Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Sujet de reflexion sur "la redaction"

Par   •  14 Mai 2018  •  2 212 Mots (9 Pages)  •  57 Vues

Page 1 sur 9

...

implicite, on comprend qu’il est du même avis que ses parents), le père de Daniel, les parents de Pedro et ses copains. On sait qu’ils sont antifascistes car cela est dit durant la nouvelle. Le père de Daniel est même arrêté. Ces personnages symbolisent la résistance, ils sont contre le régime, mais surtout ils représentent les droits de l’homme. Finalement à travers ces personnages, l’auteur montre l’importance des droits de l’homme.

Cette nouvelle est engagée car elle critique la dictature de Pinochet. « La rédaction » critique la dictature de Pinochet durant toute l’histoire que ce soit implicite ou explicite à travers plusieurs actions. Parmi celle-là, les suivantes :

En premier lieu, la rédaction critique la violence des soldats et la fermeté de leur ton sec. Par exemple la scène où le père de Daniel se fait arrêter. Les soldats ont des gestes violents envers la personne : (…) il voulut mettre une main dans sa poche et aussitôt un soldat leva sa mitraillette (…) ( l.51) Il y a aussi le ton du Capitaine Romo lorsqu’il donne des instructions aux élèves : « Attention ! Asseyez-vous ! » (l.157)

En second lieu, la rédaction critique la dictature de Pinochet avec la manipulation des enfants. Par manipulation, nous citons, le fait que les adultes profitent de leur innocence. Le capitaine Romo ment aux élèves en leur faisant croire que celui qui aura écrit la plus belle des rédactions sur les activités de ses parents sera récompensé, alors qu’en réalité, tout ceci n’est qu’un piège lui permettant de savoir quels parents sont antifascistes. Cette nouvelle critique donc le comportement du Capitaine Romo vis-à-vis des enfants. Celui-ci est présenté par le narrateur dans le texte, de façon très stricte. Il a une moustache et des lunettes très noires, il se tient les jambes écartées, le cou raide et le menton levé. Son portrait décrit par le narrateur est plutôt péjoratif ce qui montre aussi l’engagement de l’auteur, car il dévalorise une personne du côté de Pinochet.

Enfin, les représentations concrètes du régime mis en place dans ce récit sont évidentes : la restriction des droits de l’homme en général. Il n’y a plus de liberté d’expression, de pensé et de presse ce qui montre bien que nous sommes sous une dictature. Par exemple, les personnes qui s’opposent à ce régime sont arrêtées : c’est la perte de la liberté de pensée. Les radios critiquant la dictature de Pinochet sont interdites, les parents de Pedro n’ont pas le droit d’écouter ces radios : c’est la perte de la liberté de la presse. Pedro est obligé de mentir en écrivant sa rédaction pour ne pas dénoncer ses parents : c’est la perte de la liberté d’expression.

Cette nouvelle est engagée car elle nous fait réfléchir sur l’importance de la liberté.

Pour commencer, après avoir lu « la chute » de cette nouvelle, chacun se pose toutes sortes de questions sur ce retrait de la liberté d’expression et de pensée. Puis, on se rend compte qu’en fait, cette nouvelle donne une leçon de vie aux lecteurs. Elle nous apporte une sorte de mise en garde : les libertés d’expression et de pensée peuvent être enlevées à tout moment. On se rend compte qu’elles nous sont très importantes. Personne ne voudrait finir dans la même situation que Pedro ou sa famille. Par exemple, ne plus pouvoirs exprimer son opinion par crainte d’être arrêté. Cela se traduit comme une morale à la fin d’une fable. Cette rédaction défend donc les droits de l’homme à travers ces libertés. L’auteur met en avant l’antifascisme dans cette histoire pour montrer qu’il faut se battre pour garder nos libertés et ne jamais renoncer.

Pour finir, l’importance de la liberté pousse ces gens à résister contre ce régime mais ils prennent énormément de risques… Par exemple, au début de la nouvelle, le père de Daniel se fait arrêter, parce qu’il est antifasciste, mais aucune précision ne nous est données sur ce qu’il a dû endurer (emprisonnement, fusillade…) Ces actes n’étaient pas dit explicitement, clairement.

En conclusion, « La rédaction » d’Antonio Skarmeta est une nouvelle engagée car elle exprime les opinions de l’auteur à travers : les différentes voix présentes, la voix du narrateur et des personnages. Elle l’exprime à travers la critique de cette dictature qui passe par la critique de la violence des soldats, le portrait péjoratif du Capitaine Romo et les symboles du régime mis en place. Et enfin, à travers l’importance que l’auteur donne à la liberté.

Grace à tous ces arguments on peut donc dire que l’auteur s’est engagé dans cette nouvelle et que par conséquent, « la rédaction » est une nouvelle engagée. Cela prouve alors que l’art peut permettre l’engagement.

...

Télécharger :   txt (10.2 Kb)   pdf (49.3 Kb)   docx (13.8 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club