Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Analyse de Pratique professionnelle en lien avec un soin d'hygiène.

Par   •  16 Avril 2018  •  2 132 Mots (9 Pages)  •  115 Vues

Page 1 sur 9

...

Ma tutrice se dirigeant alors vers moi je lui ai donc transmis ce qu'il s'était passé, et elle décida à son tour de tenter de raisonner Mr T. Cinq, dix minutes aprés, nous sommes retournées voir Mr T; mais cette fois ci ,c'est ma tutrice qui s'est chargée de communiquer avec lui. Pour ma part, le retrait me semblait la meilleure des options. Cette manœuvre fut sans succés. Il était catégorique , il ne voulait par faire sa toilette.

Au fil des négociations je me sentais toujours perdue et à la mauvaise place. En effet, je commençais à penser que ma tutrice n'arriverait pas non plus à le raisonner par ma faute. Je me sentais coupable de cette situation.

Mr T était en opposition totale par ma faute car dés le départ je m'y étais mal prise,et n'avais pas réussi à le convaincre...

Lorsque ma tutrice sentit qu'il n'y avait rien à faire, elle me fit signe et nous sommes sorties.

Elle m'a alors expliqué que peut être que le fait que nous soyons des femmes était le vrai fond du problème et que donc ,il serait judicieux de demander à un collégue masculin d'essayer de raisonner Mr T puisque le reste n'avait pas fonctionné.

Tout est alors devenu plus clair; si c'était en effet le vrai fond du problème de Mr T.

Il était tout à fait concevable que pour une question de pudeur Mr T ne veuille pas que sa toilette soit en partie réalisée par une femme ….

Nous avons donc expliqué la situation à B, le collègue de ma Tutrice. Il a accepté de prendre la suite tout en me permettant d'être présente, même si, pour être franche, je n'avais pas vraiment envie de retourner affronter Mr T.

Une heure plus tard aprés la toilette de plusieurs patient, B est venu me chercher pour que l'on aille voir Mr T.

Nous sommes rentrés de la même façon qu'avec ma tutrice. B s'est avancé jusqu'à Mr T lui a sérré la main et s'est mis accroupi de façon à ce que Mr T soit au dessus de lui. Je pense que ce simple geste a été perçu comme immense pour Mr T, car de cette manière il n'y avait plus de relation de supériorité du soignant sur le soigné mais l'inverse. En effet, d'aprés moi , le fait que B se soit accroupi en face de Mr T a permis pour ce dernier de se sentir maître de la situation. Il lui a alors demandé comment s'était passé sa nuit, si le petit déjeuner lui avait convenu. Avant que Mr T n'ait eu le temps de répondre il demanda à Mr T s'il préférait une douche à une toilette au lavabo.

Mr T s'est alors mis à baisser la tête et à le regarder, et lui a dit qu'il ne souhaitait pas se laver.

B lui a reposé de manière calme et posée la même question en lui indiquant qu'il lui laissait le choix, et que c'était lui qui décidait.

C'est à ce moment que je compris une part de mon erreur. Le fait laisser le choix de se laver ou pas n'était aps la bonne méthode. Il était mieux de Laisser le choix de la façon de se laver à Mr T. C'était un très bon moyen de le rendre un peu plus acteur d'une décision , et donc d'une action qui en découlerait par la suite; ce qu'il n'avait pas l'habitude. Il y eu un moment de silence puis B expliqua à Mr T les points positifs et négatifs de chacun, et finit son explication en appuyant sur le fait que c'était Mr T qui avait libre choix de sa toilette. Mr T exprima alors sa préférence pour la douche, et B lui exprima son point de vue très positif par rapport à son choix ce qui rendit le sourire à Mr T. B l'avait conforté dans son choix ce qui lui avait permis de reprendre de l'assurance et donc percevoir une meilleure estime de lui même.

B me regarda alors et m'indiqua que nous allions allé doucher Mr T car il l'avait décidé. Peu à peu le visage de Mr T s'illuminait de plus en plus, je le sentais envahit d'une vague d'indépendance. Benjamin indiquait chaque action qu'il faisait à Mr T de façon claire, et tournait ses phrases de manière à ce que Mr T ait l'impression de choisir de lui même. Ainsi, la douche se déroula de manière tout à fait correcte et dans la joie et la bonne humeur.

A la fin de sa douche Mr T était ravi, et il nous le fit sentir.

A la fin de ce moment, je me sentais toujours un peu coupable...mais grâce à l'intervention de B, j'avais réussi à effectuer l'objectif que je m'étais fixé et à comprendre mes erreurs.

Grâce à cette situation, j'ai appris à me remettre en question face à une situation qui m'a mis en échec. J'ai pu peser le pour et le contre,voir quelle situation était la plus adaptée face à ce patient et donc mettre en avant une certaine adaptabilité qui lui était nécessaire.

Je me suis confortée dans l'idée que certes il faut réaliser un soin en respectant les règles d'hygiène et de sécurité qui lui sont associées mais surtout en respectant la volonté et le confort du patient nécessaire au bon déroulement du soin et donc à son bien être.

Je me suis rendue compte que s'informer sur un patient et connaître en profondeur les différentes pathologies qui le touche est indispensable.

Ce qu'il m'a manqué avec ce patient.Je m'étais renseignée sur la maladie d'Alzheimer mais je pense que cela ne fait pas tout. Il faut être confronté à des patients comme Mr T pour pouvoir parfaire notre expérience et donc nos connaissances sur la pathologie.

Définitions des concepts:

Intimité:Caractère de ce qui est intime, profond, intérieur. (Larousse).

Dignité:C'est le Respect que mérite quelqu’un, principe de la dignité de la personne humaine, selon laquelle une personne doit être traitée comme une fin en soi, respect de soi, amour propre, fierté. (nouveau petit robert de la langue française 2008)

Pudeur:C'est une gêne qu’évoque une personne délicate devant ce que sa dignité semble lui interdire.(le petit Robert)

Estime de soi:mélange entre regard et jugement sur soi. Le concept d'estime de soi présente les mêmes difficultés que celui d'intelligence:la multiplicité de ses sources

...

Télécharger :   txt (12.4 Kb)   pdf (53.9 Kb)   docx (17.1 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club