Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

SES Questions EC1

Par   •  27 Août 2018  •  3 488 Mots (14 Pages)  •  393 Vues

Page 1 sur 14

...

La Suppression du risque de change entre les pays membres de la zone euro puisqu’il n’y a qu’une seule monnaie ce qui facilite les échanges dans la zone euro.

Avant l’euro, les taux de change pouvaient fluctuer ce qui créait un risque de perte liée à l’incertitude des changes. En effet, les prix futurs des produits que les entreprises achètent sont incertains dans les contrats à paiement différé.

8) Il n'y a donc pas de coûts de transaction liés à la conversion des monnaies.

Puisqu'il y a qu'une seule et unique monnaie dans l'union européenne qui est l'euro il n'est donc plus nécessaire de convertir la monnaie d'un pays pour acheter dans un autre pays comme c'était le cas avant la création de l'union économique et monétaire.

Il n'ya pas de risque de change entre les pays membres de la zone euro puisqu’il n’y a qu’une seule monnaie ce qui facilite les échanges dans la zone euro.

Avant l’euro, les taux de change pouvaient fluctuer ce qui créait un risque de perte liée à l’incertitude des changes. En effet, les prix futurs des produits que les entreprises achètent sont incertains dans les contrats à paiement différé.

9) Le traité de l'UEM est original c'est un engagement solennel de mieux gérer les finances publiques.

Ce traité constitue un engagement solennel des Etats signataires à gouverner ensemble la zone Euro, à se concerter sur toutes les mesures économiques, budgétaires et fiscales susceptibles d'avoir un impact sur les autres partenaires et sur l'Euro, donc à remettre de l'ordre dans la gestion de leurs finances publiques et à réduire leur endettement.

Le respect des engagements pris dans le traité est confié au Conseil de l'Union européenne (ministres représentant les Etats), sous l'autorité du Conseil européen (chefs d'Etat et de gouvernement qui désignent un président de la zone Euro pour le représenter). La Commission européenne n'est pas décisionnaire dans son application, mais son rôle de gardienne des engagements pris est respecté. Il s'agit d'un "traité intergouvernemental", ratifié par chaque Parlement national dont les Commissions compétentes se réuniront avec celle du Parlement européen pour en surveiller l'application.

10) Le paradoxe d’Anderson trouve son origine dans l’étude de la mobilité sociale.

Il s’agit bien d’une forme de déclassement, dans la mesure où l’obtention par un individu d’un niveau de diplôme plus élevé que celui de ses parents ne lui assure pas d’occuper une position sociale plus élevée dans la structure sociale. On constate un déclassement social intergénérationnel.

Le déclassement revêt d’autres formes. En effet, il peut aussi correspondre à un décalage entre le niveau de qualification obtenu et le niveau requis pour l’emploi occupé. Le déclassement social peut être objectif ou subjectif (ressenti).

11) Un groupe de statut est un groupe social dont les membres ont le même degré de prestige social. Celui-ci dépend de plusieurs facteurs : la naissance, la profession, l’instruction et surtout le style de vie. Ainsi, appartenir à un même groupe de statut signifie avoir reçu un certain mode d’éducation et partager des goûts culturels. Si les groupes de statut reposent sur des critères subjectifs, ils ont des fondements objectifs comme la naissance ou la profession. Les groupes de statut constituent des communautés partageant les mêmes valeurs et ils ont les mêmes normes. Cette communauté de valeurs se traduit par des privilèges comme l’accès à certaines fonctions, le port de vêtements spécifiques, le respect de conventions sociales qui sont propres au groupe. Le plus souvent, les groupes de statut pratiquent l’endogamie (mariages entre deux membres du même groupe) Ces communautés sont plus ou moins fermées. On les retrouve surtout dans les sociétés traditionnelles, les castes et les ordres étant de bons exemples de communautés fermées.

12) La mobilité sociale se définit comme le passage de la position sociale d’un individu ou d’un groupe social à une autre, la position sociale étant déterminée par l’appartenance à une catégorie socioprofessionnelle. On peut mesurer la mobilité sociale grâce aux tables de mobilité qui comparent l’appartenance sociale entre deux générations d’hommes. On distingue la table des destinées (position du fils en fonction de celle du père) de la table des recrutements (position du père en fonction de celle du fils).

La mobilité observée dépend en partie de l’évolution de la structure sociale d’une génération à une autre. Cependant, pour mesurer l’égalité des chances pour occuper telle ou telle position sociale, il est préférable de mesurer la fluidité sociale qui mesure la mobilité sociale d’une catégorie sociale par rapport à une autre (par exemple la probabilité pour un fils de cadre de devenir cadre par rapport à la probabilité d’un fils d’ouvrier de devenir cadre). La fluidité sociale correspond donc à une mobilité relative. Ainsi, la fluidité sociale permet de mesurer les inégalités des chances en dehors des transformations structurelles de la population.

13) Le déclassement social constitue la situation où un individu occupe une position sociale inférieure à celle de ses parents.

Cette mobilité sociale descendante peut avoir deux origines. Soit les fils de cadres concernés ont un

niveau de qualification qui ne leur permet que d’accéder à des emplois d’ouvriers et pas à des

emplois de cadres comme leurs pères. Auquel cas le déclassement ainsi constaté est « normal », il

ne relève pas d’une situation paradoxale.

Mais il peut se produire une situation où, un individu bien que possédant un niveau de diplôme ou

de qualification équivalent voire supérieur à celui de son père occupe néanmoins une position

sociale inférieure. C'est ce que l'on appelle le paradoxe d'Anderson.

Cette situation traduit une transformation de la relation diplôme/emploi d’une génération sur l’autre

et

...

Télécharger :   txt (24.1 Kb)   pdf (90.1 Kb)   docx (23.1 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club