Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Différentes manières de gérer les associations.

Par   •  15 Septembre 2018  •  770 Mots (4 Pages)  •  371 Vues

Page 1 sur 4

...

La gestion est donc envisagée ici comme un « projet associatif ». Elle donne un sens, elle définit les valeurs de l’organisation. Elle est planifiée à priori pour définir les priorités et les critères décisionnels.

Ce projet associatif s’apparente à la définition d’une stratégie, en y ajoutant une dimension : l’énonciation et l’argumentation de la mission à accomplir, de l’intention qui va guider l’action à long terme. Ce projet permet de prioriser les différents registres de la performance.

Définition et mise en oeuvre du projet associatif

Plusieurs acteurs participent à la production de ce projet au sein de l’organisation, et le rôle du dirigeant est d’articuler la définition du projet et son exécution. Cela peut être envisagé de différentes façons (en fonction de la vision de l’organisation):

- soit il réalise le projet défini par ceux qui gouvernent l’association ;

- soit il met en oeuvre le projet de manière efficace ;

- soit il trouve un compromis entre les différents acteurs impliqués ;

- soit c’est lui-même qui conçoit le projet et le met en oeuvre.

Quoi qu’il en soit, au sein de l’équipe qui va opérationnaliser le projet, la vision soutenue par le dirigeant est parfois perçue uniquement comme un avis parmi tant d’autre. Afin d’éviter que les acteurs modifient le projet, le dirigeant doit également être attentif à gérer les ressources humaines. Pour tenter de limiter cette marge d’interprétation, le dirigeant peut définir un projet plus précis ou plus contraignant.

En fonction des organisations, les projets sont plus ou moins généraux, ce qui laisse une place plus ou moins importante à l’arbitrage des travailleurs. Cela peut donc prendre une forme plutôt autoritaire ou plutôt démocratique. Cette vision plus ascendante permet un réel échange et correspond davantage à la culture associative.

En conclusion

Au-delà de son but non lucratif, la spécificité du non marchand serait plutôt l’absence d’une finalité qui transcende l’hétérogénéité de ses performances.

...

Télécharger :   txt (5.3 Kb)   pdf (40.7 Kb)   docx (13 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club