Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

La place de l'art

Par   •  6 Novembre 2018  •  1 376 Mots (6 Pages)  •  426 Vues

Page 1 sur 6

...

consacrée à Dieu. En revanche la musique profane fut proscrite jusqu’a l’époque classique pas l’Eglise.

Exprime : Une oeuvre d’art manifeste une vision subjective d’un individu. Pour l’artiste, le regard de l’artiste est celui qui cherche a synthétiser différentes forme de la beauté, pour se rapprocher de la beauté idéal.

Depuis Fin 20ème : Crise de sommes d’expression, les bouleversements de l’histoire et l’idée d’appartenir à un monde nouveau ont fait germer le concept de modernité et l’art à souhaiter refléter voir anticiper cette modernité. On repaire certaine rupture. Notamment en peinture. Ou on explore de nouvelle forme de figuration en intégrant matériau qui rapproche peinture de culture (Andy Warhol célèbre pour ces série..). Le statut de l’art est remit en question, et c’est le concept qui va mener à l’oeuvre qui va compter plus que l’oeuvre elle même. Les artiste contestent tout ce qui faisait les caractéristique de l’art traditionnel. Refus de la duré : oeuvre éphémère et devienne performance, représentation unique. Refus de l’esthétisme : beauté n’et plus un objectif et surtout refus du sujet. Ainsi création contemporaine devient déroutant est bizarre.

Relation de l’art et de la société

A ces origines, l’art est lié à la religion, au culte funéraire,, il est lié au sacré. Et la recherche du beau idéal est celle de ce rapprocher du monde supérieur. Le passage à l’art profane marque alors le désir d’embellir la vie, la rocher du plaisir. L’art va devenir ainsi une manifestation du pouvoir, séparant des h ordinaires. Par exemple l’art s’éloigne de plus en plus du peuple et devient l’affaire d’une élite sous le règne de louis 14. Lors de la révolution française, les oeuvre furent revendiquer comme possession de la nation et non plus de particuliers. Et la disparition de grand mécène aristocratique va laisser un vide car la bourgeoisie industrielle du 19 ne s’intéresse plus à cette activité qu’elle juge improductive. Les artiste se sente alors incompris dans une société qu’ils méprise pour son étroitesse d’esprit. L’état va alors se substituer au roi et aux protecteurs d’art e concernant les œuvres anciennes et en passant des commandes aux artistes reconnus par les différentes académies. un monstre de la culture est crée en 1959. Et dans les année 70, un engouement général se manifeste pour la préservation du patrimoine et se met en place un véritable inventaire programmé avec une politique de restauration et des créations de musé.

Effort aussi sont fait en direction de l’éducation national et du public par les different institutions pour supprimer le clivage et pour séduire le grand public. (La journée du cinéma, la journée de la musique…). L’art est ainsi redéfini et après une culture d’élite, on s’est accordé a reconnaitre des modes d’expression populaire que l’on qualifia de culture et d’art, cela débouche sur l’idée du « tout culturel ». Des philosophe comme Finkielkraut déplore cette évolution qui risque ne supprimant toute hiérarchie de neutraliser le jugement critique et du coup de faire perdre le sens des valeurs. Accès plus souple à l’art et culture grâce à multimédia.

L’utilité de l’art, L’art pour quoi faire?

Sans parler de fonction pratique ni d’objectif précis on peut observer certaine attentes et certains effet de l’art, notamment la lute contre le temps. La compensation des incertitude et des faiblesse humaines par la création. Et Henri Berkson qui e pose la question de quel est le but de l’art, y répond en disant que la découverte de la réalité recomposée par l’oeuvre métamorphose le regard et modifie en même temps la sensibilité : nous éveil à voir autrement. Il rejoint le rôle que Cocteau assignait à la poésie : faire découvrir le réel sous un angle insolite et dépaysant. L’art est une composante de la culture, une sorte d’instrument d’approche du monde, ou se révèle une élément essentiel dans une civilisation de masse. Le risque majeur est alors l’uniformisation c’est à dire que les information et les technique de décodages vont l’emporter sur la spontanéité et les émotions.

Ainsi, l’art doit trouver une place harmonieuse dans une société dont les repères se modifie plus vite que les

...

Télécharger :   txt (8.8 Kb)   pdf (49.2 Kb)   docx (13.9 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club