration, ils perdent toute espoir et oublient leur humanité. Pourtant, petit à petit ils retrouvent ce qu’ils avaient perdus et tout cela ensemble en envisageant un futur meilleur à deux. Ce texte nous montre donc tout le courage dont ils font preuve. Nous pouvons établir une connexion avec la situation actuelle des migrants en Europe qui ont fuient leurs pays, la plupart du temps, et qui sont souvent refoulé par leur « nouveau pays ».

...

Télécharger :   txt (7.2 Kb)   pdf (44.6 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club